Loading...
Loading...
Grèce (608 événements)
Tag
Afghanistan - Afrique - Afrique du Nord - Afrique du Sud - Albanie - Alexandre - Algérie - Allemagne - Amérique - Angleterre - Arabie - Argentine - Asie - Australie - Autriche - Aztèques - Babylone - Bangladesh - Belgique - Birmanie - Bosnie - Brésil - Bulgarie - Byzance - Cambodge - Cameroun - Canada - Caraïbes - Carolingiens - Carthage - Chili - Chine - Christianisme - Chypre - Commune - Congo - Corée - Corse - Crète - Croatie - Croisades - Cuba - Culture - Danemark - Ecosse - Egypte - Empire Ottoman - Equateur - Espagne - Estonie - Etats Unis - Éthiopie - Etrusques - Europe - Finlande - France - Fronde - Gabon - Gaule - Geekeries - Grèce - Guatemala - Haïti - Hébreux - Hong Kong - Hongrie - Huns - Incas - Inde - Indonésie - Irak - Iran - Irlande - Islande - Israel - Italie - Japon - Jordanie - Kosovo - Koweit - Laos - Lettonie - Liban - Lituanie - Luxembourg - Lybie - Madagascar - Malaisie - Mali - Malte - Maroc - Mayas - Mérovingiens - Mexique - Monde - Monde Arabo-Musulman - Mongols - Moyen Orient - Napoléon - NépaL - Nicaragua - Nice - Norvège - Nouvelle Zélande - Pakistan - Palestine - Panama - Paraguay - Parthes - Pays Bas - Pérou - Perses - Philippines - Pologne - Portugal - Proche Orient - Révolution Française - Révolution Russe - Rome - Roumanie - Russie - Rwanda - Salvador - San Marin - Savoie - Sciences - Sénégal - Serbie - Singapour - Slovénie - Somalie, - Soudan - St Empire - Suède - Suisse - Sumer - Syrie - Tahiti - Taiwan - Tchad - Tchécoslovaquie - Thaîlande - Tibet - Tunisie - Turquie - Ukraine - Uruguay - Venezuela - Venise - Viet Nam - Vikings - Yémen - Yougoslavie


Période



 
Arrivée des Ioniens en Grèce, venus du Nord, jusqu’au Péloponnèse.
 
Premier palais de Mycènes fondé par les Achéens.
 
La première mention d'une météorite dans le corpus écrit occidental est due à Anaxagore qui cite la chute de météorites en Crète.
 
Destruction des seconds palais en Crète et apparition de l’écriture Linéaire B à Cnossos. Fin de la période néopalatiale et début du déclin de la civilisation minoenne. La Crète est progressivement intégrée au monde mycéniens à partir de 1450 av. J.-C. tout en conservant des traits culturels spécifiques (période postpalatiale ou mycénienne). Cnossos semble rester le principal centre artistique du monde mycénien avant 13703. Les exportations crétoises se poursuivent en Égypte, mais celles de poteries de Grèce continentale augmentent significativement après la chute de Cnossos. Des envoyés Egéens sont mentionnés en Égypte.
 
Destruction du palais de Cnossos, en Crète (tremblement de terre, raid des Lukka ou victoire des Grecs continentaux). La civilisation crétoise s’effondre et la Crète fait partie du monde mycénien. Fin des productions de l’art palatial en Crète (armes, vase de pierre, cachets, ivoires). La religion minoenne subsiste (figurines de « déesses aux bras levés »), mais les noms de divinités livrés par les textes (Dionysos, notre dame du Labyrinthe) témoignent d’un syncrétisme complexe créto-mycénien..
 
Date possible de l’expédition des Achéens et des Éoliens contre Troie. La guerre de Troie est sans doute le résumé de multiples expéditions menées en Asie mineure par l’aristocratie mycénienne en quête de pillages. Il n’y a pas de preuves archéologiques à son existence, même si la ville a bien été détruite à plusieurs reprises entre 1330 et 1135 av. J.-C.
 
Guerre de Troie (datation d'Ératosthène) (→ -1184).
 
Arrivée des Doriens en Grèce continentale, présenté comme le « retour des Héraclides » dans la mythologie grecque.
 
Mort de Thespiéos, roi d’Athènes, après 27 ans de règne. Son fils Agamestor lui succède.
 
Les 1ers jeux olympiques en Grèce.
 
Probable fondation de Naxos, au nord de l’Etna au cap Schiso, par des Grecs venus de Chalcis.
 
Fondation de Cumes dans la baie de Naples.
 
Première guerre de Messénie (→ -724).
 
Les Chalcidiens de Naxos fondent Catane.
 
Fondation dans le sud de l'Italie de la cité de Crotone par des Achéens et des Spartiates.
 
Date traditionnelle de la fondation de Tarente par des Parthénies originaires de Sparte.
Juin
   /06
Les Mégariens fondent la colonie de Chalcédoine sur la rive asiatique du Bosphore.
 
Télésiclès, membre de la classe supérieure de Paros et père du poète élégiaque Archiloque, dirige la première opération de colonisation de Thasos.
Juin
   /06
Premières magistratures annuelles à Athènes.
 
Date traditionnelle du suicide de Midas.
 
Aristocrate II, ayant trahi les Messéniens, alliés des Arcadiens pendant la première guerre de Messénie, est mis à mort et la royauté est abolie à Tégée.
 
Deuxième guerre de Messénie (→ -657). Les Messéniens se révoltent, conduits par Aristomène. Les Spartiates sont obligés de demander le secours d’Athènes qui envoie Tyrtée.
 
Victoire d'Argos et du roi Pheidon sur Sparte et le roi Agiade Polydore, à la bataille d'Hysiai pour la riche Thyréatide.
 
Selon Denys d'Halicarnasse, Mégare fonde Byzance.
 
Première bataille navale connue en Grèce antique ; elle oppose Corinthe et Corcyre.
 
Fondation de Byzance, à l'entrée du Bosphore, en face de Chalcédoine.
 
Fin de la dynastie des Bacchiades à Corinthe. Cypsélos devient tyran de Corinthe. Corinthe est alors la principale puissance économique et commerciale en Grèce et un grand centre artistique. Cypsélos, enfant, aurait échappé grâce à une ruse de sa mère à la mort préparée par le clan oligarchique des Bacchiades. Il s’empare du pouvoir par la suite avec l’accord de l’oracle de Delphes.
 
Fondation de la colonie grecque de Naucratis en Égypte, à l’origine un fort Milésiens, qui devient un comptoir marchand actif après 620 av. J.-C.. Les Grecs achètent du blé en Égypte, du papyrus, du lin et vendent de la céramique, du vin, de l’huile d’olive et de l’argent.
 
Arrivée au pouvoir à Mégare du tyran Théagène. Son gouvernement correspond à l'apogée de la cité.
 
Fondation de Sinope, sur la côte nord de l'Asie Mineure.
 
Fondation de Cyrène par des Grecs venus de Théra (Santorin) sur les conseils de l'oracle de Delphes.
 
Selon Hérodote, le grec Colaios de Samos, poussé hors de sa route, aborde à Tartessos en Andalousie.
 
Périandre succède à Cypsélos comme tyran de Corinthe. Sous son règne Corinthe aurait fondé les colonies de Leucade, d’Épidamme, d’Apollonie et de Potidée. Périandre est un des sept sages de la Grèce. Il interdit l’achat d’esclaves pour faire obstacle à la concurrence que représente l’esclavage pour le travail libre.
 
Mytilène s’impose comme la principale cité de Lesbos.
 
Législation de Dracon, premières lois écrites de droit privé à Athènes. Ce code très sévère impose le pouvoir judiciaire de l’État, qui se substitue à la justice coutumière du clan.
 
Athènes s'empare de Salamine.
 
Thrasybule devient tyran de Milet.
 
Fondation de Marseille par les Grecs (Phocée).
 
Première guerre sacrée (→ -590).
 
Clisthène devient le tyran de Sicyone (→ -570).
 
Archontat de Solon à Athènes.
 
Règne de Pittacos, tyran de Mytilène (→ -580).
 
Frappe des premières monnaies grecques à Égine.
 
Les Grecs de Phocée fondent un comptoir à Ampurias en Catalogne.
 
Etablissement commercial grec à Glanum, en Provence.
 
Psammétique succède à son oncle Périandre comme tyran de Corinthe.
 
Le mot Hellènes dans son sens large apparaît écrit pour la première fois dans une inscription d’Échembrote, remerciant Héraclès pour sa victoire aux Jeux Amphictyoniques.
 
Assassinat de Psammétique, tyran de Corinthe. Chute de la dynastie des Cypsélides à Corinthe après l'effondrement de l'empire colonial de la cité. La tyrannie est renversée au profit d’une nouvelle oligarchie fondée sur la richesse foncière et mobilière.
 
Réorganisation des Jeux pythiques à Delphes et réforme des Jeux isthmiques à Corinthe qui deviennent une des grandes fêtes nationales.
 
Fondation d'Agrigente, en Sicile, sous le nom d'Acragas, par des Rhodiens venus de la cité de Géla.
 
Assassinat de Psammétique, tyran de Corinthe. Chute de la dynastie des Cypsélides à Corinthe après l'effondrement de l'empire colonial de la cité. La tyrannie est renversée au profit d’une nouvelle oligarchie fondée sur la richesse foncière et mobilière.
 
Damasias, nommé archonte, tente de rétablir la tyrannie à Athènes.
 
Phalaris, arrivé à Agrigente à la tête d’une troupe d’ouvriers pour construire un temple à Zeus, renverse l’oligarchie et devient tyran de la ville.
 
Les Libyens (berbères) font appel au pharaon contre les colons grecs de Cyrène.
 
Organisation des Panathénées, fêtes célébrées à Athènes en l'honneur de la déesse Athéna.
 
Coup d'État de Pisistrate à Athènes.
 
Athènes colonise la Chersonèse de Thrace. Miltiade l’Ancien, membre du parti aristocratique des Pédiéns hostile à la tyrannie de Pisistrate, est encouragé par celui-ci à s’exiler avec ses amis en Chersonèse de Thrace où il exerce la tyrannie.
 
Prise d’Éphèse et conquête de l’Ionie par Crésus, roi de Lydie. Début de la construction du temple d’Artémis à Éphèse.
 
Expulsion de Pisistrate d'Athènes.
 
Chilon devient éphore de Sparte.
 
Formation de la ligue du Péloponnèse.
 
Une alliance étrusco-carthaginoise se fait contre les Grecs.
 
Deuxième coup d'État à Athènes de Pisistrate, appuyé par les Alcméonides.
 
Incendie et reconstruction du temple de Delphes.
 
Bataille de la Ptérie (bataille de l'Halys, bataille de Pteryum) entre Crésus, roi de Lydie et Cyrus II. Cyrus II conquiert la Lydie, prend Sardes et les cités grecques d’Ionie. Crésus, condamné au bûcher évoque le nom du sage Solon qui lui aurait dit : « Ne dis personne heureux avant sa fin ». Cyrus apprécie l’avertissement, épargne Crésus et en fait son ami.
 
Deuxième expulsion de Pisistrate.
 
Conquête du royaume lydien par les Perses. destruction de Smyrne, Xanthe, Caunos.
 
Destruction de Phocée par les Perses.
 
Victoire de Sparte sur Argos à la « bataille des Champions ».
 
Lygdamis, appuyé par Pisistrate contre le parti aristocratique, impose sa tyrannie à Naxos.
 
Sur le site d’Arles, fondation d’un emporion appelé Thélinè (la fertile) par les grecs de Marseille.
 
Des forces étrusco-carthaginoise remportent une victoire navale contre les Grecs au large d'Alalia (Corse).
 
Règne de Polycrate, tyran de Samos.
 
Troisième coup d'État de Pisistrate appuyé par Thèbes.
 
Pythagore, exilé par le tyran Polycrate, quitte Samos pour Crotone, puis Métaponte, en Italie. À Crotone, il crée une école de sagesse. Il donne aussi à cette cité des lois aristocratiques.
 
Avènement de Cléomène à Sparte et début de l'expansionnisme spartiate.
 
Darius Ier reprend le contrôle de la Lydie et de l’Ionie après la mort du satrape de Sardes rebelle Oroitès, tué sur son ordre par ses gardes par une ruse de son envoyé Bagaios. Artapherne le remplace comme satrape de Lydie. Otanès s’empare de Samos. Chios et Lesbos se soumettent à la domination perse.
 
Les Ioniens de Platée, conseillés par Sparte, quittent la confédération thébaine pour se mettre sous la protection d’Athènes.
Août
   /08
Hipparque, tyran d’Athènes, est assassiné par les « tyrannoctones », Harmodios et Aristogiton au cours de la fête d’Athéna. Hippias applique alors un régime de terreur.
 
Expédition de Darius Ier contre les Scythes d’Idanthyrse (Scytharbès, selon Ctésias). L’armée perse passe pour la première fois les Détroits dans les environs de Chalcédoine. Darius traverse la Thrace, où il bat au sud du Danube une confédération tribale des Gètes dont c’est la première mention faite par Hérodote. Miltiade, qui accompagne l’expédition, est préposé avec les Ioniens à la garde du pont de bateaux établit sur le Danube (Istros). Darius s’enfonce dans les territoires scythes qui refusent la bataille rangée. Le Grand Roi étant en retard lors du retour de l’expédition, Miltiade propose de détruire le pont et d’abandonner Darius à son sort. Darius est sauvé dans sa retraite grâce à la fidélité des cités d’Ionie et s’embarque à Sestos pour l’Asie, laissant le commandement des troupes à Mégabaze avec pour mission de conquérir la Thrace. Histiée, « tyran » de Milet, est emmené à Suse comme conseiller de Darius. Le roi de Macédoine, Amyntas Ier, se soumet à Mégabaze.
 
Conquête de la Thrace par les Perses.
 
Chute du tyran Hippias à Athènes, obtenue par la famille des Alcméonides avec l’aide des Spartiates. La famille des Alcméonides, exilée par Pisistrate, rentre à Athènes à la demande de l’oracle de Delphes. L’aristocratie triomphe. La chute d’Hippias voit ensuite s’opposer deux factions, celle d’Isagoras qui représente l’oligarchie, et qui l’emporte au départ et la faction démocratique dirigée par Clisthène.
 
Clisthène, fils de Mégaclès de la famille des Alcméonides, et petit-fils de Clisthène, tyran de Sicyone, est élu archonte. Peu après le roi de Sparte, Cléomène Ier, s’empare d’Athènes avec l'aide d’Isagoras et du parti oligarchique et vraisemblablement avec l’appui des anciens partisans des Pisistratides. Isagoras fait exiler Clisthène et 700 familles qui lui étaient liées et tente d’imposer l’oligarchie restreinte des 300.
 
Un soulèvement populaire chasse les Spartiates, met à mort Isagoras et ses partisans, et ramène Clisthène au pouvoir. Il entreprend alors les réformes qui entraînent la création de la démocratie à Athènes.
 
Sparte tente de nouer une coalition contre Athènes avec les Béotiens et les Chalcidiens. Ces coalisés sont battus par Athènes qui installe plusieurs milliers de colons en Eubée.
 
Premier congrès de la ligue du Péloponnèse. Le roi de Sparte, Cléomène Ier, se réconcilie avec l’ancien tyran d’Athènes, Hippias, qu’il avait pourtant contribué à renverser. Cette politique se heurte à l’hostilité des alliés de Sparte, Corinthe notamment, qui refusent de cautionner ce retournement d’alliance, ainsi qu’à Démarate, le deuxième roi de Sparte et collègue de Cléomène.
 
