La Honte - Racines
La honte excessive et nocive trouve ses racines dans des histoires personnelles diverses. Chaque histoire de honte est basée sur un amalgame d’éléments, qui reliés les uns aux autres construisent ce qui est ressenti comme le sentiment de honte. Ainsi se met en place le processus complexe d'intériorisation de la honte, fruit d’une grande diversité d’éléments intériorisés qui se combinent, pour enfermer le sujet dans une impasse.

De façon non exhaustive, les différents éléments peuvent être: L'humiliation / l’impuissance /l’injustice /la résignation /la passivité /la répression /l’exploitation /l’impudeur /la jalousie /l’agressivité /l’illégitimité /la stigmatisation /l’invalidation / la moquerie /la dérision /l’exhibitionnisme /l’envie de s’élever /la peur d’être rabaissé /la rivalité / la culpabilité /l’usurpation /le mépris /la peur du ridicule /le non-dit /le secret /la méconnaissance /la colère /le mensonge /la régression sociale /l’ascension sociale / la culpabilité sexuelle / la haine des parents / l’effondrement de l’image parentale /l’abandon / l’ambition /l’orgueil /la déchéance sociale /la haine de classe /...

La combinaison de ces éléments engendre le sentiment d'indignité chez le sujet: il a quelque chose qui cloche et qui n'est pas acceptable. On retiendra les facteurs explicatifs suivants pour comprendre l'émergence de ce sentiment chez le sujet honteux.

L'illégitimité
Le sujet honteux occupe une place négative, qui ne devrait pas exister ou être la sienne. Il s'agit de l'enfant à qui on dit (inconsciemment ou non): "tu ne devrais pas être là !". Ici, la honte est celle de l'enfant batard, celle du sujet qui n'a pas sa place sociale (exemple le sujet qui n'est pas fidèle à la classe sociale de sa famille, qui en sort). L'indignité est lié au fait même d'être né, le sujet incarnant la faute, le secret ou l'interdit commis par ses parents.

Le manque de soutien
L'image parentale idéalisée est cassée chez le sujet honteux. La défaillance est généralement le fait du père. Le père est soit absent, soit humilié, soit violent et habité lui-même par la honte. Il n'est pas la figure protectrice qui apporte à l'enfant sécurité et confiance en lui. Cette carence pour l'enfant engendre chez lui une mauvaise estime de soi et un sentiment de honte.

L'abandon
Le sujet honteux est alors un enfant qui se culpabilise pour donner un sens à son vécu douloureux. Ne pouvant comprendre le comportement de ses parents, et avec le besoin psychique d'éviter la folie du chaos, il imagine qu'il est responsable de l'abandon dont il est victime. Sa croyance est alors "je ne suis pas digne d'être aimé ", croyance au coeur du thème de la honte.

L'infériorité
La croyance du sujet honteux est "je suis nul" dans ce cas. Il se compare durement aux autres et à ses propres critères de jugement. Il n'arrive pas à s'accepter comme il est car il n'a pas reçu suffisamment d'amour pour construire sa valeur. Le sujet honteux se sent alors inférieur, différent des autres, ou bien il cherche à compenser dans un désir de supériorité.

La violence
La honte du sujet qui a subi des violences physiques ou psychologiques se base sur une autre croyance: "je suis mauvais". Face au chaos de cette violence, face à l'impossibilité de donner du sens aux coups et aux insultes de la personne qui devrait le protéger, le sujet élabore inconsciemment cette croyance pour structurer l'expérience vécue. Il a besoin de donner un sens à son expérience pour éviter soit la folie soit le désespoir total. Comment l'enfant peut-il donner sens aux violences qu'il subit ? Il se raconte des histoires où c'est lui le méchant et où il maintient un Idéal de parent, dont il a besoin pour vivre.

Parallèlement, dans l'expérience de violence, le sujet honteux retourne contre lui la rage qu'il ressent face à son agresseur, il rougit car il bloque l'émotion de rage interdite. C'est ce sentiment haineux, jugé interdit par le sujet, qui peut lui confirmer intérieurement "Ce que tu sens est agressif, tu sens bien que tu es mauvais !".

Ici, la honte est rage impuissante, mélange de peur de l'agresseur et de colère réprimée.

Le conflit interne
Dans ce cas, le sujet honteux n'arrive pas à s'identifier à une ou des figures parentales qu'il vit en opposition ou en contradiction. Le sujet est déchiré par des identifications nécessaires à la construction de son identité qui sont impossibles pour lui pour diverses raisons: mère "putain" ou "salope", père violent ou alcoolique, .... Ceci l'amène à une ambivalence interne douloureuse sur le plan narcissique, et à un conflit interne entre la fidélité à ses parents et ce qu'il voudrait être. Ce conflit l'amène à ne pas pouvoir être à sa place, son choix impossible le ramenant toujours à la honte: soit la honte de renier sa famille, soit la honte d'être l'enfant de celui qui est rejeté par la société ou par ses valeurs.

Le déclin ou la chute sociale
La honte apparaît souvent chez les sujets dont un des parents est en situation d'échec ou de recul sur le plan social. L'histoire pourra être celle de la chute de la famille aristocrate ou celle du scandale dans la famille bourgeoise,.... Au final, un des parents apparait en "faillite" personnelle, parfois jugé durement et rejeté par la famille de l'autre parent, ce qui entraîne un effondrement de l'image parentale et handicape la construction de l'ego de l'enfant. Le sujet honteux qui aura vécu ce schéma sera notamment sensible aux situations de pouvoir et de domination.

Le silence et le secret
La honte se met en place chez l'enfant quand sa souffrance est indicible auprès de son entourage. A ce moment-là, il s'isole et retourne contre lui ses affects. Faute de pouvoir exprimer ses émotions et de pouvoir mettre de l'ordre et du sens dans son vécu, le sujet developpe une inhibition.

L'inhibition
La honte se développe quand la réaction saine face aux humiliations est impossible. Le sentiment d'injustice et de mécontentement normal et naturel est alors bloqué. La réaction est retournée contre le sujet, la honte sidérant le sujet: il perd la face, ne dit plus rien, ... c'est le court-circuit. Une fois installée dans le temps, la honte se transformera en inhibition, le sujet cherchant à éviter les situations pouvant être douloureuses pour lui.

En résumé
On notera que la honte se construit notamment sur un double processus qui amène au final le sujet à se juger indigne, mauvais, nul ou du moins négativement.

- un déficit narcissique ou une impossibilité d'identification aux figures parentales: Le sujet honteux est généralement un enfant qui a eu du mal à se construire une identité positive car une ou des figures parentales nécessaires à son identification sont jugées négativement. La honte s'installe parce que le modèle parental est défaillant, ne permettant pas de construire la sécurité et la confiance en soi nécessaire à une bonne estime de soi.

- un retournement des affects contre soi: Face aux injustices, pris par la peur, impuissant et isolé dans un monde d'adultes, le sujet honteux a été un enfant qui a appris à retourner ses réactions naturelles de colère contre lui.

Source: http://lahonte.org/...
Commentaires:


Poster un commentaire:

Pseudo
Site Web   (Optionnel)
Commentaire Gras Italique Souligné
IHRUQE7
Recopier le code ci-contre...