Loading...
Loading...
1940 (327 événements)
Tag
Afghanistan - Afrique - Afrique du Nord - Afrique du Sud - Albanie - Alexandre - Algérie - Allemagne - Amérique - Angleterre - Arabie - Argentine - Asie - Australie - Autriche - Aztèques - Babylone - Bangladesh - Belgique - Birmanie - Bosnie - Brésil - Bulgarie - Byzance - Cambodge - Cameroun - Canada - Caraïbes - Carolingiens - Carthage - Chili - Chine - Christianisme - Chypre - Commune - Congo - Corée - Corse - Crète - Croatie - Croisades - Cuba - Culture - Danemark - Ecosse - Egypte - Empire Ottoman - Equateur - Espagne - Estonie - Etats Unis - Éthiopie - Etrusques - Europe - Finlande - France - Fronde - Gabon - Gaule - Geekeries - Grèce - Guatemala - Haïti - Hébreux - Hong Kong - Hongrie - Huns - Incas - Inde - Indonésie - Irak - Iran - Irlande - Islande - Israel - Italie - Japon - Jordanie - Kosovo - Koweit - Laos - Lettonie - Liban - Lituanie - Luxembourg - Lybie - Madagascar - Malaisie - Mali - Malte - Maroc - Mayas - Mérovingiens - Mexique - Monde - Monde Arabo-Musulman - Mongols - Moyen Orient - Napoléon - NépaL - Nicaragua - Nice - Norvège - Nouvelle Zélande - Pakistan - Palestine - Panama - Paraguay - Parthes - Pays Bas - Pérou - Perses - Philippines - Pologne - Portugal - Proche Orient - Révolution Française - Révolution Russe - Rome - Roumanie - Russie - Rwanda - Salvador - San Marin - Savoie - Sciences - Sénégal - Serbie - Singapour - Slovénie - Somalie, - Soudan - St Empire - Suède - Suisse - Sumer - Syrie - Tahiti - Taiwan - Tchad - Tchécoslovaquie - Thaîlande - Tibet - Tunisie - Turquie - Ukraine - Uruguay - Venezuela - Venise - Viet Nam - Vikings - Yémen - Yougoslavie


Période



Janvier
01/01
La conscription est étendue au Royaume-Uni : tous les hommes entre 20 et 27 ans sont maintenant mobilisables.
04/01
Le Gouvernement polonais en exil du général Sikorski signe avec le gouvernement Daladier un traité militaire prévoyant la création en France d'une armée de 80 000 hommes.
--   
Le parlement irlandais accorde les pleins pouvoirs à Éamon de Valera pour lutter contre le terrorisme.
08/01
Discours du Premier ministre du Japon Fumimaro Konoe qui popularise le slogan Hakkō ichiu.
--   
Début du rationnement au Royaume-Uni, notamment sur le beurre, le sucre et la charcuterie. La viande est rationnée à partir du 11 mars, la margarine en juillet.
10/01
Incident de Mechelen. Un avion allemand transportant les plans secrets d'invasion s'écrase en Belgique ce qui permet aux alliés de prendre connaissance du plan "fall gelb" et qui forcera Hitler à repousser l'invasion.
14/01
Mitsumasa Yonai devient premier ministre du Japon.
18/01
Le Danemark, la Norvège et la Suède affirment leur neutralité.
23/01
A Paris, ouverture du Conseil national de la République polonaise (Rada Narodowa Rzeczypospolitej Polskiej), un organisme législatif consultatif présidé par le compositeur Ignacy Jan Paderewski.
26/01
Les États-Unis résilient le traité de commerce et de navigation conclu avec l’Empire du Japon en 1911. Le Japon dépend alors des États-Unis pour 90 % de ses besoins en fer, 91 % de sa consommation de cuivre et 60 % de son alimentation en pétrole.
Février
05/02
Réunion à Paris du Conseil Suprême franco-britannique avec la participation de Winston Churchill.
--   
Découverte à Tanis, par le Pr. Montet, du caveau original du pharaon Aménémopé de la XXIe dynastie.
08/02
À Łódź, ouverture du premier ghetto sur les territoires polonais occupés par les Allemands.
11/02
Sous la pression des Soviétiques, les troupes finlandaises reculent dans la région de Summa.
--   
La Finlande repousse une offre de paix soviétique en échange de la Carélie.
12/02
L'URSS et l'Allemagne signent un accord commercial pour contrer le blocus maritime franco-britannique.
--   
Les Nazis commencent à déporter les Juifs allemands vers la Pologne.
16/02
Le premier Lord de l'Amirauté britannique Winston Churchill ordonne la mise hors de combat d'un navire allemand, l’Altmark, dans un fjord de Norvège. Piqué au vif, Hitler va prendre la décision d'envahir le pays scandinave, en dépit de sa neutralité.
--   
Incident de l'Altmark, qui servit de prétexte à Hitler pour envahir la Norvège.
18/02
Au Paraguay, le président José Félix Estigarribia abroge la Constitution de 1870 et impose une dictature.
22/02
Intronisation du nouveau dalaï-lama Tenzin Gyatso.
