Les hormones du désir, du baiser à l’amour
Le baiser n’est pas universel, du moins sur la bouche ; ou au contraire, comme en Russie, il est courant entre hommes pour se dire bonjour. Le baiser français est spécifique, s’effectuant avec la langue. A quoi correspond-il ? Le désir épaissit la salive, ce qui rend le baiser particulièrement savoureux. Les hormones du désir fouettent le sang, donnant un contentement animal.

Qu’est-ce que le baiser ? Le rappel de la succion du sein maternel, le rapport oral au monde qui fut l’un des tout premier du bébé, le désir physique, l’amour psychique qui donnent envie de rentrer matériellement dans l’autre ? C’est en tout cas un puissant anxiolytique.

Il en va de même pour l’amour. Le comportement amoureux est né de la nécessité d’assurer la reproduction de l’espèce. Deux adultes se trouvent merveilleux, veulent rester ensemble.... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://comprendre-la-vie.blogspot.fr/...



Se distraire à en mourir
"Obnubilés que nous étions par la sombre vision d'Orwell, nous avions oublié une autre prophétie, un peu moins bien connue mais tout aussi inquiétante : celle d'Aldous Huxley dans Le Meilleur des mondes. Car, contrairement à une opinion répandue même chez les gens cultivés, les prophéties de Huxley et d'Orwell sont très différentes l'une de l'autre.

Orwell nous avertit du risque que nous courons d'être écrasés par une force oppressive externe. Huxley, dans sa vision, n'a nul besoin de faire intervenir un Big Brother pour expliquer que les gens seront dépossédés de leur autonomie, de leur maturité, de leur histoire. Il sait que les gens en viendront à aimer leur oppression, à adorer les technologies qui détruisent leur capacité de penser.

Orwell craignait ceux qui interdiraient les livres. Huxley redoutait qu'il n'y ait même plus besoin d'interdire les livres car plus personne... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -



L'invention de la réalité
Pour Watzlawick, une question semble être primordiale: « comment savons-nous ce que nous croyons savoir ? » Cette question est posée au tout début de son ouvrage intitulé « L'invention de la réalité ». C'est une œuvre riche de contributions d'auteurs traitant la philosophie constructiviste. La question renvoie à trois concepts: ce que nous savons, comment nous le savons et ce que nous croyons savoir.

Ce que nous savons est le résultat de la perception, de l'investigation et de la compréhension du monde que nous expérimentons, grâce à notre système sensoriel. Le système corporel nous permet de percevoir le réel comme étant le même pour tous.

Comment nous le savons ...hé bien, l'esprit doit sortir de lui-même afin de pouvoir s'observer en train d'observer. Il ne se trouve plus face à des faits existant indépendemment de lui, dans le monde extérieur, mais face à des processus... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://crossmax.e-monsite.com/...



De l'utilité supérieure des médiocres
« Mais dites-moi, monsieur Challe, pourquoi êtes-vous peintre ? Il y a tant d’autres états dans la société où la médiocrité même est utile » (Diderot, Salon de 1763). L’attaque est drôle, mais injuste. D’abord, nul ne peut savoir s’il sera médiocre dans un art tant qu’il n’a pas essayé, ni s’il est destiné à le demeurer tant qu’il n’a pas persévéré. Ensuite, en peinture comme ailleurs, les médiocres composent le fond nécessaire pour que l’exceptionnel apparaisse comme tel et se détache ; ils donnent de l’éclat, par contraste, à des rivaux plus talentueux : ce n’est pas inutile. Enfin, vouloir que tous les adeptes d’une activité occupent le premier plan est absurde. Que les laboratoires de recherche aient tous le label « laboratoire d’excellence », et une hiérarchie s’installera forcément entre les... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://www.scilogs.fr/...



L'attachement à l'adolescence
Les familles avec adolescents nous confrontent le plus souvent à des mises en dialogue nécessaires entre différentes pratiques et champs théoriques tellement les symptômes et/ou le comportement problématique d’un adolescent font s’entremêler le médical, le psychologique, le social, et même parfois le juridique.
Si nous considérons l’adolescence comme un processus développemental, nous pouvons tenter une approche de ce processus au sein du système familial en utilisant les données issues de la théorie de l’attachement, données susceptibles de permettre une transversalité entre les différents champs de connaissance concernés.

La montée pulsionnelle, les remaniements identitaires, les enjeux liés à l’autonomisation sont autant de facteurs d’insécurité pour l’adolescent, comme pour ses parents. Les attachements entre les uns et les autres sont... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://www.cairn.info/...


Pages de résultat : 1 2 3 4 5 6 7