Du sexe 7 fois par jour (ou 19...ou 7200)
Les hommes ne pensent qu’à ça, c’est bien connu ! « Ça »,ça n’est pas le tiers provisionnel, ni l’opinion de Nietzsche sur Spinoza, ni le foot, ni la bière, mais le sexe, bien entendu. Toutes les 7 secondes en moyenne, selon une idée reçue en psychologie. Soit 7 200 fois par jour, sans compter les périodes de rêve. 


Une femme, Terri Fisher, de l’université de l’Ohio, a entrepris de vérifier cette assertion. Elle a demandé à 283 de ses étudiants et étudiantes de cliquer sur un petit boîtier chaque fois qu’ils pensaient au sexe. Eh bien figurez-vous que ces messieurs n’y songent pas 7 200 fois par jour (ni davantage encore, mauvaises langues !), mais plutôt… 19. Ce qui reste deux fois plus que les femmes, d’accord. Certains chatouilleux de l’entrejambe ont... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://le-cercle-psy.scienceshumaines.com/...


05
Nov 2014

5 novembre

Posté dans Café du Commerce

5 novembre
Bonsoir Londres. Permettez-moi tout d’abord de vous présenter mes excuses pour cette interruption. J’aime, comme beaucoup d’entre vous le confort du train-train quotidien, le sentiment de sécurité et la tranquillité que procure ce qui est familier et répétitif. Je les apprécie, comme tout à chacun.
Mais dans cet esprit de commémoration qui prévoit que les évènements importants du passé, habituellement associés à la mort d’un individu, ou à la fin de quelque horrible bataille sanguinaire, soit célébré par de sympathiques congés, j’ai pensé que nous pourrions célébrer ce 5 Novembre, jour hélas oublié, en consacrant un court instant de notre vie quotidienne à nous asseoir et à bavarder un peu.
Il existe bien sûr des personnes qui ne veulent pas que nous parlions. Je soupçonne qu’en ce moment même, des ordres sont aboyés dans des téléphones et que
... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -



Watzlawick - Penser hors du cadre !
Neuf points étant disposés en carrés, comment faire pour les relier par 4 segments sans lever le crayon ?

C’est Paul Watzlawick, psychologue de l’école de Palo Alto, qui a, le premier, cité cet exemple, pour illustrer sa théorie du changement. Il explique qu’en général, face à cette énigme comme face à des problèmes plus complexes, nous avons tendance à introduire des conditions qui rendent l’équation insoluble. Ceux qui considèrent que la résolution de cette énigme est impossible ont pris en compte une donnée qui n’était pas comprise dans l’énoncé : ils ont pris pour acquis le fait que les 9 points formaient un carré dont il ne fallait pas sortir.

"Presque tous ceux qui rencontrent ce problème pour la première fois introduisent une hypothèse qui rend la solution... [Lire la suite]

1 Commentaire -



Prouvez que vous êtes en vie.
"Si vous lisez ceci, alors cet avertissement est pour vous. Chaque mot que vous lisez de ce texte inutile est une autre seconde perdue dans votre vie. N'avez-vous rien d'autre à faire ? Votre vie est-elle si vide que, honnêtement, vous ne puissiez penser à une meilleure manière de passer ces moments ? Ou êtes-vous si impressionné par l'autorité que vous donnez votre respect et vouez votre foi à tous ceux qui s'en réclament ? Lisez-vous tout ce que vous êtes supposés lire ? Pensez-vous tout ce que vous êtes supposés penser ? Achetez-vous ce que l'on vous dit d'acheter ? Sortez de votre appartement. Allez à la rencontre du sexe opposé. Arrêtez le shopping excessif et la masturbation. Quittez votre travail. Commencez à vous battre. Prouvez que vous êtes en vie. Si vous ne revendiquez pas votre humanité, vous deviendrez une statistique. Vous êtes prévenu..."

Aucun Commentaire -



La pipe de Watzlawick
Paul Watzlawick, l'un des pionniers de l'école de Palo Alto, raconte l'anecdote suivante pour illustrer certaines techniques de thérapie stratégique. Etudiant, il était un fumeur de pipe endurci. "Je possédais un grand nombre de pipes de valeur, de mélanges personnalisés, et tout l'attirail. Cela convenait à l'image que j'avais du "jeune psychologue", explique-t-il*.

Lors de sa première rencontre avec le célèbre psychiatre Milton Erickson, celui-ci remarqua le penchant de son élève pour la bouffarde, et commença alors à raconter l'histoire amusante d'un de ses amis, fumeur de pipe lui aussi. Celui-ci, lui dit Erickson, était "embarrassé". De fait, les raisons de cet embarras, qu'Erickson entrepris d'exposer par le menu, étaient fort nombreuses.

"Il était embarrassé parce qu'il ne savait pas où mettre la pipe dans sa bouche. Devait-il la placer au milieu de la bouche ? A un... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://www.troisiemevoie.com/...


Pages de résultat : 1 2 3 4 5 6 7 8