Dialogues


Le 16 Mars 2015

Et de trois…



Le 15 Mars 2015

Et de deux…



Le 14 Mars 2015

Et de un



Le 17 Février 2015

Impression de ne pas arriver à sortir de cette léthargie qui m'amène a tourner en rond… Encore et encore… Inlassablement…



Le 29 Janvier 2015

Houston ?

Oui… Je suis là…



Le 25 Janvier 2015

De retour ???

Oui… je pense… je crois que j'avais besoin de faire une petite pause dans ma tête… Arrêter de penser…

Penser ? C'est ainsi que tu envisages les choses ? Je pensais que tu avais compris qu'il s'agissait simplement de les vivre…



Le 25 Janvier 2015

Nous sommes éduqués depuis l’enfance à trouver l’unique bonne réponse à toutes les questions et tous les problèmes qu’on nous soumet. Quand vous demandez à un jeune enfant la meilleure manière de supporter une vague de chaleur estivale, vous aurez autant de chances de vous entendre répondre de “prendre un bain de crème glacée” ou “d’ouvrir les portes de tous les réfrigérateurs de la ville” plutôt que “d’allumer la clim”.

Pendant que nous grandissons, nos parents nous dissuadent activement d’inventer des réponses créatives (“Ne soit pas stupide”), de même que le système éducatif (“Cette rédaction est certes très poétique mais elle mérite toujours un 0/20”).

Notre société pragmatique nous apprend que chaque question possède une seule bonne réponse et qu’il faut travailler dur pour la trouver. Ce moule dans lequel est forgé notre esprit a toutefois un prix : quand nous cherchons les bonnes réponses, nous développons un filtre qui rejette les solutions a priori non pertinentes.

Le truc, c’est qu’il n’y a pas une bonne réponse… Il y en a une douzaine. Mais soit on les ignore… soit on arrête trop tôt de les chercher.

Je suis persuadé que beaucoup d’entre vous ont connu ces réunions de travail, lorsque le costard-cravate, le chef de projet ou le big boss au bout de la table présente un problème et demande des solutions. Les gens autour de la table font des hum ou des aaah, jusqu’à ce que quelqu’un hasarde une solution… Solution qui a de bonnes chances de se faire descendre (c’est particulièrement vrai si les types autour de la table sont du genre technique, vous vous reconnaîtrez !). La discussion continue alors généralement jusqu’au moment où quelqu’un arrive avec une idée qui semble au moins à moitié convenable… et là, tout le monde saute sur la solution pour la couronner “Meilleure idée de l’année” et la réunion est terminée.

La première bonne réponse n’est souvent pas la meilleure. En fait, avoir une seule bonne réponse/idée est carrément dangereux. Vous avez des chances de penser que votre brainstorming est fini et que vous pouvez avancer, mais vous le ferez peut-être avec une idée moins optimale.

En conséquence, ne pas arrêter le brainstorming tant que vous n’avez pas trouvé votre deuxième meilleure idée. Au final, vous aurez une autre idée à comparer à la première, et vous serez en meilleure position pour faire un choix judicieux.








Le 7 Janvier 2015

Ils ont assassiné Cabu !!!





Le 7 Janvier 2015

Yop…

Longue absence je sais… Grippe carabinée… Lassitude… Besoin de faire une pause…

Mais je suis toujours là…

Ok… ben c'est quand tu veux…





Le 3 Janvier 2015

Bon… Tu as donc décidé de faire le mort… Tu as raison… Enferme toi dans ton mutisme… Comme tu sais si bien le faire…






Le 31 Décembre 2014

P**** !!! Dis quelque chose !!!






Le 29 Décembre 2014

Houston ???






Le 28 Décembre 2014

Ça va ???





Le 25 Décembre 2014

Pas envie de rentrer ce soir… Mais vraiment… Malgré la trêve de Noël, rien n’y fait. Plus aucune envie de partager quoi que ce soit… Juste besoin de me poser… de me laisser aller… sans avoir à prendre sur moi en permanence…

Je crois que personne ne mesure combien c’est pesant pour moi… Je suis même convaincu qu’ils pensent que c’est eux qui prennent sur eux… Sauf que dans les faits, rien ne change… Ils continuent de m’imposer encore et encore leur point de vue, sans que je puisse dire quoi que ce soit, sous peine de passer une fois de plus pour le méchant…

Alors je veux bien l’histoire de la réalité propre à chacun. Il n’empêche qu’il n’y a que moi qui le perçoit, qui compose, qui fait attention à ne pas heurter leur sensibilité… Et là j’avoue qu’aujourd’hui je sature. Je suis fatigué. Et que je n’ai plus envie. Mais vraiment plus…

A ce point ?

Je crois bien oui… Comme je l’ai dit, là, en l’état actuelle des choses, je n’ai vraiment pas envie de rentrer chez moi ce soir… Je sais bien que je le ferai malgré tout, et que je continuerai à prendre encore sur moi… Mais je sens que c’est là… que ça grossit de jour en jour… et qu’ils ne prennent même pas la peine de s’en apercevoir…

Mais pourquoi ne pas en parler ?

Parce que je sais que cela ne servira à rien… Que cela finira même par se retourner contre moi… Car dans ce système, le problème c’est moi… Tous s’entendent pour faire que les choses fonctionnent ainsi… Cela leur évite de se remettre en cause… Quoi que je fasse, quoi que je dise, c’est moi le seul et unique responsable de la situation…

Et là, je fatigue… vraiment… Parce que je n’arrête pas de ne pas dire… de ne pas faire… histoire d’éviter les tensions… Mais de fait, les tensions, elles sont en moi…

Vas courir !!!Evacue !!!

Oui… tu as sans doute raison… Mais je doute que cela ne suffise… Vraiment… Tu ne peux pas imaginer comme c’est compliqué…

J’ai tellement besoin de pouvoir me poser… souffler… me reposer… Loin… Sans avoir à me contrôler en permanence…









Le 24 Décembre 2014

Hercule est parti cette nuit… Je l'ai retrouvé ce matin étendu… immobile… froid et rigide…

C'est étrange… Mélange de tristesse et de soulagement (pour lui)… Dire qu'il ne sera plus jamais là… alors que ça fait presque 18 ans qu'il faisait comme parti des meubles… Du mal à réaliser…

Quoi qu'il en soit, une page vient de se tourner…








Pages de résultat : 1 2 3 4 5 6


Correspondances