Révolte des cités d'Ionie contre les Perses (→ -494).
 
Défaite des Ioniens à Ladé.
 
Dernière offensive ionienne au nord-ouest de l'Asie Mineure. Capture et exécution des meneurs de la révolte. Rétablissement de la domination perse sur l'Ionie.
 
Première Guerre Médique.
Septembre
12/09
Bataille de Marathon.
 
Deuxième Guerre Médique (→ -479).
 
Gelon de Syracuse défait les Carthaginois à Himère.
Juin
    06
Xerxès passe l'Hellespont. Jonction de l'armée et de la flotte perses au fond du golfe Thermaïque, en Macédoine. Réunion des États grecs résistants au sanctuaire de l'Isthme. Paix commune et rappel des exilés. Décision de défendre les Thermopyles.
Août
   /08
Bataille des Thermopyles (→ 19/09).
   /08
Bataille de l'Artémision.
Septembre
27/09
Xerxès entre à Athènes.
28/09
Incendie de l'Acropole.
29/09
Bataille de Salamine.
Mars
29/03
L'armée d'Artabaze, général de Xerxès Ier, est emportée par un raz-de-marée, alors qu'elle assiégeait Potidée.
Juin
   /06
Mardonios, général perse, lance une offensive sur l’Attique puis sur la Béotie. Il reprend Athènes, une nouvelle fois désertée par ses habitants, et renouvelle ses offres de négociations. Athènes appelle à l’aide Sparte, à qui il est reproché son attentisme alors que Mardonios marchait sur l’Attique. Sparte hésite mais la perspective d’une alliance entre les Perses et Athènes, qui se retournerait contre elle, la décide enfin à intervenir. Mardonios se replie en Béotie.
Août
27/08
Les Grecs sous le commandement d’Aristide le Juste et de Pausanias défont les Perses à la bataille de Platées. Mardonios est tué dans la bataille. Le butin est énorme car Mardonios avait la garde de tout le bagage de Xerxès Ier. Le même jour selon la tradition, défaite navale perse au cap Mycale8 (Ionie) devant les Grecs commandés par le roi spartiate Léotychidas II et par l’Athénien Xanthippos. Cette victoire ruine l’influence perse sur l’Ionie.
Septembre
   /09
Estimant la campagne terminée, les Spartiates rentrent au Péloponnèse mais les Athéniens, suivis par les Ioniens, libèrent Samos, cinglent vers l’Hellespont pour y rompre les ponts et, après un siège, prennent la ville de Sestos.
 
Pausanias devient commandant de la flotte panhellénique, avec comme adjoints Cimon et aussi Aristide le Juste, et s’empare de Chypre puis de Byzance. La tutelle et la morgue de Pausanias mécontentent les Ioniens et les autres coalisés grecs ; en conséquence, il est rappelé à Sparte. C’est la rupture définitive de la coalition qui profite à Athènes.
Mai
   /05
Constitution de la première Confédération de Délos (Ligue de Délos) dirigée par Athènes.
 
Expulsion des Perses de Thrace et d'Europe.
 
Cimon, fils de Miltiade, chasse les Perses de Thrace au nom de la Ligue de Délos.
 
Les Etrusques sont battus par les Grecs à Cumes : ils se replient et laissent libre la Campanie et le Latium.
 
Les Perses, tragédie d'Eschyle.
 
Ostracisme de Thémistocle.
 
Fin du siège de Naxos par Cimon et réintégration dans la Ligue de Délos. Les Naxiens vaincus par Athènes perdent leur autonomie en contradiction avec le statut de la Ligue.
 
Libération des Grecs d'Asie.
 
Date probable de la victoire de la Ligue de Délos sur les Perses à la bataille de l'Eurymédon.
 
Début de la révolte de Thasos qui se sépare de la confédération de Délos.
Juin
   /06
Troisième guerre de Messénie (→ -454).
   /06
Un tremblement de terre détruit Sparte ; le gymnase s’effondre, tuant tous les éphèbes. Le cataclysme provoque la révolte des Hilotes.
 
Fin de la révolte de Thasos : Cimon d'Athènes conquiert la cité. Thasos entre dans la Ligue de Délos, doit détruire ses murailles, livrer ses vaisseaux, céder ses mines et ses établissements du continent.
 
Périclès, parent de Clisthène, s'installe au pouvoir à Athènes.
 
Ostracisme de Cimon d'Athènes à l'instigation du parti démocratique. C'est la rupture, entre Athènes et Sparte, de l'alliance de 481 av. J.-C.. Athènes s'allie avec Argos, traditionnelle ennemie de Sparte.
 
Alliance d'Athènes et de Mégare qui abandonne la ligue du Péloponnèse après une querelle avec Corinthe.
 
Début de la guerre d’Athènes et de Mégare contre Corinthe et Epidaure.
 
Expédition d'une flotte athénienne commandée par Charitimides contre les Perses à Chypre et en Égypte.
 
Réaction de Sparte face aux succès athéniens. La cité lacédémonienne envoie une armée en Béotie ce qui permet à Thèbes de réaliser l'unité de la région. Après avoir écarté la menace phocidienne sur la Doride, l'armée spartiate attend les Athéniens en Grèce centrale.
Juin
   /06
Bataille de Tanagra. Sparte, Corinthe et la ligue béotienne, sont victorieux sur les Athéniens et les Argiens.
Août
   /08
Bataille d'¼nophyta. Désastre de Thèbes devant Athènes, deux mois après Tanagra. Athènes envahit la Béotie, sauf Thèbes, et la Phocide. La ligue béotienne est dissoute par Athènes qui contraint les Béotiens à adopter des régimes démocratiques.
 
Fin de la révolte des hilotes de Messénie.
Août
   /08
Le roi de Perse Artaxerxès ordonne au satrape de Syrie Mégabyse d’intervenir en Égypte pour réprimer la révolte d'Inaros et chasser ses alliés Athéniens. es Athéniens sont mis en fuite par une flotte perse de 300 navires, chassés de Memphis.
 
Transfert du trésor de la ligue de Délos à Athènes.
Août
   /08
Les Perses, dirigés par le satrape Mégabyze, reprennent le contrôle de l'Égypte après avoir fait subir de nombreuses pertes aux Grecs venus aider les Égyptiens.
 
Retour de Cimon à Athènes. Il obtient un armistice de cinq ans entre Athéniens et la Ligue du Péloponnèse.
 
Ouverture du chantier de l'Acropole d'Athènes.
 
La paix de Callias, signée à Suse, met fin aux hostilités entre Grecs et Perses.
 
Expédition de Cimon contre les Perses en méditerranée orientale. Elle mobilise 200 navires, dont 60 sont envoyés en Égypte. Le stratège athénien s'empare de Marion à Chypre mais est tué devant Cition. Les Athéniens rapatrient leurs troupes, et au retour leur flotte est victorieuse des forces navales perses devant Salamine de Chypre.
Décembre
   /12
Paix de trente ans entre Sparte et Athènes.
 
Achèvement du Parthénon.
 
Potidée, qui refuse de raser ses murailles, se révolte contre Athènes, suivie par les Chalcidiens et par les Béotiens.
 
Les Mégariens se révoltent et massacrent la garnison athénienne. En réponse, les Athéniens promulguent un décret les excluant de tous les ports et mouillages de l’empire athènien et des marchés d’Attique.
Novembre
   /11
Congrès de la Ligue Péloponnésienne2. Alliance entre Corinthe, Mégare et Sparte. La guerre contre Athènes est décidée, rompant la Paix de Trente Ans. .
 
Début de la Guerre du Péloponnèse (→ -404).
Mai
   /05
Invasion de l'Attique par l'armée spartiate (→ 06/-431).
Juin
   /06
Peste d'Athènes. Une épidémie de fièvre typhoïde touche Athènes au commencement de l'été, aggravée par la surpopulation.
Septembre
   /09
Périclès est démis de ses fonctions, jugé et mis à l’amende pour abus de fonds publics.
Janvier
   /01
Athènes prend Potidée en Thrace.
Avril
   /04
Périclès est réélu stratège et rétabli dans ses charges.
Septembre
   /09
Périclès meurt de la peste.
Juin
   /06
Révolte de Mytilène, qui est admise dans la ligue du Péloponnèse réunie à Olympie.
Juin
   /06
Capitulation de Mytilène.
Juillet
   /07
Prise de Platées par Sparte.
Septembre
   /09
Syracuse, alliée aux autres cités doriennes de Sicile et à Locres, attaque Léontinoi, soutenue par les cités chalcidiennes et Catane. Athènes envoie une expédition pour soutenir Léontinoi et Rhêgion.
Novembre
   /11
À Athènes, affrontement entre Cléon, chef des démocrates, et Nicias, chef des conservateurs, au sujet de la guerre.
Août
   /08
Le stratège athénien Démosthène triomphe des Péloponnésiens et de leurs alliés à la bataille d'Olpae.
Août
   /08
Défaite de Sparte à la bataille de Sphactérie devant les troupes d'Athènes dirigées par le général Démosthène.
Novembre
   /11
Cléon devient le maître d’Athènes .
Juillet
   /07
Cléon fait échouer les négociations avec Sparte.
Novembre
   /11
Défaite athénienne à la bataille de Délion.
Décembre
   /12
Thucydide, commandant l’expédition de la flotte athénienne en Thrace, ne peut empêcher la prise d’Amphipolis par le général lacédémonien Brasidas et est accusé de trahison4. Il est condamné à mort mais fuit et passe vingt ans d’exil en Thrace.
Mars
   /03
Cléon, chef du parti favorable à la guerre, est élu stratège à Athènes.
Octobre
   /10
Défaite athénienne à la bataille d'Amphipolis. Cléon et Brasidas meurent au cours de la bataille.
Mars
13/03
Paix de Nicias, conclue pour cinquante ans et fondée sur le statu quo ante bellum; elle marque une trêve dans la guerre. Athènes récupère les cités de Thrace et Panacton et doit rendre, entre autres, Pylos et Cythère. Les prisonniers de guerre seront rendus, l’accès aux sanctuaires panhelléniques est libéré.
 
Alcibiade élu stratège à Athènes.
Juillet
   /07
Quadruple alliance entre Athènes, Argos, Mantinée et Elis.
Avril
   /04
Nicias est élu stratège à Athènes. Alcibiade est écarté.
Juillet
   /07
Campagne de Sparte contre Argos. Reprise de la guerre du Péloponnèse.
Août
   /08
Argos et Athènes sont vaincues à la bataille de Mantinée.
Mars
   /03
Discorde entre Alcibiade et Nicias à Athènes. Le démagogue Hyperbolos, ayant souhaité que l’un des deux soit ostracisé, suscite leur coalition provisoire et est lui-même ostracisé.
Juillet
   /07
Alliance entre Sparte et Argos, où les oligarques prennent le pouvoir.
Août
   /08
Argos se déchire ensuite dans des luttes civiles, où chaque faction est soutenue par Athènes ou Sparte.
Mars
   /03
Alliance défensive entre Argos et Athènes.
Mars
   /03
Rapport à l'Assemblée des députés athéniens revenus de Sicile. Grand débat sur l'opportunité d'une nouvelle expédition vers la Sicile.
Juin
   /06
Départ de la seconde expédition de Sicile initiée par Alcibiade.
07/06
Scandale des Hermocopides à Athènes.
Juillet
   /07
Alcibiade, mis en cause dans l’affaire des Hermès, est rappelé de Sicile. Il se réfugie à Sparte où il soutient une alliance entre Sparte et Syracuse contre Athènes.
Avril
   /04
Premiers succès athéniens en Sicile. Au cours de l'expédition de Sicile, les Athéniens, dirigés par Nicias, mettent le siège devant Syracuse qu’ils entourent d’un double mur.
Août
   /08
Gylippe, envoyé par Sparte en Sicile parvient qui n’est pas encore prise.
Octobre
   /10
Gylippe gagne la bataille des retranchements et enferme les Athéniens dans la rade de Syracuse, où ils sont éprouvés par une forme de paludisme inconnue en Grèce propre. Nicias demande de l’aide à Athènes.
Décembre
   /12
Eurymédon est envoyé avec 10 navires et de l’argent pour soutenir Nicias en Sicile.
 
Scandale à Sparte provoqué par la liaison de Timaïa, fille de Stilpon et femme du roi Agis II, avec Alcibiade.
Mars
   /03
Démosthène quitte Athènes et ravage les côtes de Laconie.
Juillet
   /07
Démosthène et ses troupes rejoignent Nicias et Eurymédon en Sicile.
Août
   /08
Les Athéniens, d’abord victorieux de nuit sur le plateau des Épipoles, se font refouler par Syracuse et le combat se termine en désastre.
Septembre
16/09
Alors que les athéniens tentent une retraite, , les Syracusains, victorieux sur mer, réussissent à bloquer l’entrée du port de Syracuse en y emprisonnant la flotte athénienne. Les Athéniens, supérieurs en nombre, tentent de forcer le blocus, mais disposant de peu de place pour man½uvrer, ils sont harponnés et abordés par les navires syracusains, victorieux à nouveau. Les deux camps subissent de lourdes pertes, mais les Athéniens, démoralisés, refusent de reprendre la mer et la retraite se fait par voie de terre. 40 000 hommes épuisés sont répartis en deux corps. Démosthène se fait encercler et capitule, tandis que Nicias, vaincu dans le lit de l’Assinaros, doit se rendre à Gylippe. Nicias et Démosthène sont exécutés, et les soldats athéniens finissent comme esclaves.
Avril
   /04
Révolte de Chios contre Athènes.
Juillet
   /07
Révolte en Ionie contre Athènes, à l'instigation d'Alcibiade et de Darius II. Athènes cependant, malgré le désastre de l'expédition de Sicile et l'occupation d'une partie de l'Attique, va réussir dans un ultime effort financier à reconstituer sa flotte. Elle aide les démocrates de Samos qui anéantissent leurs adversaires tandis que Chios est ravagée et les villes d'Ionie ramenées à l'obéissance.
Octobre
   /10
Fuite d’Alcibiade en Perse. Des conflits avec les chefs spartiates suscitent un complot visant à assassiner Alcibiade. Apprenant ce complot, il se réfugie auprès du satrape de Sardes Tissapherne et tente en vain de le gagner à la cause athénienne. Alcibiade offre alors aux Athéniens de leur apporter le soutien de la Perse s’ils acceptent de révoquer le décret de sa condamnation à mort. Sa proposition est acceptée et Alcibiade prend la tête de la flotte de Samos.
Novembre
   /11
Nouveau traité entre Sparte et la Perse.
Décembre
   /12
Pisandre est élu député à Athènes par les conjurés de Samos.
Janvier
   /01
Pisandre, chargé par les Athéniens de négocier avec Alcibiade et le satrape perse Tissapherne, échoue.
Mai
   /05
Révolution oligarchique à Athènes. Alcibiade, toujours réfugié auprès de Tissapherne, souhaite rentrer à Athènes et fait promettre aux hétairies, hostiles au régime démocratique, de l'or (perse) et la paix en échange du renversement du régime. Les hétairies passent aussitôt à l'action, bien que Tissapherne se dérobe et n'envoie pas l'or promis. L'Ecclésia vote sous la terreur l'abolition des principales dispositions fondatrices de la Démocratie. L'essentiel du pouvoir est confié en juin à un corps de 5000 citoyens (les Cinq-Mille) qu'un conseil de 400 oligarques (les Quatre-Cents) est chargé de choisir.
Juin
   /06
Le nouveau pouvoir athénien envoie une ambassade à Décélie pour demander la paix au roi de Sparte Agis ; celui-ci ne soutient pas les oligarques athéniens, espérant les faire capituler en attaquant la ville, mais l'opération échoue.
   /06
L’armée athénienne de Samos prend parti pour la démocratie mais diffère une intervention militaire contre Athènes à la demande d’Alcibiade.
Septembre
   /09
Thrasybule, chef de la mutinerie de l’armée athénienne de Samos, et Anytos, renversent les Quatre-Cents qui laissent la place aux Cinq-Mille. Le régime des Cinq-Mille ne dure pas, et avant la fin de l’année, le conseil des Cinq-Cents et la démocratie sont restaurés. Thrasybule, chef de la mutinerie de l’armée athénienne de Samos, et Anytos, renversent les Quatre-Cents qui laissent la place aux Cinq-Mille. Le régime des Cinq-Mille ne dure pas, et avant la fin de l’année, le conseil des Cinq-Cents et la démocratie sont restaurés.
 
