La bataille de Stalingrad
La ville de Stalingrad (aujourd'hui appelée Volgograd) était le premier centre industriel soviétique et comptait 600 000 habitants. Elle s'étendait sur une soixantaine de kilomètres le long de la rive droite de la Volga. De nombreuses usines d'armements s'y trouvaient (notamment de chars). C'est un centre de communication entre les réserves de pétrole du Caucase et le reste de l'Union soviétique. Mais cette ville est bien plus, c'est le symbole de la puissance soviétique incarnée par : Joseph Staline !

L'objectif d'Hitler était la prise de la ville pour assurer la progression de la Wehrmacht vers le Caucase. La défense russe fut assurée par le général Andrei Ieremenko (responsable du front sud-est), le général Vatoutine (du front de Briansk), le général Malinovski (du front sud), le général Timochenko (du front sud-ouest), le général Rokossovski (du front du Don), le général... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://www.secondeguerre.net/...


24
Mar 2010

Péricles

Posté dans Bureau des Archives - Source: http://www.memo.fr/...

Péricles
Homme politique athénien. En grec Periklês. L' Athénien Périclès a donné son nom à un «siècle» non pas tant par ses talents géniaux d'homme d'Etat, et surtout d'homme politique, que grâce à la durée tout à fait exceptionnelle de sa prééminence politique dans la démocratie athénienne, alors parvenue à son apogée.

Entre la fin de la deuxième guerre médique (479) et le début de la guerre du Péloponnèse (431), pendant les quelques décennies au cours desquelles sont définitivement fixées les lois démocratiques, la figure de Périclès personnifie la gloire et la puissance de sa cité. On assiste à l'embellissement grandiose de l'Acropole et de l'Agora d'Athènes, l'art grec classique atteint son apogée et, surtout, l'hégémonie attique s'impose dans la mer Egée, à tel point que la ligue de Délos, confédération formée pour lutter contre les Perses, prend la forme d'un empire athénien.... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://www.memo.fr/...



Saint Just
Louis Antoine de Saint-Just est né le 25 août 1767 à Decize (Nièvre). Il est le fils d'un militaire à la retraite qui, quoique roturier, avait atteint le grade de capitaine et la distinction de chevalier de Saint-Louis. En 1776, un an avant de mourir, Monsieur de Saint-Just revient avec sa famille dans sa Picardie natale et prend possession d'une maison dont il vient d'hériter dans le village de Blérancourt (Aisne).

Orphelin de père à l'âge de douze ans, Louis-Antoine entre chez les Oratoriens de Soissons, où il manifeste très vite de brillantes aptitudes intellectuelles ainsi qu'un esprit frondeur, avant de faire son droit à Reims. En 1787, revenu à Blérancourt, il se heurte à l'autorité de sa mère qui, à la suite d'une fugue à Paris, obtient une lettre de cachet et le fait interner durant quelques mois dans la maison de correction de Picpus. Il profite de sa détention pour écrire... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://elucubrations.net



Torquemada
Tomás de Torquemada est né en 1420 à Valladolid où il grandit. Comme son oncle, le cardinal et théologien pontifical, Juan de Torquemada, il devint moine dominicain dans le couvent San Pablo de la ville. Il fut nommé, à 32 ans, prieur du monastère de Santa Cruz à Ségovie, fonction qu'il occupa de 1452 à 1474.

Connu pour son austérité, sa dévotion et son érudition, il devint confesseur de la princesse Isabelle, Infante de Castille, alors qu'elle n'était encore qu'une enfant. Il entreprit de lui inculquer le devoir qu'elle aurait, en tant que future souveraine, de défendre l'unité religieuse du royaume, et le bénéfice politique qu'elle pourrait en retirer.

En 1469, Isabelle épousa Ferdinand, qui allait devenir dix ans plus tard, en 1479, le roi Ferdinand II d'Aragon. Elle fut couronnée reine de Castille en 1474. Bien que Torquemada fut très proche des souverains, devenant également... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://fr.wikipedia.org/...


Pages de résultat : 1 2 3 4 5 6 7 8 9
 
ppp