Un chercheur passe son temps à se tromper !
Quelle est la place de l’erreur dans le processus de recherche ?

En tout cas, un chercheur passe son temps à se tromper ! Ses premiers raisonnements sont bourrés d’erreurs. Ce n’est pas grave : il faut se lancer, puis corriger. Avec le temps, on gagne en confiance et on se trompe moins. Dans mon livre, on peut voir un bon nombre d’erreurs : soit des passages où je me plante royalement, soit des passages où on a la bonne intuition pour de mauvaises raisons. Il se trouve qu’on a juste, mais par hasard ! Ou bien encore, parfois un raisonnement faux permet de passer un obstacle, de ne pas rester bloqué et de trouver, mais bien plus tard, comment le court-circuiter. On passe son temps à se tromper dans le processus de recherche.

Comment alors sanctionner l’erreur d’un point de vue pédagogique ?

Question délicate. Je ne suis
... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://www.philomag.com/...



Les dinosaures eux aussi ont réchauffé la planète
Si la science s'intéresse depuis fort longtemps aux dinosaures, c'est sans doute la première fois que des chercheurs choisissent de se pencher sur un aspect bien particulier de leur physiologie: leurs flatulences. Avec un constat plutôt impressionnant: ces mastodontes qui pouvaient peser une vingtaine de tonnes auraient produit autant de méthane que tout ce qui est émis aujourd'hui dans le monde. Actuellement, le méthane provient des activités humaines (élevage, agriculture, déchets ménagers) ou de phénomènes naturels comme la fonte du permafrost, par exemple…

Les émissions de ces gros animaux sont estimées à quelque 520 millions de tonnes par an. Ils auraient ainsi participé au réchauffement du climat à leur époque. «Selon nos calculs, les dinosaures ont potentiellement joué un rôle significatif et influencé le climat par leurs émissions de méthane», souligne l'étude publiée... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://www.lefigaro.fr/...



De l'infiniment petit à l'infiniment grand
Une animation qui donne le tournis : parcourez les différentes échelles de l’Univers, en roulant simplement votre molette de souris.


Ouvrir l'animation en plein écran



Aucun Commentaire -



Nous sommes poussière d'étoiles
"C’est un fait connu. Nous sommes tous des enfants des étoiles. Tout simplement parce que les éléments qui nous composent ont été fabriqués dans les fournaises stellaires. Mais aussi lors du Big-bang. Le corps humain est fait de chair et de sang mais aussi d’atomes. Des chercheurs se sont penchés sur la provenance des éléments chimiques qui nous composent et ils sont remontés jusqu’au… Big bang et à la formation des étoiles." (Hubert Reeves)

Le premier laboratoire de la Nature occupe l’univers tout entier. Il fait intervenir la force nucléaire. Un millième de seconde environ après le début de l’univers, les quarks se combinent trois par trois pour donner des protons et des neutrons (c’est-à-dire les nucléons). C’est, à notre connaissance, le premier chapitre de l’organisation de la matière. A partir de cette synthèse des quarks,... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -



Le fabuleux destin de racine de 2
Lorsqu'on demande à un mathématicien de constituer une liste des nombres qui lui semblent les plus remarquables, il cite en général le nombre pi, puis le « nombre d'or », et enfin quelques autres plus « savants » comme e (base des logarithmes néperiens), i (base des imaginaires purs) ou encore γ (constante d'Euler). Un peu curieusement, la racine carrée de 2, pourtant extraordinaire à plus d'un titre, est souvent oubliée.


Une perle méconnue

La racine carrée de 2, qui vaut approximativement 1,414213562, est « le nombre qui, multiplié par lui-même, donne 2 », selon la définition aujourd'hui la plus courante. Elle est aussi la « racine du carré de taille 2 », c'est-à-dire la longueur du côté d'un carré d'aire 2. C'est ce contexte géométrique qui fait de cette « racine » un point de départ, une origine.

... [Lire la suite]


Aucun Commentaire -
Source: http://www.futura-sciences.com/...


Pages de résultat : 1 2 3 4 5
 
ppp