Rétablissement de la démocratie à Athènes et de la puissance athénienne en Égée.
Avril
   /04
Athènes est victorieuse de Sparte sur terre et sur mer à la bataille de Cyzique.
Juillet
   /07
Cléophon rétablit la démocratie radicale à Athènes.
Avril
   /04
Siège de Chalcédoine par les Athéniens qui aboutit à la conclusion d'une trêve avec le satrape Pharnabaze.
Juin
   /06
Alcibiade, nommé général, rentre triomphalement à Athènes où on lui confie une flotte. Il obtient les pleins pouvoirs.
Septembre
   /09
Lysandre nommé navarque de Sparte, rencontre à Sardes Cyrus le Jeune, fils cadet de Darius II. Alliance entre Sparte et les Perses.
Avril
   /04
Athènes est défaite à la bataille de Notion par Lysandre, navarque de Sparte. Alcibiade, qui n’est pas responsable de la défaite, mais n’a pas pu obtenir l’alliance des Perses, est destitué.
 
Denys à la tête de Syracuse avec les pleins pouvoirs.
Août
   /08
Athènes a fait appel à toutes les classes de la société, aux métèques, à qui elle donne la citoyenneté, et aux esclaves, qui reçoivent liberté et citoyenneté. La flotte ainsi constituée réussit à battre la flotte de Sparte lors de la bataille navale des îles Arginuses.
Octobre
   /10
Procès des stratèges à Athènes ; aux îles Arginuses, si les Athéniens n’ont perdu que 25 navires contre 70 pour Sparte, la tempête et les hésitations du commandement empêchent les Athéniens de recueillir les noyés et de repêcher les cadavres. Les stratèges, de retour à Athènes, sont condamnés à mort en bloc et exécutés malgré l’opposition de Socrate, désigné par tirage au sort à la magistrature suprême du conseil.
 
Seconde guerre en Sicile entre les Grecs et les Carthaginois : ces derniers prennent possession de la partie Ouest de l’île.
Septembre
   /09
Le général spartiate Lysandre défait par la ruse la flotte athénienne conduite par Conon à la bataille d'Aigos Potamos.
Avril
22/04
Athènes, assiégée par Lysandre, affamée, capitule. Fin de la guerre du Péloponnèse.
Mai
   /05
Régime des Trente à Athènes.
Février
   /02
Thrasybule, à la tête des démocrates athéniens réfugiés à Thèbes, retranchés au fort de Phylè, résiste à une attaque des Trente.
Mai
   /05
Thrasybule s’empare du Pirée. Critias est tué à la bataille de Munichie où les démocrates sont victorieux. Les Trente doivent se retirer à Éleusis, dont ils ont préalablement massacré la population. Les Dix, à qui ils ont laissé le pouvoir à Athènes, font appel en vain à Sparte.
Juin
   /06
Le roi de Sparte Pausanias Ier intervient, et en désaccord avec Lysandre, incite les Athéniens à la réconciliation1. La démocratie athénienne est restaurée.
Mai
   /05
Cyrus le Jeune, révolté contre son frère le roi Artaxerxès II, recrute des mercenaires grecs démobilisés à la fin de la guerre du Péloponnèse. Il obtient l’appui de Sparte. .
Septembre
03/09
Bataille de Counaxa. Mort de Cyrus le Jeune. Retraite des Dix Mille.
Février
   /02
Les Dix Mille atteignent la mer Noire.
 
Procès de Socrate.
 
Conspiration de Cinadon.
 
Fondation d'Adranum dans la plaine de Catane par Syracuse.
 
Début du règne d'Oreste, roi de Macédoine à la mort de son père Archélaos, assassiné par son favori Crater.
Juillet
   /07
Expédition de Messine et de Rhégion contre Denys l'Ancien. La guerre tourne court : les soldats de Messine sont convaincus par les partisans de Denys de renoncer à une agression dangereuse et injustifiée.
 
L'amiral grec Conon se met au service des Perses après s'être exilé avec un certain nombre de ses hommes.
 
Denys l'Ancien, tyran de Syracuse, tente vainement de rallier Rhégion par la diplomatie. Il s’allie alors avec Locres pour prendre la ville à revers.
 
Conspiration de Cinadon à Sparte, qui voulait renverser le pouvoir des Égaux au profit des classes inférieures.
 
Le roi de Sparte Agésilas II défait le satrape perse Tissapherne.
 
Guerre de Corinthe (→ -390).
Juillet
   /07
Début de la guerre de Corinthe entre Sparte et une coalition de cités rejetant sa domination. Lysandre envahit la Béotie mais est tué devant la cité d'Haliarte.
Juillet
   /07
Victoire de Sparte à la bataille de Némée, près de Corinthe.
Avril
   /04
Conon et Pharnabaze s’emparent de Cythère et menacent Sparte dans le golfe Saronique.
Octobre
   /10
Conon se rend à Athènes avec 80 navires, accompagné d'Évagoras. Il fournit de l'argent pour la réfection du Mur de Thémistocle et des Longs Murs.
 
Premier voyage de Platon en Italie et en Sicile.
 
Platon fonde son Académie d'Athènes.
 
Sparte et la Grèce jurent à Sardes un traité, la paix d'Antalcidas.
 
Occupation de Thèbes par les Spartiates ; Athènes accueille les exilés thébains.
 
Libération de Thèbes.
 
Athènes envoie des ambassadeurs dans de nombreuses cités pour conclure des alliances contre l’hégémonie spartiate.
Mai
   /05
Coup de main manqué de Sphodrias contre Le Pirée, qui déclenche la guerre entre Sparte et Athènes, qui s’allie à Thèbes.
 
Le commandant spartiate Sphodrias, en poste à Thespies attaque Athènes de nuit, mais est surpris et défait. Il bat en retraite. Athènes rejoint l'alliance thébaine.
Février
   /02
Athènes forme une nouvelle confédération maritime (symmachie) contre Sparte, accordant liberté et autonomie aux cités alliées parmi lesquelles Andros, Chios, Byzance et Lesbos.
 
Le blocus se fait ressentir à Athènes, et la flotte n'a plus d'autre choix que de livrer bataille à l'ennemi. Le commandement de la flotte est donné au général Chabrias. Il livre bataille au large de Naxos et bat la flotte spartiate commandée par Pollis. Faisant d'une pierre deux coups : il casse le blocus, et il fait entrer les îles alentour dans l'alliance athénienne.
Septembre
   /09
Bataille de Naxos. Athènes retrouve la maîtrise de la mer Égée.
Juin
28/06
Victoire de la flotte athénienne dirigée par Timothée sur Sparte à Alyzeia, ville d’Acarnanie, dans la mer Ionienne.
Juillet
   /07
Paix négociée entre Sparte et Athènes, qui s’inquiète de la puissance thébaine.
 
Traité de paix signé entre Syracuse et Carthage.
Avril
   /04
Expédition du roi de Sparte Cléombrote II en Phocide. Les Thébains se retirent en Béotie à son approche.
Novembre
   /11
Procès de Timothée, accusé de haute trahison. Il est acquitté, notamment grâce au témoignage d’Alcétas d’Épire et de Jason de Phères, qu’il a fait entrer dans l’alliance d’Athènes. Il s’engage comme mercenaire auprès des satrapes perses pour succéder à Iphicrate dans la guerre en Égypte.
 
Paix de Sparte. Paix entre tous les Grecs, sauf Thèbes.
Juin
   /06
Congrès hellénique. Paix entre Sparte et Athènes. Athènes reconnaît l’hégémonie de Sparte sur terre et Sparte reconnaît la prédominance d’Athènes sur mer. Thèbes s’exclut elle-même de la paix en exigeant la reconnaissance de la réunification de la Béotie.
Juillet
06/07
Épaminondas défait les Spartiates à bataille de Leuctres. Pour la première fois depuis très longtemps, les Spartiates sont vaincus en rase campagne.
 
Triomphe du parti de la paix à Athènes. Retournement des alliances : Athènes s'allie à Sparte et se rapproche de Denys de Syracuse. Envoi d'un renfort athénien aux Spartiates, pour faire pression sur les troupes thébaines qui se retirent de Laconie..
Décembre
   /12
Épaminondas est dans le Péloponnèse, en Laconie, mais il évite d'attaquer Sparte.
Avril
   /04
Alliance d’Athènes et de Sparte devant la puissance thébaine.
Juillet
   /07
Nouvelle expédition d’Épaminondas dans le Péloponnèse. Victorieux des Lacédémoniens et des Pelléniens, il attaque Sicyone et Pellène sans succès, puis pille les campagnes de Trézène et d'Épidaure et entre dans Corinthe, fidèle à Sparte. Il en est chassé par les forces de l’Athénien Chabrias..
 
Première expédition de Thessalie menée par Pélopidas : Thèbes soumet la Thessalie et la Macédoine.
 
Guerre entre Carthage et Denys de Syracuse. Denys envahit les possessions carthaginoises en Sicile mais est repoussé et doit conclure une trêve.
Avril
   /04
Le général thébain Pélopidas est envoyé au secours des villes de Thessalie menacées par le tyran Alexandre de Phères. Alexandre II de Macédoine est assassiné par son beau-frère Ptolémée d’Aloros, l’amant de la reine Eurydice. Ptolémée devient régent. Pélopidas intervient en Macédoine pour éviter que le pays ne prenne le parti d’Athènes. Il s’entend avec Ptolémée et obtient 50 otages, dont le frère du roi Alexandre II, Philippe II, qui est envoyé à Thèbes. De retour en Thessalie, Pélopidas est fait prisonnier par traîtrise devant Pharsale.
 
Seconde expédition de Thessalie menée par Pélopidas. Cette fois il est fait prisonnier..
 
Troisième expédition de Thessalie commandée par Epaminondas qui délivre Pélopidas..
 
Mort de Denys l'Ancien. Denys le Jeune hérite de la tyrannie à la mort de son père.
 
Épaminondas fait campagne contre la Ligue achéenne. Les oligarques modérés qui gouvernent les villes achéennes se rallient à Épaminondas, mais les autorités de Thèbes soutiennent leurs opposants démocrates dans la guerre civile qui s’ensuit. Les oligarques triomphent et s’allient avec Sparte.
Décembre
   /12
Congrès de Suse. Échec d’un projet de paix commune favorable à Thèbes.
Avril
   /04
Épaminondas mène une troisième campagne dans le Péloponnèse. Il force le blocus de l’Isthme de Corinthe avec l’aide des Argiens, avec l’intention de faire des Achéens ses alliés et de contrôler les Arcadiens ; il place des gouvernements démocratiques mais les oligarchies sont rétablies après son départ.
   /04
Congrès de Thèbes. Les délégués des cités grecques réunis à Thèbes refusent de prêter serment pour entériner le rescrit de Suse et réclament des négociations individuelles.
Juin
   /06
Épaminondas mène une troisième campagne dans le Péloponnèse. Il force le blocus de l’Isthme de Corinthe avec l’aide des Argiens, avec l’intention de faire des Achéens ses alliés et de contrôler les Arcadiens ; il place des gouvernements démocratiques mais les oligarchies sont rétablies après son départ.
   /06
Nouvelle ambassade athénienne auprès du Grand Roi à Suse ; elle est de retour en Grèce en septembre-octobre. Artaxerxès II, qui craint l’alliance entre Athènes et les satrapes révoltés, reconnait les droits d’Athènes sur Amphipolis, en Thrace. Il encourage les Thébains à construire une flotte pour concurrencer Athènes.
 
Paix séparée entre Thèbes et Corinthe qui reconnaît l’indépendance de la Messénie.
 
Quatrième expédition de Thessalie menée par Pélopidas, pour se venger. Bataille de Cynoscéphales. Pélopidas est tué..
 
Point culminant de la révolte des satrapes d’Asie mineure contre le roi de Perse Artaxerxès II.
Juillet
04/07
Épaminondas est victorieux à Mantinée contre la nouvelle confédération spartiate, mais il trouve la mort et Thèbes perd le bénéfice de la victoire.
Juin
   /06
Apprenant la mort de leur roi Agis, Philippe II de Macédoine, qui a levé une nouvelle armée, marche contre les Péoniens et les repousse.
Septembre
   /09
Le roi Perdiccas III de Macédoine est tué en combattant les Illyriens de Bardylis. Son jeune fils Amyntas IV lui aurait succédé quelques mois sous la régence de son oncle Philippe avant d'être déposé, mais il est proposé récemment sur la base de données archéologiques et de témoignages littéraires que Philippe ait été proclamé roi de Macédoine dès la mort de Perdiccas.
Septembre
   /09
Argaios, prétendant au trône de Macédoine exilé mais bénéficiant du soutien des Athéniens, débarque à Potidée. Il marche sur Aigéai, l'ancienne capitale, mais est battu par Philippe II de Macédoine près de Méthone3. Après l'échec d'Argaios, une paix est conclue entre Athènes et Philippe II.
Avril
   /04
Philippe II de Macédoine, qui a levé une nouvelle armée, remporte une grande victoire sur les Illyriens. Le roi des Dardaniens (Illyrie) Bardylis est tué et ses troupes sont massacrées dans la vallée de l'Erigon.
Septembre
   /09
Chute de Denys le Jeune à Syracuse et accès au pouvoir de son oncle maternel Dion de Syracuse.
Octobre
   /10
Philippe II de Macédoine épouse Olympias, fille du roi des Molosses.
Novembre
   /11
Réunion du Conseil amphictionique à Delphes. À la suite de l'assassinat d’Alexandre de Phères (358 av. J.-C.), tous les Thessaliens, en paix, tombent dans la sphère d’influence de Thèbes, ce qui donne aux Béotiens la majorité absolue.
   /11
Début de la guerre des alliés ou guerre sociale : révolte des principaux alliés d’Athènes, Byzance, Rhodes, Cos et Chios. Ils obtiennent l’aide du satrape de Carie Mausole qui leur envoie cent navires. Un coup de main du stratège Chabrias contre le port de Chios échoue. Chabrias y trouve la mort. Les alliés ravagent les clérouquies athéniennes d’Imbros, de Lemnos et de Samos.
 
