Rappelons la situation géographique de cette île grecque: C'est la plus méridionale de Cyclades, ces superbes îles...'/>

L'éruption de Santorin et les 10 plaies de l'Egypte
L'éruption de Santorin

Rappelons la situation géographique de cette île grecque: C'est la plus méridionale de Cyclades, ces superbes îles abondamment visitées par les touristes et qui se situent au Nord de la Crète.

Que s'est-il donc passé dans l'île de Santorin vers 1500 avant JC ? A cette époque, avant que l'éruption ne se déclenche, le volcan devait avoir près de 1000 mètres de hauteur. C'était un cône d'un diamètre moyen de 12 km.
  • Vers 1580 avant JC, un premier tremblement de terre ébranle la région et détruit partiellement Knossos (en Crète).
  • Les Minoens vivent à nouveau paisiblement quand, brusquement, entre 1520 et 1500 avant JC, la terre tremble de plus en plus fort à Santorin. Les habitants ont tout juste le temps de fuir. Comme souvent dans de telles circonstances, une fois le cataclysme passé, ils reviennent occuper les maisons encore habitables.
  • Mais le volcan se réveille. Quatre mètres de ponces recouvrent l'ensemble de l'île. L'activité s'arrête puis reprend à plusieurs reprises. Cinq couches de ponces s'accumulent. Les habitants quittent l'île définitivement.
  • C'est vers 1470 avant JC que commence le véritable cataclysme: le volcan explose et 60 mètres de pierre ponce recouvrent l'île. La colonne de cendres s'élève jusqu'à 36 km de hauteur. Le vent dominant porte les cendres vers le Sud-Est jusqu'en Egypte où est probablement perçu le bruit de la détonation. Il tombe au moins 10 cm de cendre sur l'Est et le centre de la Crète. Des dépôts ont également été relevés dans le delta du Nil. La quantité de magma éjectée par le volcan est si grande que celui-ci s'effondre à cause du vide créé dans le réservoir. L'eau s'y engouffre, puis reflue. Il s'ensuit un raz-de-marée confirmé par la découverte de tsunamites - de pierre ponce flottée - sur les collines des îles autour de Santorin.

Ce fut probablement l'un des plus grands cataclysmes de l'histoire. Il fut probablement supérieur à celui engendré par le KRAKATAU (dans le Détroit de la Sonde) en 1883, avec un raz-de-marée de 35 m de hauteur, des cendres sur un rayon de 5000 km, la détonation perçue jusqu'en Australie, 35000 victimes. Ce cataclysme fut également bien supérieur à ceux, plus récents, du Mt St Helens (USA - 1980) ou du Pinatubo (Philippines - 1991).


Rappel de l'histoire

Un jour, pendant qu'il gardait ses moutons, MOISE entend la voix de YAHVE (le Dieu des Hébreux) qui lui ordonne de conduire son peuple vers la Terre Promise. Mais le pharaon de l'époque refuse de laisser partir les Hébreux. Moïse obtient alors de Yahvé qu'il inflige 10 plaies à l'Egypte pour contraindre le pharaon à accepter son départ :
  • L'eau du Nil sera changée en sang.
  • Le jour fera place aux ténèbres.
  • La grêle fera son apparition.
  • Il y aura invasion de grenouilles.
  • Il y aura invasion de sauterelles.
  • Il y aura présence de vermine.
  • Menace des bêtes féroces.
  • Apparition d'ulcères sur les personnes.
  • Epidémie de peste.
  • Mort des premiers-nés.

Moïse pourra alors conduire le peuple hébreu (environ 600 000 hommes) vers la Terre Promise. C'est l'Exode. Poursuivis par le Egyptiens, les Hébreux arrivent sur la Mer Rouge qui s'avançait alors plus vers le Nord. Pour leur permettre de traverser à pied sec, Dieu envoie un vent d'Est qui dessèche le fond de la mer. Lorsque les Egyptiens s'engagent derrière les Hébreux, à leur poursuite, les eaux reviennent et les engloutissent.

