Pourquoi l'année commence-t-elle le 1er janvier ?
Débuter l’année le premier janvier n’a pas toujours été le cas et, en quelques lignes, nous allons évoquer les principaux « jour de l’an » de l’histoire.

A l’époque des Gaulois, les druides avaient décidé que l’année commencerait le jour du premier quartier de lune après le solstice d’hiver, date qui peut varier énormément de plusieurs semaines.

En 46 avant J.C, l’empereur Jules César décida de remplacer l’ancien calendrier lunaire par un calendrier solaire, appelé calendrier Julien. Celui-ci débutait le 1er mars en l’honneur du dieu romain de la guerre. Dans ce calendrier septembre était le « septième » mois, octobre le « huitième », novembre le « neuvième » et décembre le « dixième »….Ce calendrier comptait 12 mois et 365 jours, une journée supplémentaire étant ajoutée tous les 4 ans, à l’occasion des années... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://astronomie.blogs.charentelibre.fr/...



La véritable histoire du sacre de Charlemagne
Il s’agit d’un épisode dont l’histoire de France a toujours su s’enorgueillir. Dans l’instruction d’autrefois et l’éducation d’aujourd’hui, ce fait historique était le plus attendu, le plus obligatoire, le plus marquant… Tous les élèves devaient, doivent et devront connaître cet évènement dont la date sera éternellement aisée à retenir : le 25 décembre 800, Charlemagne est sacré empereur à Rome ! Je revois les différents enseignants qui ont eu le privilège de me raconter l’épisode célèbre. Tous avaient un point commun : ils essayaient de faire resurgir des profondeurs de l’histoire la sacralité du moment et l’importance du geste. Un « Français » sur le toit du monde : un empereur, un César ! L’histoire est-elle si vraie, si belle ?

On ne badine pas avec certains grands personnages ! Charlemagne est... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://lesitedelhistoire.blogspot.com/...



Les chevaliers du Moyen-Age souffraient-ils de stress post-traumatique ?
Dans l'imaginaire collectif, le chevalier du moyen-Age apparaît souvent comme un individu sanguinaire, prenant plaisir à guerroyer. Or, une étude réalisée par Thomas Heebøll-Holm, chercheur à l'Institut SAXO de l'Université de Copenhague au Danemark, montre que les chevaliers ne tuaient par plaisir mais parce que c'était leur devoir, à l'instar des militaires contemporains exerçant leur métier. De même, le Moyen-Age, n'était pas aussi violent que nous l'imaginons, même si cette notion était différente de la notre.

Une première question soulevée par le Dr Heebøll-Holm est de savoir si les chevaliers étaient violents par nature ou s'ils apprenaient à le devenir dans une société qui les y incitait. Certains psychologues estiment en effet qu'ils existent une violence latente dans nos gènes tandis que d'autres pensent, au contraire, qu'elle n'est pas innée et que nous apprenons par la... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://historizo.cafeduweb.com/...



La Talvisota
La Guerre d’Hiver, ou guerre de Finlande, est aussi intéressante que méconnue. Quand Staline lança son armée contre la Finlande, dont les forces étaient mal équipées et peu nombreuses, on était sûrs que la guerre serait rapide et décisive, comme la guerre de Pologne. Mais la stratégie soviétique, dont l’État-major était assez incompétent, se vit opposer une armée dont le moral était excellent et qui se servait admirablement du terrain et du climat. Il s’ensuivit un combat très inégal, de « David contre Goliath », qui suscita l’intérêt du monde entier et qui donna « matière à réfléchir » (mettre des espaces entre les guillemets) et affina les ambitions d'Hitler.

La guerre russo-finlandaise fut une conséquence directe du pacte germano-soviétique et dura du 30 novembre 1939 au 13 mars 1940.

Après avoir agrandi son territoire au détriment de la Pologne,... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://secondeguerre.net/...



La fabuleuse découverte des ruines de Troie
La tâche du biographe d'Heinrich Schliemann (1822-1890) fut longtemps facile. Il se laissait guider par l'autobiographie du savant que son épouse Sophia avait pieusement révisée. Il puisait ses anecdotes dans les confidences émaillant les ouvrages de "l'inventeur" de Troie. Il évoquait le goût du fouilleur de Mycènes pour le vin retsina, sa religion des bains de mer et ses chemises envoyées d'Athènes à Londres pour y être blanchies et repassées. Sans oublier les jupes de Mme Schliemann, ses coliques et sa famille grecque. Quant aux accusations d'escroqueries, de manipulations ou de mythomanie imputées à cette figure controversée, il suffisait de les négliger. Elles émanaient d'esprits malveillants participant à l'éternel complot de l'intelligentsia contre les hommes d'affaires.

Un siècle s'est écoulé depuis la mort de ce marchand, fier de sa réussite d'autodidacte réalisant, malgré... [Lire la suite]

Aucun Commentaire -
Source: http://stimulus.u-bourgogne.fr/...


Pages de résultat : 1 2 3 4 5 6 7 8 9
 
ppp