Troisième guerre sacrée (→ -346).
Janvier
   /01
Prise de Pydna par Philippe II de Macédoine. Il rompt avec Athènes et s’allie à la Ligue chalcidienne, puis reprend la guerre contre Athènes.
Avril
   /04
Prise de Crénidès par les Macédoniens et fondation de Philippes.
Juin
21/06
Érostrate incendie le temple d'Artémis à Éphèse, l’une des Sept Merveilles du monde, dans le seul but d’immortaliser son nom. Il est condamné au feu et toute mention de son nom est interdite sous peine de mort. Le même jour naît Alexandre le Grand.
Octobre
   /10
Philippe II de Macédoine commence le siège de Méthone (il perd un ½il au cours des combats).
Janvier
   /01
Philippe entreprend la conquête des cités de la côte thrace alliées à Athènes. Il prend Abdère et Maronée mais échoue devant Néapolis.
Juin
   /06
Assassinat de Dion de Syracuse par l’un de ses compagnons, l’Athénien Callipe, qui devient tyran à son tour.
Juillet
   /07
A Syracuse, Callipe est renversé par les fils de Denys l’Ancien et d’Aristomachè, Hipparinos et Nysaeos qui exercent la tyrannie jusqu’à ce que Denys le Jeune reprenne le pouvoir en 346 av. J.-C.
Mars
   /03
Philippe II entre en Thessalie, s’empare du port de Pagases, empêchant le débarquement des secours du stratège athénien Charès. Il est vainqueur d’Onomarchos au Champ de Crocus.
Juillet
   /07
Philippe II s'empare de la ville de Phères en Thessalie et se fait élire chef fédéral à vie de la Confédération thessalienne. Il est devant les Thermopyles en août, mais trouve la position occupée par des contingents athéniens, spartiates et achéens. Il n’insiste pas.
Décembre
   /12
Le pharaon d'Égypte Nectanébo II repousse une nouvelle offensive d’Artaxerxès III avec l'aide des mercenaires grecs Diophante d'Athènes et Lamios de Sparte.
Août
   /08
Philippe II de Macédoine prend la ville d'Olynthe, assurant son contrôle de la péninsule chalcidicienne. Les habitants sont réduits en esclavage et la ville est rasée.
Décembre
   /12
Les Grecs sont convoqués à une conférence panhellénique à Athènes pour conclure en commun la paix. Le projet échoue.
 
Retour au pouvoir de Denys le Jeune à Syracuse.
Avril
18/04
L’assemblée athénienne accepte les propositions de paix de Philippe II de Macédoine.
Juin
17/06
Philippe ratifie la paix de Philocrate, négociée par Eschine, et prête serment à Phères, alors qu’il s’apprête à marcher sur les Thermopyles.
Juillet
   /07
Troisième ambassade athénienne auprès du roi de Macédoine, après que Démosthène ait dissuadé les Athéniens d’envoyer les secours demandés par Philippe, qui doit alors tenir ses engagements vis-à-vis des Thébains : il investit la Phocide et la remet aux mains des amphictyons. La Confédération phocidienne est dissoute, les villes sont rasées et la population dispersée.
Octobre
   /10
Le roi perse Artaxerxès III reprend la Phénicie (Sidon est brûlée) et Chypre.
Avril
   /04
Sparte attaque ses voisins et Philippe II de Macédoine envoie des mercenaires au secours de Messène. Démosthène, envoyé comme ambassadeur dans le Péloponnèse, met en garde les Argiens et les Messéniens contre l’alliance macédonienne. Philippe envoie à Athènes une protestation écrite.
Décembre
   /12
Ambassade perse à Athènes qui propose à la ville de financer une guerre contre Philippe ; ambassade de Python de Byzance, envoyé par Philippe, à Athènes. Python propose de réviser le traité de 446 av. J.-C. dans le sens des souhaits des Athéniens. L’assemblée se laisse convaincre et repousse les offres perses.
 
Pacte de Philippe II de Macédoine avec le roi Perse.
Août
   /08
Abdication de Denys le Jeune, chassé de Syracuse par le corinthien Timoléon.
 
Aristote devient le précepteur d'Alexandre.
Mars
   /03
Expédition athénienne en Chersonèse de Thrace. Heurts entre les Athéniens et les gens de Cardia. Pillages du stratège Diopeithès. Philippe II de Macédoine adresse une lettre de protestations aux Athéniens et réclame le rappel de Diopeithès. Démosthène s’oppose vigoureusement à cette demande.
Novembre
   /11
Guerre victorieuse des Macédoniens contre la Thrace.
   /11
Le Corinthien Timoléon, qui a établi une oligarchie modérée à Syracuse bat les Carthaginois, supérieurs en nombre, lorsqu’ils traversent le fleuve Crimisos (un orage aurait mis le fleuve en crue et aggravé la déroute punique), dans l’ouest de la Sicile. Après la défaite punique, des cités siciliennes reforment alors une coalition contre Timoléon qui parvient non sans peine à les soumettre les unes après les autres. Il instaure des démocraties modérées dans les villes siciliotes, et les réunit dans une alliance fédérale sous l’hégémonie de Syracuse. Il fait appel à des colons venus de Grèce pour repeupler les villes de Sicile et les reconstruire (Agrigente et Géla en particulier). La Sicile se redresse économiquement, et redevient un grenier à blé.
 
Victoire romaine sur les Latins près du fleuve Astura et à Pedum, qui est prise. La coalition brisée, les deux consuls réduisent successivement les villes insurgées et annexent le Latium, ce qui met fin à la révolte des Latins et des Volsques.
Juillet
   /07
Philippe II de Macédoine confie la régence à son fils Alexandre le Grand âgé de 16 ans, puis met le siège devant Périnthe et intervient en Chersonèse de Thrace.
Août
02/08
Philippe II de Macédoine défait les armées alliées d'Athènes et de Thèbes à la bataille de Chéronée.
 
Ligue de Corinthe.
Janvier
   /01
Philippe II de Macédoine convoque un congrès panhellénique à Corinthe qui déclare la guerre à la Perse. Il impose son hégémonie en Grèce. La paix est établie entre les cités grecques qui conservent leur autonomie et leur système sociopolitique1. Alliées à Philippe, elles doivent lui fournir hoplites et vaisseaux pour lutter contre les Barbares. Leur pouvoir devient cependant local et limité.
Juillet
   /07
Philippe II de Macédoine prend Cléopâtre, nièce d’Attale, une femme de la noblesse macédonienne comme épouse (septièmes noces). Il pense qu'il est sage d'avoir un troisième fils, car ses deux fils précédents Alexandre et Philippe Arrhidée souffrent d'épilepsie. Cela provoque une violente dispute avec Alexandre qui prend le parti de sa mère Olympias et part provisoirement en Épire dans la famille de sa mère, puis en Illyrie. Les deux hommes se réconcilient.
Juillet
   /07
Assassinat de Philippe II - Alexandre accède au pouvoir..
Septembre
   /09
Répression d’un premier soulèvement de la Grèce après l’avènement d’Alexandre.
 
Aristote fonde le Lycée (école péripatéticienne) à Athènes.
Mars
   /03
Campagne d’Alexandre le Grand en Thrace.
Mai
   /05
Alexandre défait les Gètes puis les Triballes du roi Syrmos près du delta du Danube.
Juillet
   /07
Une délégation de Celtes (Scordisques), sans doute originaires de Pannonie, rencontre Alexandre le Grand vers le confluent du Danube avec la Morava. Après un échange de gages ou de cadeaux diplomatiques, Alexandre demande aux Celtes ce qu’ils redoutent le plus chez les hommes. Les Celtes rétorquent qu’ils ne redoutent rien, si ce n’est de voir un jour le ciel leur tomber sur la tête.
Août
   /08
La rumeur de la mort d’Alexandre déclenche la révolte thébaine. Les exilés thébains rentrent dans leur cité, rétablissent la démocratie et assiègent la garnison macédonienne de la Cadmée. Athènes et un certain nombre de Péloponnésiens soutiennent la révolte.
Septembre
   /09
Alexandre, alerté, entre en Béotie. Thèbes, isolée, résiste, puis est prise.
Octobre
   /10
Alexandre réunit de nouveau le Conseil de la Ligue de Corinthe, se fait confirmer la direction de la guerre contre les Perses et fixe les effectifs que chaque peuple ou cité devra engager.
   /10
Athènes et Thèbes forment une coalition contre l'hégémonie macédonienne.
Décembre
   /12
Alexandre est vainqueur du siège de Thèbes ; la cité est rasée tandis qu'Athènes est épargnée.
 
Conquête de l'Asie Mineure par Alexandre contre Darios III (→ -333).
Mai
   /05
Débarquement d'Alexandre en Asie Mineure. Bataille du Granique.
   /05
Bataille du Granique qui oppose pour la première fois l'armée macédonienne à l'armée perse sur les rives du fleuve Granique.
Juillet
   /07
Prise de Milet par Alexandre.
Novembre
   /11
Prise d'Halicarnasse par Alexandre.
Décembre
   /12
Alexandre prend ses quartiers d’hiver à Gordion, en Anatolie centrale.
Avril
   /04
Opérations d’Alexandre le Grand autour de Gordion, où il a établi son quartier général1. Il tranche le n½ud gordien, ce qui lui promet l’empire d’Asie.
Novembre
01/11
Alexandre le Grand défait le roi perse Darius III Codoman à la bataille d'Issos.
 
Conquête de la Phénicie et de l'Égypte par Alexandre. Fondation d'Alexandrie (→ -331).
Juillet
   /07
Alexandre constitue une puissante flotte et les amiraux macédoniens Amphotéros et Hégéloque triomphent des Perses en mer Égée, permettant ainsi à leur roi de reprendre le contrôle de Chios et des cités de Lesbos et de Ténédos.
Août
   /08
Siège et prise de Tyr par Alexandre le Grand. La ville est rasée et ses habitants sont vendus comme esclaves. Alexandre prend possession de la Judée et de la Samarie.
Novembre
   /11
Siège et prise de Gaza par Alexandre.
Décembre
   /12
Alexandre laisse la direction de la Syrie-Palestine à son général Parménion, puis entre en Égypte où il est accueilli en libérateur. Le conquérant macédonien garde l’organisation administrative de la satrapie perse, à la tête de laquelle il nomme un gouverneur. Alexandre se présente en Égypte comme un vrai Pharaon.
 
Conquête de la Mésopotamie et de la Perse par Alexandre (→ -330).
Mai
   /05
Alexandre franchit l’Euphrate à Thapsaque.
Octobre
01/10
Victoire d'Alexandre sur les Perses à Gaugamèles.
   /10
Alexandre est proclamé roi d'Asie. Il entre à Babylone où il est accueilli en libérateur. Il honore les dieux du pays et nomme satrape de Babylonie le Perse Mazaios. Suse tombe sans résistance. Alexandre y retrouve le butin que Xerxès avait pris à Athènes et le renvoie aux Athéniens. En marchant sur Persépolis, il se heurte à un peuple montagnard, les Uxiens, puis au satrape Ariobarzanès, et subit de lourdes pertes (janvier 330). Il livre Persépolis au pillage de ses troupes et y passe l’hiver.
 
L'armée d'Alexandre détruit Persépolis.
Mai
   /05
Retour d’Alexandre le Grand à Persépolis. Il incendie la ville, selon la légende pour plaire à sa maîtresse Thaïs et pour venger la destruction de l'Acropole et de l'Érechthéion en 480 av. J.-C. par Xerxès Ier, lointain ancêtre et prédécesseur de Darius.
Juillet
01/07
Darius III, en fuite, est assassiné par Bessus, le satrape de Bactriane et de Sogdiane à Hécatompylos. Bessus prend le titre de Grand Roi. Alexandre fait des funérailles royales à Darius et déclare qu’il continue la guerre pour le venger.
Mars
   /03
Les armées d’Alexandre le Grand marchent à travers le Gandhâra. Fondation d’Alexandrie du Caucase.
Août
   /08
Campagne d'Alexandre en Inde (→ -325).
Avril
   /04
Les armées d’Alexandre le Grand font leur jonction en Inde devant l’Indus1 près d’Attok, et franchissent le fleuve sur un pont de bateaux. Alexandre soumet sans coup férir le roi de Taxila, Omphis.
Mai
   /05
Alexandre franchit l’Hydaspes (Jhelum) puis surprend Porus (Paurava), roi de Pendjab, et son armée composée de 30 000 fantassins, 4 000 cavaliers, 300 chars et 200 éléphants à la bataille de l'Hydaspe. Il lui laisse son royaume. Il marche jusqu’à l’Hyphasis (Beâs) et s’apprête à envahir le royaume des Nanda dans la vallée du Gange.
Juillet
   /07
Sur l’Hyphasis, Alexandre se heurte au refus de son armée d’aller plus loin. Il repart, après avoir fondé deux colonies sur l’Hydaspes.
 
Noces de Suse où Alexandre et plusieurs milliers de Macédoniens épousent des filles de l'aristocratie perse. Alexandre tente une politique de fusion ethnique, afin d'éviter toute rébellion des vaincus et créer une descendance gréco-perse.
Février
   /02
Alexandre le Grand arrive à Pasargades avec des troupes légères et fait restaurer le tombeau de Cyrus Ier.
Avril
   /04
Sédition d’Opis dans l'armée d'Alexandre contre l'incorporation de recrues perses. Alexandre libère les soldats macédoniens de toute obligation militaire, ce qui provoque des protestations et des quolibets. Alexandre arrête les principaux meneurs et les fait exécuter, reproche aux Macédoniens leur ingratitude, puis se retire dans son palais où il n’admet que des Perses. Les Macédoniens implorent son pardon.
Mars
   /03
Alexandre le Grand se fait reconnaître comme dieu par les cités grecques, qui délèguent à Babylone des théores — des ambassadeurs que l’on envoie aux dieux — pour le couronner d’or.
Juin
11/06
Mort d'Alexandre à Babylone.
12/06
Des troubles sanglants éclatent au lendemain de la mort d'Alexandre, mais peu après les généraux macédoniens, les Diadoques, décident de faire une trêve (accords de Babylone).
24/06
Guerres de succession (→ -321).
Septembre
   /09
Début de la guerre lamiaque. Rébellion d’Athènes et de ses alliés Étoliens, soulevés par Hypéride à la nouvelle de la mort d’Alexandre.
 
Guerre entre les Grecs et les Carthaginois : Agathoclès de Syracuse étend ses possessions en Sicile et au Nord de l’Afrique ; il marche sur Carthage mais trop affaibli pour la prendre, il rentre en Sicile.
 