Six semaines après le passage de la Mer Rouge, les Hébreux réfugiés sur le Mont Sinaï sont à court de vivres mais Dieu leur procure le « pain tombé du ciel » qui a donné naissance à l'expression bien connue « la manne céleste ». En effet, le 1er jour, en voyant le sol couvert, les Hébreux s'écrièrent : « Mân hu ? » (Qu'est-ce que cela ?)

L'histoire est belle, mais quel est donc son lien avec le volcan de Santorin ? C'est ce qu'ont essayé de découvrir 2 géologues, l'un français - Gilles LERICOLAIS - l'autre américain - William RYAN - qui ont étudié la stratigraphie du bassin méditerranéen. Très vite, ils ont établi une corrélation entre l'éruption de Santorin et la plupart des 10 plaies d'Egypte.

Interprétation scientifique des 10 plaies de l'Egypte

Comment les 2 scientifiques mentionnés précédemment ont-ils pu établir un lien entre les 10 plaies de l'Egypte et l'éruption du volcan de Santorin ?

Une éruption volcanique de provoque pas d’épidémies. Par contre, elle provoque des changements au sein d’une société. L’hygiène se dégrade, faute d’eau propre par exemple, et des maladies comme le choléra apparaissent très vite.

La première plaie : Les téphras seraient responsables de la première plaie. D’après Gilles Lericolais, on retrouve autour du Santorin bon nombre d’ignimbrites, des roches formées par l’accumulation de débris de laves acides telles que les rhyolites, qui donnent à certaines plages de l’île une teinte carmin
L’autre hypothèse serait que la teneur élevée des particules volcaniques en acide sulfurique aurait pu oxyder les roches ferreuses du lit du fleuve et donner à l’eau des reflets de rouille.

La deuxième plaie : Deux raisons peuvent pousser les amphibiens à se regrouper par milliers. La reproduction et l’augmentation soudaine du taux d’humidité de l’air.
Dans les pays semi-désertiques, après une longue saison sèche, les amphibiens sortent pour aller se reproduire dans les points d’eau.
Ils sortent des trous du sol dans lesquels ils s’étaient enfouis pour avoir un peu d’humidité. Invisibles quelques jours auparavant, ils envahissent villages et habitations pour rejoindre leur lieu de reproduction.
A cette époque lointaine, les amphibiens étaient beaucoup plus nombreux le long du Nil. Le phénomène aurait pu avoir une ampleur exceptionnelle aux yeux de la population.

La troisième et la quatrième plaie : Le troisième et quatrième fléau rentrent dans le même cadre que celui des amphibiens. Mouches et moustiques profitent également de la pluviosité pour pulluler dans les pays chauds.
Si l’éruption du Santorin a engendré des pluies exceptionnelles, certaines espèces animales en ont certainement tiré profit pour se reproduire.
On sait également qu’un changement climatique brutal peut « déranger » certaines espèces qui se regroupent pour fuir.

La cinquième plaie : L’augmentation soudaine d’insectes parasites comme les moustiques et les mouches est certainement lié au taux de mortalité important du bétail et des nouveaux-nés.
Deux épidémiologistes américains, John Marr et Curtis Malloy, privilégient deux espèces très communes : Stomoxys calcitrans pour les mouches; Culex antennatus pour les moustiques. La première peut inoculer au bétail diverses maladies comme le charbon. La seconde, hématophage également, se délecte de la compagnie des hommes et véhicule de nombreuses maladies virales.
La mort du bétail qui frappe à la fois chevaux, ânes, chameaux, b½ufs, chèvres et moutons peut être attribuée à de nombreux parasites.
Un des coupables pourrait bien être un moucheron, Culicoïdes canithorax. Cet insecte peut transmettre deux virus vecteurs de la maladie africaine du cheval et de la maladie de la langue bleue.
Ces maladies touchent tous les animaux domestiques sauf le chameau.

