L'origine de l'accent étranger
Des chercheurs du Laboratoire de psychologie cognitive viennent de proposer et tester une hypothèse sur les traitements cérébraux qui sont à l'origine des difficultés rencontrées pour produire les sons d'une langue étrangère apprise après la petite enfance. D'après leurs observations, l'accent étranger dépend de l'organisation (Une organisation est) des représentations syllabiques que nous avons de notre langue maternelle et de cette langue étrangère. Ils montrent également que les aires cérébrales associées à ce traitement syllabique impliquent une zone restreinte de la partie avant gauche du cerveau. Ces travaux sont publiés dans les revues Psychological Science et Neuroimage.

Un locuteur qui a appris une deuxième langue mais n'est pas un parfait bilingue va souvent produire sa deuxième langue avec des sonorités proches de la première, autrement dit avec un accent étranger. De nombreuses études ont été consacrées aux différences entre la parole native et la parole bilingue avec accent. Elles ont principalement caractérisé l'acoustique (L'acoustique est une branche de la physique dont l'objet est l'étude des sons et des ondes mécaniques. Elle fait appel...) qui diffère ou non entre les locuteurs natifs et les bilingues. Plutôt que d'étudier la parole produite avec accent, les chercheurs du Laboratoire de psychologie cognitive (CNRS/ Université (Une université est un établissement d'enseignement supérieur dont l'objectif est la production du savoir (recherche),...) de Provence Aix-Marseille 1) ont essayé de comprendre les mécanismes cognitifs et cérébraux qui ont lieu en amont, lors de la programmation (La programmation dans le domaine informatique est l'ensemble des activités qui permettent l'écriture des programmes...) et la préparation de la parole.

En psychologie cognitive, on représente les syllabes à l'interface entre le système linguistique et le système moteur (Un moteur est un dispositif transformant une énergie non-mécanique (éolienne, chimique, électrique, thermique par...). Elles seraient l'unité de programmation des gestes articulatoires, dont les paramètres seraient sensibles au contexte (Étape →3/5 : Une relecture a été demandée. • Si vous voyez des erreurs de traduction, vous pouvez...) linguistique dans lequel elles sont produites. F.-Xavier Alario, à Marseille, et ses collaborateurs ont testé l'hypothèse suivante: l'origine de l'accent étranger se situe au niveau des représentations syllabiques. Avec une question centrale: les bilingues ayant appris une syllabe, par exemple [ba], dans leur première langue se contentent-ils de la réutiliser lorsqu'ils parlent leur deuxième langue, ou bien apprennent-ils un deuxième [ba] distinct approprié à leur deuxième langue ?

Dans leurs expériences, des sujets bilingues devaient lire des bi-syllabes sur un écran d'ordinateur et les articuler à haute voix. Ces expériences font appel à la notion de fréquence (Cet article ou cette section doit être recyclé. Sa qualité devrait être largement améliorée en le réorganisant et en le...) syllabique qui définit la probabilité (Probabilité vient du latin probare (prouver, ou tester). Le mot probable signifie « qui peut se produire »...) avec laquelle une syllabe donnée (Dans les technologies de l'information (TI), une donnée est une description élémentaire, souvent codée, d'une chose,...) revient dans l'usage (L’usage est l'action de se servir de quelque chose.) courant de la langue. Plus une syllabe est fréquente dans une langue, plus elle est produite facilement et donc rapidement. Les chercheurs ont ainsi mesuré le temps (Le temps est un concept développé pour représenter la variation du monde : l'Univers n'est jamais figé, les...) de réaction entre les présentations des mots à l'écran et leur lecture à voix haute. Ils ont choisi des syllabes qui sont fréquentes dans une langue mais peu fréquentes dans l'autre, et réciproquement. Un locuteur qui a deux syllabes distinctes devrait produire la syllabe facilement, et donc rapidement, dans la langue où elle est fréquente mais plus difficilement, et donc lentement, dans la langue où elle est rare. Au contraire, un locuteur qui a une seule syllabe pour ses deux langues devrait l'articuler facilement et rapidement quelle que soit la langue parlée.

Les résultats montrent que les bilingues "tardifs", qui ont un accent car ils ont appris leur deuxième langue après 12 ans, sont influencés par la fréquence syllabique dans les deux langues. Par contre, les bilingues "précoces", qui ont appris leurs deux langues avant 5 ans, ne sont influencés que par la fréquence syllabique dans la langue qu'ils sont en train de parler. Ces données suggèrent que la structure des connaissances syllabiques de ces locuteurs serait à l'origine de la présence ou l'absence d'accent étranger.

Dans une deuxième étude, conduite avec des sujets monolingues français, les chercheurs ont observé les aires cérébrales engagées lors de la sélection et l'articulation des syllabes. Ils ont examiné les activités cérébrales des locuteurs grâce à un scanner d'imagerie par résonance (Lorsqu'on abandonne un système stable préalablement écarté de sa position d'équilibre, il y retourne, généralement à...) magnétique (IRMf). D'une manière générale, quand le cerveau réalise la même opération de façon répétée, il finit par s'habituer et les aires cérébrales associées à cette opération sont de moins en moins activées. Ce sont ces activations que l'on mesure à l'IRMf.

Ici, les sujets devaient répéter des séquences qui comprenaient les mêmes syllabes et donc les mêmes phonèmes (par exemple ze.klo, klo.ze, ze.klo etc.) ou bien des séquences qui contenaient les mêmes phonèmes mais des syllabes différentes (par exemple lo.fub, fu.blo, lo.fub etc.). Au fur et à mesure des répétitions, certaines aires cérébrales s'habituaient à la répétition du matériel linguistique. Cette habituation sélective pour la répétition des syllabes a été observée de façon prépondérante dans une aire du lobe frontal gauche appelé gyrus ventral pré-moteur.

Source: http://www2.cnrs.fr/...