Athènes se libère de la garnison macédonienne.
Avril
   /04
Antiochos lance une expédition en Grèce contre le roi de Macédoine Ptolémée Kéraunos mais est battu sur mer. Il signe la paix à la fin de l'année.
Mai
   /05
Pyrrhus débarque à Tarente menant la coalition grecque.
Juillet
   /07
Pyrrhus remporte une victoire à la bataille d'Héraclée contre P. Valerius Laevinius5. Il utilise des éléphants qui déconcertent les Romains. L’armée romaine se retire.
Mars
   /03
Défaite des Romains contre Pyrrhus à la bataille d'Ausculum.
Avril
   /04
Le médecin de Pyrrhus offre aux consuls d’empoisonner le roi d’Épire contre une récompense, mais Fabricius refuse l’offre et le dénonce à Pyrrhus.
   /04
Alliance de Rome et de Carthage qui envoie à Ostie Magon avec une flotte de secours contre Pyrrhus.
Mai
   /05
Syracuse, après avoir chassé le tyran Theonon qui contrôle toujours la forteresse d’Ortygie, fait appel à Pyrrhus pour mener une campagne contre Carthage.
Octobre
   /10
Attaque du sanctuaire de Delphes par les Gaulois de BrennUs.
   /10
Pyrrhus passe en Sicile à l’appel de Sositratus d’Agrigente pour combattre les Carthaginois ; il débarque à Catane, puis est reçu chaleureusement à Syracuse où le tyran Theonon quitte la forteresse d’Ortygie où il s’était réfugié ; Pyrrhus est élu commandant en chef. Son général, Milon, reste à Tarente avec une garnison. Il ne peut empêcher la progression des Romains en Italie.
Avril
   /04
Le consul L. Cornelius Rufinus, après avoir connu un revers aux monts Cranita, dans le Samnium, reprend Crotone. Les Italiotes du Sud —Lucaniens, Samnites, Bruttiens— subissent une série de défaites. Tarente, menacée, écrit à Pyrrhus Ier pour implorer son retour.
Mai
   /05
Pyrrhus, à la tête des forces sicéliotes, chasse la garnison carthaginoise d'Agrigente, puis s'empare de la forteresse réputée imprenable du Mont Éryx. Après la prise de Panormus les Carthaginois sont chassés de Sicile à l’exception de Lilybée qui résiste. Pyrrhus projette de s’attaquer à Carthage en Afrique mais se heurte à la lassitude des Siciliens qui l’accusent de tyrannie.
 
Pyrrhus, de retour en Italie, est battu par la flotte carthaginoise au passage du détroit de Messine ; il attaque Rhêgion, pille le sanctuaire de Locres. Il est harcelé dans sa marche vers le Nord par les Mamertins, mercenaires qui ont pris Messine.
 
Début du règne d'Antigone II Gonatas, roi de Macédoine, fondateur de la dynastie des Antigonides.
 
Les Carthaginois se réapproprie la majeure partie de la Sicile.
Avril
   /04
Défaite de Pyrrhus à la bataille de Beneventum devant les Romains. Pyrrhus marche vers la Campanie. L’armée romaine de Curius Dentatus lui barre la route à Maleventum. Les troupes romaines font pleuvoir de multiples traits enflammés sur les éléphants qui se retournent sur les bataillons de Pyrrhus. Pyrrhus, vaincu, regagne Tarente, puis à l’automne, sous prétexte d’aller chercher des renforts, l’Épire; Son lieutenant, Milon, continue à occuper la citadelle de Tarente avec des forces importantes.
Mai
   /05
Pyrrhus, de retour en Épire, soumet la Macédoine après sa victoire sur Antigone II Gonatas, qui se replie sur Thessalonique.
Mai
   /05
Pyrrhus Ier envahit le Péloponnèse pour soutenir le roi de Sparte exilé Cléonyme et chasser les garnisons des villes tenues par Antigone II Gonatas. Il assiège Sparte, qui résiste, alors que son roi Areus mène une expédition en Crète. Antigone en profite pour reconquérir la Macédoine.
Juillet
   /07
Antigone II Gonatas envoie sa flotte de Corinthe à Argos. Pyrrhus abandonne le siège de Sparte et se replie vers le nord.
Septembre
   /09
Les Romains prennent la ville de Tarente, en Italie du Sud, après que Pyrrhus a retiré son soutien à la ville. L’armée romaine, sous les ordres des consuls Sp. Carvilius et L. Papirius Cursor, vient par terre mettre le siège devant la ville. Milon, maître de la citadelle, obtient de Rome pour prix de sa capitulation la liberté de se retirer avec ses troupes et son trésor. La citadelle aux mains de l’armée romaine, Tarente capitule. Rome lui impose des conditions très dures : elle doit entrer dans la fédération italique, abattre son enceinte fortifiée, payer un tribut de guerre et recevoir dans sa citadelle une garnison romaine. La péninsule italienne est entièrement soumise à Rome.
Octobre
   /10
Pyrrhus Ier est tué à Argos dans un combat de rue5. Son fils Alexandre devient roi d’Épire. Il conclut la paix avec Antigone II Gonatas et se retire de Macédoine9 Antigone II Gonatas redevient roi de Macédoine.
 
Hiéron II, tyran de Syracuse, attaque les Mamertins, anciens mercenaires d'Agathocle qui occupent Messine. Battus près du fleuve Longanus, ils font appel à Carthage qui selon Diodore, intervient et envoie une garnison de quarante soldats à Messine.
 
Alliance d'Athènes avec Sparte et Ptolémée II. Début de la guerre chrémonidéenne des cités grecques contre la Macédoine.
 
Arcésilas de Pitane prend la direction de l'Académie d'Athènes à la mort de Cratès et fonde la Nouvelle Académie.
 
Première expédition de Sparte sur l'isthme de Corinthe.
 
Seconde expédition de Sparte sur l'isthme de Corinthe.
 
Antigonos Gonatas écrase une révolte de mercenaires galates à Mégare.
 
Troisième échec de Sparte devant Corinthe. Mort du roi Areus Ier. Début du siège d'Athènes (→ -262) par Antigone II Gonatas.
 
Début du règne d'Acrotatos, fils d'Areus, roi de Sparte.
 
Nicomède Ier fonde Nicomédie en Bithynie.
 
Le roi d’Épire Alexandre envahit la Macédoine.
 
à Rome, Cnaeus Fulvius Maximus Centumalus, élu dictateur, plante un clou au mur du temple de Jupiter capitolin pour arrêter la peste qui sévit depuis deux ans.
 
Le roi d’Épire Alexandre, qui tentait d’occuper à nouveau la Macédoine, est écrasé à Derdia par Démétrios, le fils de Gonatas. Il doit se réfugier en Acarnanie. Aidé par ses alliés, il parvient à se rétablir en Épire et partage l’Acarnanie avec les Étoliens.
 
Réoccupation et administration macédonienne d'Athènes.
 
Démétrios II est peut-être associé au pouvoir en Macédoine par son père Antigone II Gonatas.
 
Début du règne de Léonidas II, roi de Sparte.
 
Révolte d’Alexandre, fils de Cratère (demi-frère de Gonatas), commandant de la garnison de Corinthe et des possessions macédoniennes en Grèce centrale. Il entraîne les cités d'Eubée en échange de leur liberté.
Juillet
   /07
Aratos de Sicyone, devenu stratège de la Ligue achéenne, attaque la côte septentrionale du golfe de Corinthe (Locride occidentale et Kalydon). Il tente de libérer le Péloponnèse de la présence macédonienne et persuade les Béotiens de se soulever.
Octobre
   /10
La Ligue des Étoliens, proche de Gonatas, bat la Ligue des Béotiens alliée de la Ligue achéenne pro-Alexandre à Chéronée. Mort d'Alexandre, fils de Cratère et gouverneur de Corinthe révolté, dans des circonstances inconnues. Gonatas récupère ses possessions en Grèce centrale (Corinthe, l’Eubée, etc.).
 
Début du règne d'Agis IV, roi de Sparte. Il tente de réformer Sparte pour lui rendre sa puissance. Époque des rois réformateurs à Sparte.
 
Le roi de Sparte Léonidas II est déposé. Cléombrote occupe le trône à sa place.
 
Ptolémée III est nommé amiral de la Ligue achéenne.
Juin
   /06
Aratos de Sicyone, à la tête de la Ligue achéenne, réussit à s'emparer de l'Acrocorinthe par un coup de main nocturne audacieux. Épidaure Mégare et Trézène rejoignent la Ligue achéenne. Après la prise de Corinthe, Antigone II Gonatas s’allie à la Ligue étolienne contre les Achéens.
 
Aratos de Sicyone assiège la garnison macédonienne du Pirée, puis Argos, en vain.
 
Rome intervient en Grèce sous forme diplomatique en faveur des Acarnaniens menacés par les Étoliens.
 
La Ligue achéenne s'allie à la Ligue étolienne contre Démétrios II de Macédoine.
 
Le roi de Macédoine Démétrios II envahit la Béotie sous domination étolienne, et remet aux Athéniens le contrôle des forteresses où étaient postées des garnisons macédoniennes.
 
Début du règne de Cléomène III, roi de Sparte. Il veut réformer la société spartiate à l'instar d'Agis IV et rétablir les lois de Lycurgue.
 
La ville de Pleuron est détruite par Démétrios II de Macédoine en guerre contre la ligue étolienne.
 
Aratos de Sicyone est battu à Phylakia, près de Tégée par un des généraux de Démétrios II de Macédoine.
Juin
   /06
Les pirates illyriens s’emparent de Phoinikè en Épire. Les Épirotes renoncent à l’alliance achéenne et étolienne pour s’allier à la reine Teuta, et certainement lui cèdent le port de l’Altintania.
Octobre
   /10
La reine Teuta assiège Issa, sur la côte de Dalmatie. Issa fait appel à Rome, qui envoie une ambassade aux Illyriens pour leur demander de cesser leur piraterie contre les marchands romains dans l'Adriatique. Teuta reçoit l'ambassade romaine et fait assassiner le plus jeune des délégués du Sénat, ce qui déclenche les hostilités.
Mai
   /05
Les pirates illyriens de la reine Teuta s’attaquent à la ville d’Epidamne, mettent la main sur Corcyre, et bloquent l'île d'Issa qui demande le secours de Rome, ce qui provoque la Première guerre d'Illyrie.
Mars
   /03
La reine Teuta doit capituler et céder à Démétrios de Pharos une partie de ses États. Le royaume de Démétrios ainsi créé, les cités grecques de la côte (Epidamne, Apollonia, Oricum), les îles de Corcyre et d’Issa, quelques peuples barbares du voisinage (Parthiniens, Atintans) passent sous protectorat romain (printemps 228 av. J.-C.). Rome contrôle les voies reliant les Balkans et l’Italie, et s’empare également de l’Altintania (basse vallée de l’Aôos), point de départ de la route de Macédoine.
Avril
   /04
Après sa victoire sur les pirates illyriens de l'Adriatique, Rome est admise aux Jeux isthmiques.
Juin
   /06
Égine entre dans la Ligue achéenne.
Août
   /08
Antigone III Doson, après avoir chassé les Dardaniens, reprend la Thessalie aux Étoliens et restaure la flotte macédonienne.
 
Destruction du Colosse de Rhodes par un tremblement de terre. La ville détruite se relève immédiatement à l’aide de secours venus de tout le monde grec.
Juillet
   /07
Le roi Cléomène III de Sparte, après avoir défait la Ligue achéenne au mont Lycaeum, s’empare de Megalopolis.
Septembre
   /09
Coup d'État de Cléomène III à Sparte. Il lance un programme de réformes : abolition des dettes, création de nouveaux citoyens pris parmi les Inférieurs ou les Hilotes, qui reçoivent des lots de terre. Sparte acquiert une puissance militaire nouvelle qui permet de grands succès dans le Péloponnèse.
 
Cléomène III de Sparte, soutenu financièrement par Ptolémée III, cherche à dominer la Ligue achéenne. Aratos de Sicyone doit faire des avances diplomatiques à Antigone III Doson.
Juillet
   /07
Le roi de Sparte Cléomène III est vainqueur de la ligue achéenne à Hecatombaeum, près de Dymè.
Mars
   /03
Aratos de Sicyone, nommé généralissime de la ligue achéenne, rompt les négociations avec Cléomène III ; la guerre reprend.
Janvier
   /01
Alliance entre Aratos de Sicyone et Antigone III Doson contre Cléomène III de Sparte.
   /01
Corinthe se révolte contre Sparte et rejoint la ligue achéenne. Elle en devient rapidement le membre le plus influent.
Avril
   /04
A l'appel d'Aratos de Sicyone, les troupes d'Antigone III Doson passent l'isthme de Corinthe et entrent dans le Péloponnèse à la faveur du retrait spartiate sur Argos révoltée.
Septembre
   /09
Constitution de la ligue hellénique, dirigée contre Sparte et la Ligue étolienne, à l’initiative du roi de Macédoine Antigone III Doson, qui est nommé hêgêmon à vie (Achéens, Béotiens, Phocidiens, Acarnaniens, Thessaliens et Épirotes).
Décembre
   /12
Cléomène III envoie en otages à Ptolémée III ses enfants et sa mère en échange de son aide.
Avril
   /04
Campagne d'Antigone III Doson en Arcadie (→ Aoüt) dont les principales villes sont réintégrées à la Ligue achéenne. Antigone Doson prend Tégée ; des garnisons macédoniennes sont placées à Orchomène, Heraea et Telphusa ; Mantinée, après une sévère répression, est refondée par la Ligue sous le nom d'Antigonée.
Septembre
   /09
Mégalopolis est prise par les Spartiates ; les habitants, qui se sont enfuis à Messène sous la conduite de Philop½men, refusent de s'allier à Sparte, et la ville est pillée et détruite par Cléomène.
Juillet
   /07
Le roi Antigone III Doson de Macédoine aide la Ligue achéenne à défaire Sparte à la bataille de Sellasia. Cléomène III s'enfuit en Égypte où il meurt peu après. Antigone entre dans Sparte, occupée pour la première fois par un ennemi victorieux.
Août
   /08
Philippe V succède à Antigonos III comme roi de Macédoine à l'âge de 17 ans.
Mai
   /05
La Ligue étolienne ravage le Péloponnèse. Aratos de Sicyone est battu par les Étoliens à Caphies (Caphyae, en Arcadie) pendant l’été et se retire à la cour de Philippe V de Macédoine.
Août
   /08
Guerre entre Rhodes et Byzance à la suite de la décision de cette dernière de prélever des taxes sur les navires traversant le Bosphore.
Septembre
   /09
Rome envoie une ambassade à Hannibal pour lui demander de laisser Saguntum tranquille et lui rappeler de ne pas franchir l’Èbre. Elle se rend à Carthage pour réitérer sa demande tandis qu'Hannibal y demande des instructions pour savoir comment procéder.
Octobre
   /10
L’assemblée de la Ligue hellénique, réunie à Corinthe par Philippe V de Macédoine, déclare la guerre à la Ligue étolienne ; début de la Guerre des alliés entre les Ligues étolienne et achéenne(→ -217) pour l’hégémonie sur la Grèce. Le conflit s’étend à la Crète dans la guerre de Lyttos opposant les cités de Cnossos et de Gortyne pour le contrôle de l'île.
 
Restauration de la monarchie à Sparte. Lycurgue est élu roi bien qu'il ne soit pas de sang royal (selon Polybe, il aurait soudoyé les éphores).
Octobre
   /10
Pillage du sanctuaire de Dodone en Épire par les Étoliens conduits par le stratège Dorimaque.
 
Date traditionnelle de l'arrivée de religieux bouddhistes indiens en Chine.
Août
   /08
Victoire de la Ligue achéenne. Traité de Naupacte entre les Étoliens vaincus et la Macédoine alliée à l’Achaïe sur la base de l’uti possidetis. Fin de la guerre des Alliés.
 
Alliance de Philippe V de Macédoine et d'Hannibal. Début de la première guerre de Macédoine (→ -205).
Mai
   /05
Philippe V de Macédoine, avec cent vingt galères, prend Oricum et remonte l’Aoüs pour assiéger Apollonie, alliée des Romains.
Décembre
   /12
Philippe V de Macédoine est écrasé à la bataille de l’Aoüs. Pour le tenir loin d’Italie, le Sénat romain rallume la guerre en Grèce.
 
Philippe V de Macédoine envahit l’Illyrie protégée par Rome et parvient à s'emparer de Lissos.
 