La sixième plaie : Les ulcères qui se développèrent sur certaines personnes et animaux ont pu être provoqués par n’importe quelle myase. Ce terme désigne toutes les maladies externes et tous les désordres des tissus causés par des larves de diptères (insectes).
Elles s’accompagnent de lésions ayant l’aspect de furoncles.

Il existe également des maladies parasitaires transmises par certains insectes comme la leishmaniose cutanée qui provoque de graves lésions de la peau.

La septième plaie : Lors de l’éruption du mont Saint-Helens, en 1980, il y eut un orage de grêle. En cas d’éruption, il peut arriver que les grêlons ne soient pas constitués de glace mais de lapilli (cendres acrétionnées).

La huitième plaie : On connaît bien aujourd’hui les invasions du criquet pèlerin. La plus importante des aires de regroupement de cette espèce se situe autour de la mer Rouge. Une perturbation météorologique importante peut déclancher une invasion de criquets qui pourra durer 20 ans.

La neuvième plaie : Les particules volcaniques qui atteignirent la stratosphère ont formé le plus important nuage de poussières émis par un volcan dans l’est de la Méditerranée durant tout le IIe millénaire avant notre ère.
Ce nuage plongea cette région dans l’obscurité pendant plusieurs jours.

La dixième plaie : Les nouveaux-nés sont particulièrement fragiles. Il n’est donc pas étonnant que ce furent les principales victimes, à une époque, où la mortalité infantile était déjà très importante. Il n’est nullement prouvé que seuls les enfants de sexe masculin aient été touchés par ces épidémies.

La mer s’ouvre devant le peuple hébreu : Au chapitre 14 du livre de l’Exode, les hébreux se dirigent vers une étendue d’eau située dans le prolongement de la mer Rouge. Les Egyptiens de l’Antiquité appelaient cette étendue la Grande Noire. Elle se situe à l’emplacement actuel des lacs Menzaleh, Timsah et Amers. Les flots de la mer des Roseaux (et non ceux de la mer Rouge) s’ouvrent devant Moïse et son peuple et se referment sur Pharaon et son armée.
A l’aide d’un modèle reproduisant le bassin de la mer Rouge et la Grande Noire qui englobe la mer des Roseaux, Doron Nof (Floride) et Nathan Paldor (Israël) ont montré que des vents modérés pourraient avoir rendu franchissable cette étendue d’eau de faible profondeur. En soufflant plusieurs heures durant dans le golfe de Suez, ils auraient pu repousser les eaux en un mur de 2,5 m de haut ; mur qui se serait effondré au moindre changement de direction du vent.

Au Final...

Il est probable que les cendres de Santorin sont effectivement arrivées en Egypte et ont sans aucun doute entrainé de grosses perturbations climatiques... En effet, les cendres produites lors des grosses éruptions peuvent faire plusieurs fois le tour de la terre et freiner l'ensoleillement, ce qui entraîne des phénomènes comme les 'étés pourris'. Rappelons que l'éruption du Laki en Islande en 1783 a engendré un été froid et humide en France, avec des chutes de neige à Paris en plein mois d'août ! Les récoltes ont été catastrophiques dans les mois qui ont suivi, avec apparition de la famine qui a déclenché une rébellion du peuple. Certains historiens pensent que tous ces événements ont peut-être constitué l'une des causes de la révolution française de 1789.

Par contre, le cataclysme était beaucoup trop distant pour avoir causé de telles perturbations. En particulier, vouloir expliquer le retour des eaux de la Mer Rouge par un raz-de-marée semble illusoire, d'autant que celui causé par Santorin a eu lieu en Méditerranée. De plus, étant donné la distance, il est quasi impossible qu'un tel tsunami ait atteint l'Egypte.

Source: