25
Avr 2014

Les hypomnemata

Posté dans Café Philo

Les hypomnemata
Le terme grec d’hypomnemata peut se traduire tout simplement par supports de mémoire. Michel Foucault, dans un article de 1983 intitulé L’écriture de soi, écrit : « Les hypomnemata, au sens technique, pouvait être des livres de compte, des registres publics, des carnets individuels servant d’aire-mémoire » (Foucault, Dits et écrits, t2, p. 1237). Ce texte de Foucault a été remis au goût du jour par Bernard Stiegler.

Les hypomnemata sont, en tant qu’actes d’écriture de soi, une modalité de constitution de soi. Sans ces hypomnemata, le risque est grand de sombrer dans l’agitation de l’esprit (stultitia), c’est à dire dans une instabilité de l’attention, le changement des opinions et des volontés. Cette attitude se caractérise par le fait que l’esprit est tourné vers l’avenir, le rend curieux de nouveautés mais l’empêche de se constituer en propre. C’est ce que nous retrouvons dans le zapping d’aujourd’hui. « L’écriture des hypomnemata, écrit Foucault, s’oppose à cet éparpillement en fixant des éléments acquis et en constituant en quelque sorte « du passé », vers lequel il est toujours possible de faire retour et retraite. » (Ibid. p.1239).

Nous pouvons retirer quelques grandes idées :
- Se constituer, c’est s’extérioriser, et non pas rechercher une intériorité quelconque.
- On se constitue dans la pratique
- Se constituer c’est rassembler, organiser et utiliser des supports de mémoire
- se constituer c’est organiser sa mémoire.

Source:
Commentaires:


Poster un commentaire:

Pseudo
Site Web   (Optionnel)
Commentaire Gras Italique Souligné
AQGILI8
Recopier le code ci-contre...



 
ppp