Mort de Lycurgue, roi de Sparte ; son fils Pelops lui succède sous la tutelle de Machanidas, sans doute un mercenaire qui devient tyran de Sparte. Pelops fait alliance avec les Romains contre la Macédoine.
Octobre
   /10
Alliance entre Rome et la Ligue étolienne contre Philippe V de Macédoine négociée par Marcus Valerius Laevinus.
 
La trêve sacrée des Jeux olympiques est violée. Olympie est pillée.
Janvier
   /01
La flotte de Valerius Laevinus, basé à Corcyre, en campagne contre Philippe V avec la Ligue étolienne, prend l'île de Zacynthe, puis assiège et prend Anticyre dans le golfe de Corinthe. La ville est remise aux Étoliens.
 
Philippe V de Macédoine mène l'armée macédonienne en Grèce pour soutenir les Achéens contre Sparte ; au passage il défait par deux fois les Étoliens conduits par Pyrrhias, qui sont obligés de se réfugier à Lamia. Il reçoit la présidence des Jeux néméens et réunit une conférence de la Ligue achéenne à Aegum qui échoue à conclure la paix avec les Étoliens, alors que la flotte romaine sous Publius Sulpicius, basée à Naupacte razzie la côte achéenne. Philippe est battu ensuite par Sulpicius et les Étoliens à Élis et retourne en Macédoine, tandis que Sulpicius fait sa jonction avec la flotte d'Attale à Égine.
 
Nabis, chef de bande d’origine obscure, prend le pouvoir à Sparte, profitant de la guerre de Macédoine. Considéré comme un tyran par ses adversaires, il développe le programme révolutionnaire de Cléomène III.
Juillet
   /07
Sulpicius avec 25 quinquérèmes et Attale de Pergame avec 35 quinquérèmes établissent une nouvelle base à Lemnos en Égée pour razzier les côtes macédoniennes, que Philippe V met en défense. Le roi de Macédoine lance un raid en Étolie où il brûle les récoltes. Sulpicius et Attale s'emparent de la ville d'Oreos en Eubée mais échouent devant Chalcis. Attale met à sac Oponte puis rentre en Asie quand il apprend que Prusias de Bithynie a envahi ses États. Philippe envahit l’Étolie et prend Thronion, en Locride, tandis que son allié Philopœmen, stratège de la Ligue achéenne, vainc et tue de sa main Machanidas, tyran de Sparte, à la bataille de Mantinée.
 
Philippe V de Macédoine conclut une paix séparée avec la Ligue étolienne.
 
Constitution de la Fédération crétoise sous l’autorité de Philippe V de Macédoine.
 
Sempronius ouvre les négociations grâce à la médiation des Épiriotes et la paix de Phoenikê (Phœnicè) est conclue entre Rome, les Étoliens et Philippe V de Macédoine, qui conserve ses accès à l'Adriatique (partage de l’Illyrie). Fin de la Première Guerre macédonienne.
Avril
   /04
Le proconsul Publius Sempronius Tuditanus est envoyé avec 11 000 hommes et 35 quinquérèmes en Épire pour une nouvelle expédition contre Philippe V de Macédoine. Il débarque à Dyrrhachium ; les troupes macédoniennes avancent sur Apollonie, mais les Romains se mettent sur la défensive et refusent une bataille rangée, en l'absence d'alliés en Grèce.
   /04
Antiochos III, après avoir passé l'hiver en Carmanie, est à Babylone. Il mène une expédition dans la région du golfe Persique contre divers peuples arabes, notamment contre Gerrha.
 
Première Guerre crétoise : Métrodore, général de Philippe V de Macédoine, s’empare de Thasos et y place une garnison macédonienne. Philippe V détruit les villes de Cius et de Myrleia, sur la mer de Marmara. Il confie leur territoire à son beau-frère Prusias de Bithynie qui les reconstruit sous le nom de Prusias ad Hypium et Apamea Myrlea.
Mai
   /05
Philippe V de Macédoine prend Samos et assiège Chios.
Juillet
   /07
Victoire des flottes de Pergame, de Byzance et de Rhodes sur les Macédoniens à la bataille navale de Chios.
Août
   /08
Victoire de Philippe V de Macédoine à la bataille navale de Ladé. Philippe occupe Milet, s’empare de Myonte qu’il remet aux habitants de Magnésie pour les remercier d'avoir ravitaillé son armée, envahit le royaume de Pergame, la Pérée rhodienne et la Carie.
Octobre
   /10
Ambassade d'Attale et des Rhodiens à Rome pour dénoncer au Sénat les agissements de Philippe V de Macédoine en Égée et en Propontide.
Février
   /02
Deuxième Guerre macédonienne (→ -197).
Avril
   /04
Athènes rejoint la coalition contre Philippe V de Macédoine.
Juin
   /06
Premier ultimatum de Rome envoyé au lieutenant de Philippe V de Macédoine, Nicanor, qui approche d'Athènes pour attaquer la ville ; Philippe n'y prête aucune attention et attaque la Thrace ptolémaïque. Il s’empare de Kallipolis, Kypséla, Aïnos et Maronée, puis assiège Abydos qui oppose une vigoureuse résistance. Les troupes macédoniennes conduites par le général Philoclès tentent à leur tour de s’emparer d’Athènes et ravagent l’Attique.
Septembre
   /09
Marcus Aemilius Lepidus, arrivé de Rhodes, envoie un second ultimatum à Philippe qui assiège Abydos, lui enjoignant de ne pas attaquer les États grecs libres ni les possessions lagides, sans plus de résultats.
Octobre
   /10
Sulpicius envoie le légat Caius Claudius Centho avec 20 navires de guerre et 1 000 hommes pour lever le siège d’Athènes. Du Pirée, Claudius lance un raid sur la base macédonienne de Chalcis, qui est pillée. Le légat Lucius Apustius est chargé d'attaquer la frontière macédonienne et prend Antipatrea et Kodrion. Philippe V échoue à convaincre l'assemblée de la Ligue Achéenne réunie à Argos de l'aider à combattre le tyran de Sparte Nabis.
Avril
   /04
Titus Quinctius Flamininus arrive avec d'importants renforts à Corcyre pour reprendre le commandement de Villius. Il décline les propositions de paix de Philippe V de Macédoine. Flamininus entre en Thessalie par la vallée de l’Aoos, où il remporte une victoire, mais ne peut menacer la Macédoine. Il abandonne le front Illyrien pour transférer en Grèce sa base d’opération. Il obtient par la diplomatie le soutien de la Ligue Achéenne, du tyran de Sparte Nabis et de la Ligue Béotienne contre Philippe V de Macédoine.
Mai
   /05
L’armée romaine pénètre jusqu’en Lyncestide par la vallée de l’Aoos, mais sans pouvoir frapper la Macédoine au c½ur ni contraindre Philippe à la paix. Le consul Sulpicius Galba ramène ses troupes à Apollonia pour y passer l’hiver. Son successeur P. Villius Tappulus, d’abord paralysé par une mutinerie de troupes, ne peut rien faire de sérieux.
Novembre
   /11
Conférence de paix de Nicée de Locride entre Philippe V, Attale et Flamininus en présence des représentants de leurs alliés respectifs. Flamininus réclame l’évacuation des garnisons macédoniennes en Grèce, la remise des prisonniers et des déserteurs et le retour des parties de l’Illyrie acquises par Rome après la paix de 205 av. J.-C. Une trêve de deux mois est conclue et Philippe fait des propositions sur les places qu'il veut bien céder. Négociations à Rome. Les alliés réussissent à convaincre le Sénat romain que tant que Philippe conservera Démétrias en Thessalie, Chalcis en Eubée et Corinthe, « les entraves de la Grèce », il restera une menace pour les Grecs.
Avril
   /04
Prise de Leucade par Flamininus. L'Acarnanie entre dans la clientèle de Rome.
Juin
   /06
Le général romain Titus Quinctius Flamininus défait Philippe V de Macédoine à la bataille de Cynocéphales.
 
Rome proclame la liberté des Grecs.
 
Vote à Rome de la paix de Tempé entre Rome et Philippe V de Macédoine : « tous les Grecs d’Asie et d’Europe sont libres et pourront vivre selon leurs lois ; ceux qui sont sous la domination de Philippe seront remis aux Romains avant la célébration des Jeux isthmiques ainsi que les places où il tient garnison. Il retirera ses troupes d’Euromos, de Pédases, de Bargylies, d’Iasos, d’Abydos, de Thasos, de Myrina, de Périnthe ». Philippe doit livrer aux Romains tous les prisonniers et les déserteurs, sa flotte à l’exception de six vaisseaux, et verser mille talents, la moitié payable immédiatement, le solde en dix ans. Les villes grecques ratifient la paix, à l'exception des Étoliens. Les peuples grecs se trouvent divisés en cités libres et en cités occupées militairement par Rome (Oréos, Érétrie, Chalcis, Démétriade, Corinthe, etc.).
Juillet
   /07
Aux Jeux isthmiques de Corinthe, Titus Quinctius Flamininus déclare l’indépendance de la Grèce dans son ensemble, Thessalie comprise, provoquant une immense liesse. Les Romains évacueront la Grèce.
Août
   /08
Le roi séleucide Antiochos III envahit la Thrace.
 
Le Sénat romain reçoit le rapport des commissaires de retour de Grèce qui lui signalent qu’Antiochos III et Nabis de Sparte représentent de sérieuses menaces ; Flaminius est chargé de la surveiller.
 
Titus Quinctius Flamininus réunit un congrès à Corinthe pour décider les Grecs à déclarer la guerre au tyran de Sparte Nabis. Ils le suivent à l’unanimité, à l’exception des Étoliens. Flamininus se charge de l’exécution et marche sur Sparte avec l’armée confédérée tandis que la flotte contraint le port de Gythium à capituler. Nabis demande la paix. Flamininus la lui accorde malgré l’avis des confédérés. Nabis conserve son trône à la condition d’abandonner Argos et de payer une forte indemnité. Cette paix, ainsi que l’occupation permanente par les Romains de l’Acrocorinthe, de Chalcis et de Démétrias, produit une mauvaise impression en Grèce. Les Étoliens exploitent la situation. Flamininus presse le Sénat de lui donner l’autorisation d’évacuer les trois places.
Mars
   /03
Le Sénat romain donne à Titus Quinctius Flamininus l’ordre d’évacuer entièrement la Grèce et de ramener ses troupes en Italie. Flamininus convoque les alliés à Corinthe pour leur annoncer l’évacuation imminente de l’Acrocorinthe, de Chalcis, de Démétrias et d’Oréos2. Les derniers soldats romains quittent la Grèce en emportant avec eux de nombreuses ½uvres d'art du pays, exposées pendant trois jours à Rome lors du triomphe de Flamininus.
Mars
   /03
Alliance entre Antiochos III de Syrie et les Étoliens. Début de la guerre contre Antiochos III (guerre antiochéenne ou syrienne).
Juillet
   /07
Les Étoliens occupent Sparte. Nabis est mis à mort par Alexamenus. Furieux, les Spartiates le tuent avec ses hommes.
Octobre
   /10
Antiochos III intervient en Grèce centrale avec une dizaine de milliers d’hommes. Il débarque à Démétrias que les Étoliens viennent de prendre et marche sur Lamía. Malgré les promesses des Étoliens, aucune des villes grecques ne bouge. Philippe V de Macédoine, épuisé par sa défaite et mal disposé à l’égard de l’allié qui l’avait abandonné, se déclare pour Rome.
 
Guerre antiochique : Acilius Glabrio débarque à Apollonie avec 22 000 hommes et marche vers la Thessalie, favorisé par la douceur du climat et les préparatifs du propréteur Marcus Baebius, débarqué à l’automne 192 av. J.-C.
Avril
09/04
Le roi séleucide Antiochos III est défait par les Romains à la bataille des Thermopyles. Il est contraint de se retirer en Asie Mineure. Il pense que les Romains ne le suivront pas, mais Hannibal le détrompe, le prévenant d’avoir à défendre l’Asie contre Rome. La Phocide, la Béotie, Chalcis et l’Eubée se rallient aux Romains mais l’Étolie s’obstine. Après la prise d’Héraclée Trachinienne, des négociations sont ouvertes, mais les conditions romaines sont refusées par la Ligue étolienne et Acilius assiège Naupacte, son principal port sur le golfe de Corinthe ; Philippe V de Macédoine profite de la situation pour s’imposer en Grèce du Nord.
Septembre
   /09
La flotte séleucide conduite par Polyxenidas est battue par la flotte romaine de Livius et celle de Pergame au cap Corycus en Cilicie.
Octobre
   /10
Lucius Quinctius Flamininus arrive devant Naupacte, et les Étoliens assiégés dans la place font appel à lui en tant que libérateur de la Grèce pour négocier leur reddition auprès d'Acilius Glabrio et l'envoi d'une délégation à Rome. Démétrios, fils de Philippe V de Macédoine retenu comme otage à Rome, est renvoyé par le Sénat romain auprès de son père pour le remercier de son aide dans la guerre.
 
Le Sénat romain signifie aux représentants de la Ligue étolienne qu'ils doivent reconnaître la suprématie de Rome, avoir les mêmes amis et les mêmes ennemis, livrer leurs armes et leurs chevaux et payer une contribution de 1 000 talents ; au retour de leurs députés, les Étoliens refusent les conditions du Sénat. Ils fortifient le mont Corax pour empêcher l'armée romaine d'Acilius Glabrio, qui hiverne en Phocide, de reprendre le siège de Naupacte. Ce-dernier les surprend en prenant Lamía et en attaquant Amphissa.
Avril
   /04
Lucius Scipion et son frère arrivent en Étolie, échouent à forcer Hypate à se rendre, et rejoignent Glabrio à Amphissa, où les Athéniens intercèdent en faveur des Étoliens ; Lucius Scipion s'en tient aux directives du Sénat en dépit des plaintes des Étoliens concernant les trop lourdes indemnités, mais leur accorde une trêve de six mois pour qu'ils dépêchent une nouvelle ambassade à Rome. Les deux Scipion mènent alors leurs troupes à travers la Macédoine et la Thrace vers l'Hellespont, avec l'aide de Philippe V.
Septembre
   /09
Lucius Scipion et son frère arrivent en Étolie, échouent à forcer Hypate à se rendre, et rejoignent Glabrio à Amphissa, où les Athéniens intercèdent en faveur des Étoliens ; Lucius Scipion s'en tient aux directives du Sénat en dépit des plaintes des Étoliens concernant les trop lourdes indemnités, mais leur accorde une trêve de six mois pour qu'ils dépêchent une nouvelle ambassade à Rome. Les deux Scipion mènent alors leurs troupes à travers la Macédoine et la Thrace vers l'Hellespont, avec l'aide de Philippe V.
Décembre
   /12
Les légions de L. Scipion, conseillé par son frère le légat Scipion l'Africain, traversent l’Hellespont. Alliées à Pergame, elles sont victorieuses d’Antiochos III de Syrie à la bataille de Magnésie du Sipyle, dans la région de Smyrne. Antiochos demande la paix et perd ses possessions en Europe et en Asie Mineure.
Avril
   /04
Le consul Fulvius Nobilior arrive en Grèce avec deux légions et assiège Ambracie.
Juillet
   /07
Reddition d'Ambracie ; les Étoliens acceptent de traiter. Ils doivent payer 500 talents, subordonner désormais leur politique à celle de Rome, et renoncer à Céphalonie, ¼niadæ et Lamia comme à leur suzeraineté sur l'amphictyonie de Delphes.
Octobre
   /10
Le Sénat romain ratifie la paix avec les Étoliens.
Janvier
   /01
Marcus Fulvius Nobilior prend Samé après quatre mois de siège et soumet Céphalonie, qui devient une importante base romaine en mer Ionienne.
Avril
   /04
Antiochos III perd l'Asie Mineure au traité d’Apamée-Kibôtos au profit de Pergame et de Rhodes (Carie et Lycie). Le Sénat romain lui interdit de traverser la limite du Taurus, d’entretenir une flotte dans l’Égée et de lever des mercenaires en Grèce. Il doit livrer ses navires et ses éléphants, et payer une indemnité de guerre de 12 000 talents. Cette dette pousse Antiochos III à une campagne en Susiane afin d’en piller les temples. L'Asie Mineure est morcelée en plusieurs États rivaux : les Galates au centre, les royaumes de Prusias Ier de Bithynie, d'Ariarathe IV de Cappadoce et d'Eumène II de Pergame au nord, à l’ouest et au sud. Les rois de Bithynie et de Cappadoce doivent payer tribut. Le Sénat récompense la fidélité d'Eumène II en agrandissant son royaume de Pergame qui finit par comprendre toute la partie antérieure de l'Asie Mineure. La Thrace passe aux Attalides de Pergame.
Mai
   /05
Philop½men fait raser les murs de Sparte et en déporte les habitants.
Janvier
   /01
Le Sénat reçoit des plaintes au sujet de l’annexion par Philippe V de Macédoine d’Athamania et de ses progrès en Thessalie, en Perrhébie et en Thrace, où il occupe Ainos et Maronée (en) que réclame Eumène de Pergame. Le Sénat envoie une commission d’enquête en Grèce.
Avril
   /04
Conférence de Tempé. Thessaliens, Perrhèbes et Athamanes accusent Philippe V ; les commissaires du Sénat romain se rendent ensuite à Thessalonique pour examiner la question de Maronée et Ainos avec les envoyés d’Eumène. Philippe V, très en colère, rappelle sa fidélité à Rome dans la Guerre antiochique. Les commissaires donnent raison aux plaignants et demandent au roi de retirer ses garnisons et de s’en tenir aux frontières de la Macédoine. Les commissaires se rendent ensuite en Achaïe où les Achéens refusent de convoquer une assemblée générale pour leur donner audience.
Avril
   /04
Les sénateurs envoient une nouvelle commission dirigée par Appius Claudius en Grèce pour observer si Philippe V de Macédoine a évacué les places frontières controversées et les villes de Ainos et Maronée en Thrace. Philippe se retire à contrec½ur, mais fait massacrer ses opposants à Maronée par une sédition orchestrée par son agent Cassandre ; Claudius demande que Cassandre aille à Rome pour se justifier, mais il est mystérieusement empoisonné en chemin. Philippe envoie son fils Démétrios pour gagner le Sénat et s’empresse d’avancer en Thrace.
Juin
   /06
Lycortas convoque l’assemblée générale de la Ligue achéenne à Cleitor en Arcadie ; deux exilés lacédémoniens, Areus et Alcibiades, accusés d’avoir médit de la ligue devant le Sénat romain, sont condamnés à mort. Appius Claudius arrive alors à Cleitor et casse le jugement. Il condamne le comportement de Philopoemen à Sparte en 188 av. J.-C. et demande que la ville soit rétablie dans ses privilèges.
Janvier
   /01
Révolte de Messène menée par Dinocrate, probablement soutenu par les Romains, contre la Ligue achéenne.
Janvier
 
Ambassade de Quintus Marcius Philippus en Macédoine et dans le Péloponnèse.
 
Philippe V de Macédoine retire ses garnisons des cités grecques de Thrace à la demande des Romains. Retour triomphal de Rome de son fils Demetrios, acclamé comme le sauveur du royaume. Philippe, jaloux, reconquiert Philippopolis et la vallée de l’Hèbre.
 
Pharnace Ier, roi du Pont, prend Sinope dont il fait sa capitale.
Octobre
   /10
Philop½men entreprend une expédition contre Messène, rebelle à la Ligue achéenne. Fait prisonnier, il est condamné à mort et empoisonné. Lycortas, qui lui succède à la tête de la Ligue achéenne, prend et détruit Messène au début de l’année suivante.
 
Le légat Quintus Marcius Philippus, de retour à Rome, alarme le sénat romain sur les préparatifs de guerre de Philippe V de Macédoine. Nouvelles plaintes des pays voisins de la Macédoine, en particulier les Thraces et d’Eumène II au Sénat. Philippe V déporte en Imathie presque tous les habitants des villes maritimes avec leurs familles et les remplace par des colons thraces fidèles.
 
Querelle entre les fils de Philippe V ; Persée reproche à Démétrios de favoriser l'alliance avec les Romains. Il prétend que son frère a tenté de l'assassiner après la fête de la purification de l'armée pour s'emparer de la succession, encouragé par Flamininus.
Mai
   /05
Campagne de Philippe V de Macédoine en Thrace. Alors qu’il fait l’ascension du mont Hémus, il ordonne à son fils Démétrios, qu’il soupçonne d’avoir tenté d’assassiner son frère Persée, de rentrer en Macédoine sous escorte. Démétrios meurt empoisonné un peu plus tard.
Septembre
   /09
Mort de Philippe V de Macédoine. Philippe découvre que la lettre de Titus Quinctius Flamininus incriminant son fils Démétrios et qui l’a amené à ordonner son exécution est un faux forgé par les hommes de Persée. Il envisage de remplacer Persée comme héritier par son cousin Antigonos mais il meurt à Amphipolis. Persée succède à son père et devient le dernier roi de Macédoine. Il repousse une invasion des Bastarnes puis envoie des ambassadeurs à Rome pour renouveler le traité d’alliance. Il cherche à rétablir en Grèce l’hégémonie macédonienne.
 
Ambassade conduite par Nicostratus à Rome pour dénoncer l'oppression des cités de Lycie, dont Xanthe pour dénoncer les exactions des Rhodiens depuis 187 av. J.-C. ; le sénat romain envoie une commission qui enjoint aux Rhodiens de mieux se comporter.
 
Le Sénat romain envoie une commission qui réussit à arrêter la guerre civile en Étolie.
 
Persée de Macédoine soumet les Dolopes qui voulaient en appeler à Rome. Il se rend à Delphes avec une forte escorte armée pour participer aux Pythia. Il se rapproche de la Ligue achéenne, leur promet de leur restituer leurs esclaves fugitifs si eux-mêmes ouvrent leur territoire aux Macédoniens, mais sans succès.
 
La construction du temple colossal de Zeus Olympien (Olympieion), financée par Antiochos Épiphane, commence à Athènes.
 
Appius Claudius est envoyé en Thessalie pour mettre un terme à la lutte sociale entre les Thessaliens et les Perrh½bes ; Marcellus exerce le rôle de médiateur auprès des Étoliens ; Eumène vient dénoncer à Rome les préparatifs de guerre de Persée de Macédoine, et une commission est envoyée à Pergame pour enquêter. Plus tard, elle se rend en Égypte pour renouveler le traité avec Cléopâtre, régente de Ptolémée VI, puis auprès du séleucide Antiochos IV pour renouveler le traité d'amitié signé avec son père pour renouveler et régler la question des arriérés d'indemnités dues depuis la paix d'Apamée.
Avril
   /04
Eumène, roi de Pergame, vient à Rome et instruit le Sénat des entreprises de Persée de Macédoine contre la République romaine : renversement de chefs tribaux pro-romains, tentative de gagner la Ligue achéenne et préparatifs de guerre. Peu après, Harpale, ambassadeur de Persée, nie mais assure que son maître se défendra en cas d'attaque. Sur le chemin du retour, Eumène, en visite à Delphes, est attaqué dans un défilé et presque tué par des pierres jetées de la montagne sur son cortège. Des agents macédoniens sont incriminés. Le commissaire romain Caius Valerius, renvoyé en Grèce, en obtient la preuve qu'il présente au Sénat avec celle des préparatifs de guerre de Persée. Il rentre à Rome avec Praxo, la femme qui a hébergé à Delphes les assassins d’Eumène, et Rammius Lucius, riche citoyen de Brundisium, que Persée a tenté de soudoyer pour qu’il empoisonne des généraux romains qu’il recevait dans sa maison. Une ambassade que le Sénat a envoyée en Macédoine pour demander réparation rentre à Rome faire son rapport : le roi de Macédoine les a reçus avec arrogance ; il nie tout en bloc, souhaite renégocier le traité de Tempé de 196 av. J.-C. qu'il juge inégal, et a reçu secrètement des délégations asiatiques ; une délégation illyrienne envoyée à Rome par le roi Gentius est accusée d'espionnage pour le compte de Persée..
Juillet
   /07
Le Sénat romain ordonne la mobilisation de troupes qui doivent être immédiatement convoyées par le préteur Caius Sicinius à Apollonie d'Illyrie et de la mise en garnison dans les places côtières pour préparer l'arrivée de l'armée consulaire. Début de la troisième guerre de Macédoine.
 
Troisième guerre de Macédoine (→ -168).
 
La guerre est solennellement déclarée à Persée de Macédoine. La campagne de Macédoine est confiée à Licinius tandis que Cassius mène des opérations en Italie ; quatre nouvelles légions sont levées, deux par consuls, celle de Licinius comprenant 6 000 hommes au lieu des 5 200 habituels.
Août
   /08
Persée s'empare de la Perrhébie et de plusieurs villes, dont Cyretiae et Mylae, puis établit son camp à Sycurium, près du mont Ossa, en Thessalie. Publius Licinius Crassus prend position près de Larissa. Battu à la bataille de Callinicus, il doit se retirer et franchit le Pénée, mais refuse de traiter. Plus tard, un détachement romain encerclé par plusieurs bataillons résiste héroïquement jusqu'à l'arrivée de l'armée consulaire, et Persée se retire après de lourdes pertes. Après avoir pris Larissa, Publius Licinius Crassus se retire pour passer l'hiver en Béotie.
 
Le consul Hostilius, qui traverse l’Épire pour rejoindre son armée en Thessalie, manque de tomber entre les mains de Persée, mais lui échappe grâce à l’aide des Molosses qui arrêtent le roi sur les bords de l’Aous. Peu après, la Ligue épirote est dissoute. Les Molosses décident de s'allier à Persée de Macédoine tandis que les Thesprotes et les Chaoniens optent pour l'alliance romaine.
Octobre
   /10
Le légat Appius Claudius est envoyé avec ses troupes à Lychnidus, à la frontière de l’Illyrie et le l’Épire, pour rencontrer le roi Gentius, pendant qu'une flotte avance sur la côte illyrienne. Il tombe dans un piège près d’Uscana et doit se retirer avec de lourdes pertes.
Janvier
   /01
Persée de Macédoine lance une opération en Illyrie ; il s'empare d'Uscana dont la garnison romaine est capturée et avance jusqu'au pays des Labéates pour tenter de rallier le roi Gentius à son camp. Plusieurs délégations sont envoyées à Scodra sans succès, Gentius voulant monnayer son revirement. Persée assiège Oaeneum qu'il prend après une forte résistance.
Février
   /02
Persée marche contre Stratos, cité d'Acarnanie que les Étoliens ont promis de lui livrer, mais doit renoncer au siège car les Romains de la garnison d'Ambracie, dirigés par Popilius, l'ont devancé. Il retourne en Macédoine.
Avril
   /04
Le consul Philippus et le préteur Caius Marcius Figulus, chargé de la flotte, traversent l'Adriatique de Brundisium à Actium avec les troupes romaines. Philippus traverse la Grèce pour la Thessalie, et quand Marcius arrive avec la flotte à Chalcis, ils envahissent la Macédoine où Persée campe dans les environs de Dion, en Piérie. L'armée romaine passe par la région du mont Olympe et du marais Ascuris sur des chemins difficiles, retardé par ses éléphants. Il force le passage défendu par Hippias, et en été déferle sur Dion. Persée, surpris, se retire à Pydna tandis que Philippus occupe temporairement Dion avant de se rendre à Phila pour rejoindre la flotte et se ravitailler.
Septembre
   /09
Popilius prend Héraclée de Piérie, puis assiège Mélibée sur les pentes du mont Ossa en Thessalie mais est chassé par le général macédonien Euphranor.
Octobre
   /10
Le roi illyrien Gentius finit par se rallier à Persée contre 300 talents ; il arrête deux légats romains et se brouille définitivement avec Rome, mais Persée ne lui verse pas la subvention promise.
Janvier
21/01
Rome envoie en Macédoine le consul Paul Émile qui rétablit dans l’armée une discipline de fer.
Avril
   /04
Les Romains débarquent en Épire, et Anicius rejoint le légat Appius Claudius et marche contre Gentius, roi d’Illyrie, pour lever le siège de Bassania et prendre Lissus. Il poursuit Gentius sur la côte jusqu'à sa base de Scodra, qu'il assiège et oblige à se rendre. Gentius est fait prisonnier.
Juin
22/06
Les légions du consul Paul Émile défont les troupes du roi de Macédoine Persée à la bataille de Pydna. Cette défaite marque, pour la Macédoine, la fin de son indépendance. Sur le plan militaire, la légion romaine démontre définitivement sa supériorité sur la phalange macédonienne.
 
Attale conduit la délégation de Pergame pour son frère Eumène II à Rome . Il demande l’envoi d'une commission pour régler la menace galate.
 
La délégation rhodienne conduite par Philophron et Astymedes se voit refuser le statut d'alliés et amis du peuple romain en raison de la neutralité équivoque de l'île pendant la guerre. Le préteur Marcus Juventius Thalna propose en vain que la guerre soit déclarée aux Rhodiens. La Confédération lycienne et la Carie deviennent indépendantes vis-à-vis de Rhodes.
Janvier
   /01
Le Sénat envoie des commissions chargées de régler avec Paul Émile et Anicius le sort de la Macédoine et de l'Illyrie.
Avril
   /04
Paul Émile et Cnaeus Octavius réunissent la conférence d’Amphipolis entre les délégués macédoniens et les envoyés de Rome. La commission du Sénat morcelle chaque pays en districts indépendants placés sous la protection de Rome, qui reçoit la moitié des taxes perçues par les rois déposés. Le royaume de Macédoine est divisé en quatre républiques indépendantes, l'Illyrie en trois républiques. Le Koinon des Macédoniens est supprimé. La Macédoine doit verser un tribut à Rome, ses mines d'or et d'argent sont affermées et les propriétés du roi confisquées au profit du peuple romain. Les Romains ramènent l'ordre en Grèce par tous les moyens : exil, résidence forcée en Italie, exécutions sommaires. Cinq-cents Étoliens sont condamnés à mort. Mille membres de la Ligue achéenne sont déportés à Rome. Seule Athènes est épargnée. Paul Émile détruit soixante-dix cités épirotes et vend 150 000 habitants comme esclaves.
Janvier
   /01
Prusias II de Bithynie, beau-frère de Persée, se rend à Rome avec son fils Nicomède II pour se mettre au service des Romains et se déshonore par sa bassesse.
Janvier
 
Rome restitue à Athènes quelques clérouquies (Lemnos, Imbros, Skyros). Rome installe à Délos un port franc et un marché aux esclaves. Cela marque la fin de l'hégémonie de Rhodes en Méditerranée orientale. Selon Strabon, on assiste à des ventes de plus de 10 000 esclaves par jour sur le marché de Délos, ce qui ne semble pas vraisemblable.
 
