L' Avrocar: objet volant identifié
La période 1948-1953 inaugure l'ère glaciale de la guerre froide. Tandis que le sénateur McCarthy vient prêter main forte aux membres de la Commission sur les activités antiaméricaines qui ont commencé à faire le ménage dans les placards d'Hollywoodiens, la jeunesse américaine plébicite les superhéros et les films de science-fiction comme Le Jour où la Terre s'arrêta de Robert Wise. Parallèlement une épidémie d'observations d'OVNIS se répand à travers tout le pays, au point que même les pilotes de l'Air Force, comme Kenneth Albert Arnold, semblent atteints d'hallucinations. Cette paranoïa collective finit par donner quelques idées concrètes aux militaires.

A la fin des années 40, l'U.S.A.F. (United States Air Force) lance le projet Silver Bug dont l'objectif est le développement d'un appareil VTOL (Vertical Take-Off and Landing), c'est-à-dire capable de décoller et d'atterrir... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://historizo.cafeduweb.com/...



Sous le soleil de Big Brother
On a souvent voulu voir dans 1984 une parabole du stalinisme, ainsi qu’une dénonciation de la trahison des idéaux révolutionnaires par les pays totalitaires de l’Est ou d’Asie, qui ont prétendus incarner le Socialisme. François Brune montre avec brio en quoi cette interprétation est réductrice et vide le livre d’Orwell de sa profondeur et de son actualité.


Quatrième de couverture :

L’homme est un animal de pouvoir. Il se plaît à discipliner (les corps), à normaliser (les consciences), à terroriser (les âmes). A séduire pour manipuler, à surveiller pour punir, à toujours réduire l’autre pour le mettre à la merci de soi. L’homme est un animal de pouvoir collectif. C’est au sein de hiérarchies, de castes ou de classes qu’il légitime son désir d’écraser.

C’est à l’abri d’identités collectives
... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://bellaciao.org/...



Mirabeau président !
Retour aux fondamentaux révolutionnaires

"Il faut le combler, ce gouffre effroyable. Eh bien ! Voici la liste des propriétaires français. Choisissez parmi les plus riches, afin de sacrifier moins de citoyens ; mais choisissez ; car ne faut-il pas qu’un petit nombre périsse pour sauver la masse du peuple ? Allons, ces deux mille notables possèdent de quoi combler le déficit. Ramenez l’ordre dans vos finances, la paix et la prospérité dans le royaume (...). Vous reculez d’horreur... Hommes inconséquents ! Hommes pusillanimes ! Et ne voyez-vous pas qu’en décrétant la banqueroute, vous vous souillez d’un acte mille fois plus criminel ? (...) Croyez-vous que les milliers, les millions d’hommes qui perdront en un instant, par l’explosion terrible ou par ses contrecoups, tout ce qui faisait la consolation de leur vie, et peut-être leur unique... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://www.plumedepresse.net/...



Educateur: un métier impossible
L'éducateur est un esclave.

C'est une esclave chargé, dans les grandes familles romaines de l'antiquité, d'accompagner les enfants de la gens (cette famille élargie pouvant aller jusqu'à 300 personnes, ascendants, descendants et collatéraux du pater familias étant réunis ainsi que les familles d'esclaves) , jusqu'au gymnasium , le lieu de socialisation. Là les enfant y apprennent aussi bien le lancer du javelot que la rhétorique, les mathématiques , l'observation des corps célestes ou la philosophie. L'éducateur dès l'origine, nous rappelle Michel Serres dans son Tiers-instruit est ce passeur de l'entre-deux, ce médiateur social entre la famille et les lieux où les enfants s'initient à la citoyenneté. L'éducateur ne saurait prendre la place ni des éducateurs naturels que sont les parents et la famille, ni des éducateurs culturels que sont les enseignants et les pédagogues, qui... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://www.psychasoc.com/...



La longue histoire de la peur des jeunes délinquants
"L'insécurité est à la mode, c'est un fait". On croirait cette phrase prononcée hier matin sur France-Inter ou TF1. Détrompez-vous, elle a près d'un siècle. Elle fut écrite en 1907 à la une du journal La Petite République. La première décennie du vingtième siècle fut en effet très agitée par un débat sur la sécurité, qui comporta aussi un débat sur la peine de mort. Et dès cette époque, la représentation du danger principal dans la presse est déjà celle du jeune délinquant de quartier ouvrier, qui prend notamment à l'époque le nom d' "Apaches". La presse relate quotidiennement les agissements de "bandes de jeunes" des quartiers périphériques et des faubourgs de la Capitale. On les dit très violents, voleurs mais aussi violeurs et assassins. Ils seraient par ailleurs affiliés à des territoires, portant des noms de rues ou de lieux. Bref, ce seraient des sauvages, le terme d' "Apaches"... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://www.amnistia.net/...


Pages de résultat : 1 2 3 4 5 6 7 8
 
ppp