Prusias II de Bithynie envoie une ambassade à Rome conduite par Python pour se plaindre des empiétements de Pergame ; d’autres ambassades asiatiques amènent le Sénat à penser qu’Eumène traite avec Antiochos IV contre les intérêts de Rome.
Août
   /08
Une ambassade de Rhodes menée par Aristoteles est envoyée à Rome pour obtenir la restauration du traité d'alliance (f½dus). Le Sénat rejette la demande une nouvelle fois. Tiberius Sempronius Gracchus est envoyé en ambassade à Rhodes pour enquêter sur la situation.
 
Nouvelle ambassade de Rhodes menée par Astymedes à Rome ; il parvient à convaincre le Sénat d'accepter un traité d'alliance (f½dus) qui place Rhodes sous la dépendance romaine.
 
Les frères d’Eumène II, Attale et Athénée se rendent à Rome pour défendre le roi de Pergame devant le Sénat. Ce dernier envoie toutefois en ambassade en Grèce et en Asie Caius Sulpicius et Manius Sergius pour enquêter sur d’éventuelles intrigues entre Pergame et les Séleucides et pour arbitrer un différend entre Mégalopolis et Sparte.
 
Le sénat envoie en ambassade Cnaeus Octavius, Spurius Lucretius et Lucius Aurelius. Ils vont rétablir l'ordre en Macédoine, règler le différend qui oppose le roi Ariarathe V de Cappadoce et les Trocmes Galates, puis se rendre en Syrie pour y apaiser les troubles entre Philippe, nommé par Antiochos Épiphane tuteur du jeune roi Antiochos Eupator, et Lysias, et faire appliquer des clauses de la paix d'Apamée restées lettre morte (limitation du nombre d’éléphants et de navires).
 
Orophernès de Cappadoce, battu, se réfugie auprès de Démétrios II Nicator. Ariarathe V est restauré sur son trône avec l’appui d'Attale II de Pergame.
 
Sac du territoire de Priène par le roi de Cappadoce Ariarathe V, qui réclame 400 talent déposés dans le temple d’Athéna de cette ville par Orophernès. Priène fait appel Rhodes, puis à Rome.
 
Le roi de Bithynie Prusias II attaque Pergame. Il pille les sanctuaires situés à l’extérieur de la ville, comme le temple d'Athéna Nikephoros ou celui d'Asclepios. Il est chassé par Attale II, qui envoie son frère Athénée en ambassade à Rome pour se plaindre, accompagné par le légat Lentulus. Le Sénat doute que Prusias soit l'agresseur, et dépêche Lucius Apuleius et Caius Petronius pour enquêter.
 
Athènes envoie à Rome une ambassade concernant le territoire d’Oropos, pour l’annexion duquel elle a été condamnée par les Sycioniens, choisis comme arbitres, à payer 500 talents. La délégation est composée des représentants des trois grandes écoles de philosophie : Carnéade (Nouvelle Académie), Diogène de Babylone (stoïcisme) et Critolaos (école péripatéticienne). Diogène et Critolaos enthousiasment la jeunesse romaine aisée et les étudiants. Carnéade fait scandale par sa critique de l’impérialisme romain, lors de deux conférences contradictoires sur le thème de la Justice. Caton l'Ancien demande que l'ambassade des trois philosophes soit expulsée, mais n'est pas écouté.
 
Claudius Cento, Lucius Hortensius et Caius Arunculeius sont envoyés à Pergame ; ils échouent à arrêter le conflit avec la Bithynie et à leur retour à Rome ils blâment Prusias II de les avoir mal reçus.
 
Seconde Guerre crétoise menée par Rhodes contre les pirates crétois.
 
Attale II envahit la Bithynie mais en est chassé par Prusias II ; il soutient la cause d'un fils prétendu d'Antiochos IV, Alexandre Balas, qui a été reçu favorablement à Rome, contre Démétrios, et le couronne à Pergame.
 
Le Sénat romain envoie une commission de dix membres auprès d'Attale de Pergame qui se prépare à attaquer la Bithynie avec l'aide du Pont et de la Cappadoce ; ils se rendent ensuite auprès de Prusias II, qui rejette la plupart de leurs revendications. Il change d'avis quand les commissaires, après avoir conseillé à Attale de se tenir sur la défensive, encouragent la révolte de ses alliés en Ionie et dans les Détroits, et qu'une escadre rhodienne razzie ses côtes. De nouveaux envoyés du Sénat, Appius Claudius, Lucius Oppius et Aulus Postumius invitent Attale et Prusias à négocier. La paix est signée sur la base du statu quo territorial. Prusias doit payer à Attale 500 talents en 20 ans et livrer 20 navires de guerre.
 
Alexandre Ier Balas, qui a obtenu le soutien du Sénat romain, débarque à Ptolémaïs. Début de la guerre civile entre Démétrios Ier Sôter et Alexandre Ier Balas en Syrie.
 
Polybe, appuyé par Scipion Émilien, sollicite le renvoi des 300 exilés achéens survivants. Il obtient gain de cause grâce à l'intervention de Caton l'Ancien.
 
Andriscos, un aventurier qui a pris le nom de Philippe et se dit fils de Persée, soulève la Macédoine contre Rome à partir de la Thrace. Il fait alliance avec Carthage, bat les forces locales qui tentent de réprimer le mouvement et envahit même la Thessalie.
 
Nicomède II est proclamé roi de Bithynie en compétition avec son père Prusias II avec l'appui d'Attale II de Pergame. Attale II vainc et détrône Prusias II, qu’il fait assassiner par les soldats de son fils Nicomède II Épiphane, lui-même menacé d’être mis à mort par son père. Puis il soumet la Pamphylie où il fonde Attaleia.
 
Le préteur Q. Caecilius Metellus vainc Andriscos, qui s'est proclamé roi de Macédoine et le fait prisonnier à la seconde bataille de Pydna. La Macédoine devient une province romaine.
 
La Ligue achéenne attaque Sparte, qui est vaincue. Le Sénat romain intervient, exigeant que Sparte, Corinthe et Argos soient séparées de l'Achaïe. Les deux dernières villes ne le souhaitent pas.
Juillet
   /07
La Macédoine soumise, le Sénat romain transmet aux Achéens à Corinthe un senatus-consulte leur enjoignant de détacher de la Ligue achéenne Sparte et Héraclée Trachinienne (en Grèce centrale) qui réclament leur indépendance, mais aussi Corinthe, Argos, Orchomène d'Arcadie qui n'en veulent pas. Les Achéens, indignés, refusent de recevoir à l'automne une seconde délégation romaine. Ils prennent les armes contre Sparte sous le commandement du général de la Ligue achéenne, Critolaos de Mégalopolis. Metellus marche contre eux.
Avril
   /04
La Ligue achéenne réunie à Corinthe refuse de se soumettre aux décisions du Sénat romain de 147 av. J.-C. et déclare la guerre à Sparte ; les Romains déclarent la guerre à la Ligue (guerre d'Achaïe). Metellus, alors en Macédoine, marche vers la Grèce et essaye de négocier la paix avant l'arrivée du consul Mummius. Les négociations échouent, et Metellus vainc la Ligue achéenne à la bataille de Scarphée, en Locride, où Critolaos est tué.
Juillet
   /07
La Grèce centrale perdue, la Ligue achéenne se réfugie dans le Péloponnèse. Diaios, nommé stratège, en recourant aux mesures extrêmes et à un véritable régime de terreur, réunit une nouvelle armée et ferme l’isthme de Corinthe.
Septembre
   /09
Défaite de la Ligue achéenne contre Rome (L. Mummius, successeur de Metellus) à la bataille de Corinthe, qui est mise à sac et détruite selon les ordres du Sénat6. La Ligue achéenne est dissoute et partout l’aristocratie est installée au pouvoir. À l’exception de Sparte, Athènes, Delphes et d'autres cités, qui obtiennent le statut de fédérées, toutes les cités grecques doivent payer tribut ; la Béotie est annexée à l'ager publicus. La Grèce est soumise au proconsul de Macédoine jusqu’en 27 av. J.-C. où elle devient la province d’Achaïe.
Octobre
   /10
Le Sénat romain envoie en Achaïe et en Afrique des commissions pour régler le sort de ces provinces et décider du statut des terres nouvellement acquises à l’ager publicus.
 
Première guerre mithridatique (→ -85).
 
Mise à sac d’Athènes par les armées de Sylla.
 
Deuxième guerre mithridatique (→ -70).
 
Troisième guerre mithridatique (→ -63).
 
Réorganisation de l'Orient par Pompée.
Avril
   /04
Retiré en Crimée dans son royaume du Bosphore, Mithridate songe à prendre l’offensive contre Rome par la vallée du Danube. Mais ses sujets se révoltent. Son fils Pharnace se prononce contre lui. Abandonné de tous, Mithridate tente de s’empoisonner, mais il avait pris la précaution de se faire immuniser contre les poisons. Il se fait donner la mort par un de ses soldats Galates. Pharnace II, fils de Mithridate, ayant poussé ce dernier au suicide, reçoit des Romains en récompense le royaume du Bosphore.
Septembre
   /09
Bataille de Pharsale en Thessalie entre César et Pompée.
Septembre
   /09
Bataille de Philippes en Macédoine entre Brutus et Octave & Marc-Antoine.
Septembre
02/09
Bataille d'Actium.
Septembre
   /09
Néron inaugure les travaux de percement du canal de Corinthe (abandonné après sa mort et réalisé en 1893).
Novembre
28/11
Emancipation de l'Achaïe en tant que province. Néron accorde aux Grecs une exemption d’impôts.
Septembre
   /09
Marc Aurèle est à Athènes où il se fait initier aux mystères d'Éleusis.
 
Dernière olympiade.
Octobre
   /10
Théophile envoie une flotte contre les musulmans de Crète ; elle est battue et les Arabes dévastent les Cyclades.
 
Expédition d'Himérius contre la Crète musulmane. 700 mercenaires varègues y participent pour le compte de Byzance.
Avril
19/04
Révolte du Péloponnèse contre les Turcs. Les insurgés grecs sont battus à Tripolizza.
Juin
28/06
Prise de Corfou.
Août
07/08
Création de la Philiki Etairia à Odessa. Cette société secrète grecque se donne pour mission de fomenter une insurrection des peuples chrétiens de la péninsule balkanique contre les Ottomans qui conduirait à l’indépendance de la Grèce.
Avril
08/04
Le buste de la Vénus de Milo est mis au jour à Milos, une île de la mer Égée.
Mars
25/03
Les Grecs, définis d'abord en tant que chrétiens orthodoxes, se révoltèrent face à la domination de l'Empire ottoman.
--   
Des Grecs du Péloponnèse réunis à la Sainte-Laure Aghia Lavra prêtent serment de se libérer de l'occupation de l'Empire ottoman. Début de la guerre d'indépendance grecque qui durera 12 ans et aboutira à l'indépendance.
Février
03/02
Indépendance de la Grèce imposée aux Ottomans par la France, la Grande-Bretagne et la Russie.
Mars
16/03
La Grèce adopte une constitution créant un Parlement bicaméral.
Février
06/02
La Crète proclame son rattachement à la Grèce.
Mars
19/03
Début des fouilles de Cnossos. Arthur John Evans restaure à ses frais le site crétois, haut lieu de la civilisation minoenne.
Avril
04/04
L’Italie s’empare de Rhodes.
Mars
18/03
Le roi Georges Ier de Grèce est assassiné à Salonique. C'est son fils aîné Constantin, duc de Sparte et mari de Sophie de Prusse, qui lui succède.
Mars
25/03
Proclamation de la première république en Grèce.
Avril
13/04
Le Royaume-Uni et la France garantissent l’intégrité territoriale de la Roumanie et de la Grèce. Garantie française à la Pologne.
Août
15/08
Le croiseur grec Elli est torpillé par un sous-marin non identifié (italien) dans le port de Tinos, au moment du grand pèlerinage annuel. C’est le prélude à l’attaque italienne.
Octobre
28/10
L'Italie pose un ultimatum à la Grèce - Metaxas, le Premier ministre grec, répond avec le simple mot « Okhi ! » (« Non ! »).
--   
Les forces italiennes envahissent la Grèce.
Novembre
01/11
Des commandos britanniques en provenance d’Alexandrie débarquent en Crète pour appuyer les Grecs contre l’Italie.
Décembre
11/12
La Grèce envahit l’Albanie contrôlée par l’Italie.
13/12
Hitler signe des directives pour préparer l’opération Marita, (attaquer la Grèce et la Yougoslavie à partir de bases situées en Bulgarie).
Mars
04/03
Débarquement de troupes britanniques en Grèce pour poursuivre les combats contre les Italiens.
07/03
Les premiers éléments du Corps expéditionnaire britannique arrivent dans les ports grecs.
09/03
La Douzième armée allemande se positionne sur la frontière entre le royaume de Bulgarie et le royaume de Grèce.
--   
La Douzième armée allemande se positionne sur la frontière entre le royaume de Bulgarie et le royaume de Grèce.
Avril
04/04
Les Allemands font la conquête de la Grèce.
06/04
En réaction à la signature du traité d'amitié et de non-agression entre l'Union soviétique et le Royaume de Yougoslavie les forces allemandes, italiennes hongroises et bulgares envahissent la Yougoslavie, et la Grèce.
09/04
La première division blindée allemande brise le front sur la route Sofia-Belgrade, la deuxième division blindée allemande s’empare de Salonique.
22/04
Les allemands entrent à Thessalonique en Grèce.
23/04
Le gouvernement grec est évacué en Crète.
24/04
Début de l'évacuation du Corps expéditionnaire britannique en Grèce vers la Crète et le royaume d'Égypte.
27/04
Athènes est occupée par des troupes allemandes. Le drapeau allemand flotte sur l'Acropole. Les troupes britanniques rembarquent.
Mai
20/05
Les parachutistes allemands sautent sur la Crète.
23/05
Le gouvernement grec quitte la Crète pour Le Caire.
27/05
Les forces du Royaume-Uni et du Commonwealth commencent à évacuer la Crète.
Juin
01/06
Les Alliés achèvent leur retrait de Crète.
Février
16/02
Massacre du village de Domenikon en Grèce.
Février
12/02
Début d'une guerre civile grecque.
Octobre
16/10
Fin de la guerre civile grecque — La défaite de l'insurrection communiste marque l'arrêt de la progression communiste en Europe.
Septembre
20/09
Entrée de la Grèce et de la Turquie dans l'OTAN.
Février
18/02
La Grèce et la Turquie entrent dans l'OTAN.
Février
19/02
Un accord reconnaissant l'indépendance de Chypre est signé à Londres par la Grèce, la Turquie et la Grande-Bretagne.
Mars
06/03
Constantin II monte sur le trône de Grèce.
Janvier
01/01
La Grèce devient membre de la CEE.
Mars
10/03
Kostís Stephanópoulos prête serment comme président de la République hellénique.
Mars
10/03
Un traité de paix est signé entre les maires de Sparte et d'Athènes en Grèce pour officialiser la fin de leur guerre du Péloponnèse vieille de 431 à 404 avant Jésus-Christ.
Janvier
26/01
En Grèce, Aléxis Tsípras est nommé Premier ministre, à la suite de la victoire de son parti SYRIZA aux élections législatives anticipées.
NAVIGATION
Avant J.C.
IIéme Millénaire - VIIIeme - VIIeme - VIeme - Veme - IVeme - IIIeme - IIeme - Ier

Après J.C.
Ier - IIéme - IVéme - XIéme - Xéme - XVIIIéme - XIXéme - XXéme - XXIéme