24/02
Mise au point du plan jaune (Fall Gelb) d’offensive sur le front de l’Ouest.
27/02
Découverte du carbone 14.
--   
L'armée finlandaise se replie avant la seconde offensive soviétique dirigée par le général Timochenko.
Mars
   /03
Formation d'un gouvernement chinois pro-japonais à Nankin, dirigé par Wang Jingwei.
05/03
Le Politburo décide le massacre de Katyń.
12/03
Signature du traité de Moscou entre la Finlande et l'Union soviétique. fin de la guerre d’Hiver et début de la Grande Trêve.
15/03
Première traversée secrète de l'océan Atlantique par le Queen Elizabeth.
18/03
Rencontre entre Mussolini et Adolf Hitler sur le col du Brenner. Mussolini s'entend avec Hitler pour que l'Italie entre en guerre « à un moment opportun ».
20/03
Le gouvernement Édouard Daladier démissionne, Paul Reynaud forme le suivant.
21/03
Paul Reynaud devient Président du Conseil de la France.
--   
Himmler décide la construction du camp d'Auschwitz.
22/03
Paul Reynaud est nommé président du Conseil et ministre des Affaires étrangères par le président français Albert Lebrun.
23/03
Résolution de Lahore. Muhammad Ali Jinnah, président de la Ligue musulmane demande la partition de l’Inde en deux États indépendants.
28/03
Le Premier ministre Nuri as-Said démissionne et le 31 mars entre dans un nouveau gouvernement dirigé par Rachid Ali en tant que ministre des Affaires étrangères. Il refuse de rompre les relations diplomatiques avec l’Italie en juin, marquant ainsi l’indépendance de l’Irak par rapport à la Grande-Bretagne. Après la défaite française, l’Irak cherche un accord avec l’Allemagne. Le mufti de Jérusalem, réfugié en Irak, entre en contact avec l’Axe en été. Berlin répond de manière vague.
--   
Le Conseil suprême interallié se réunit à Londres. Dans un communiqué commun, la France et le Royaume-Uni s’engagent à ne pas conclure d’armistice ou de paix séparée et de couper la route du fer suédois par le mouillage de mines dans les eaux territoriales norvégiennes ; l’opération est prévue pour le 8 avril.
30/03
Wang Jingwei, qui revendique la légitimité du Kuomintang, constitue à Nankin le Gouvernement national réorganisé de la République de Chine, qui collabore avec le Japon. Tchang Kaï-chek reçoit l’aide des Britanniques via la Birmanie.
Avril
05/04
Le NKVD commence à exécuter les prisonniers polonais des camps de Starobielsk, Kozielsk et Ostaszków.
07/04
L'aviation britannique mouille des mines dans les eaux norvégiennes, en particulier devant Narvik.
08/04
Le sous-marin polonais Orzeł coule le navire allemand Rio de Janeiro qui transportait des troupes allemandes vers la Norvège.
--   
La marine de guerre allemande trompe la vigilance de la Royal Navy et parvient à débarquer 10 000 hommes en Norvège.
09/04
Invasion du Danemark par les troupes allemandes et reddition du Danemark.
--   
Les principales villes norvégiennes sont sous le contrôle des Allemands.
--   
Les Alliés s'engagent à venir au secours de la Norvège.
10/04
Destruction d'une partie de la flotte allemande lors d'une attaque navale franco-britannique sur Narvik (Norvège) occupée par les troupes allemandes.
12/04
Paul Reynaud propose de relever le général Gamelin de son commandement. Édouard Daladier s'y oppose fermement.
13/04
Le président américain Roosevelt condamne l'invasion allemande du Danemark et de la Norvège.
--   
La Suède confirme sa neutralité.
14/04
Débarquement du corps expéditionnaire franco-britannique à Namsos (Norvège).
24/04
Le Comité olympique finlandais informe le CIO qu’il renonce à organiser les jeux prévus pour juillet 1940.
28/04
Débarquement d'un corps expéditionnaire français à Narvik.
Mai
01/05
Début de l'évacuation du corps expéditionnaire franco-britannique à Namsos. L'effort se concentre alors sur Narvik où les Français sont parvenus à prendre pied.
--   
Bataille de Zaoyang-Yichang (→ 12/06).
05/05
Le gouvernement norvégien en exil s'installe à Londres.
07/05
Signature du concordat entre le Portugal et le Vatican. L’influence de l’Église dans l’enseignement est renforcée. Reconnaissance du mariage religieux (le divorce reste possible pour les couples mariés civilement). Exemptions de service militaire pour les clercs, exemptions fiscales pour les revenus de l’Église, exemption de la censure préalable pour les publications catholiques (As Novidades, Radio-Renaissance). Les hôpitaux, asiles et hospices relèvent de l’Église.
08/05
Les Polonais de la Brigade autonome de chasseurs de Podhale débarquent sur l'île norvégienne de Hinnoy et se préparent à attaquer Narvik.
09/05
La conscription au Royaume-Uni est prolongée jusqu'à l'âge de 36 ans.
10/05
Offensive générale allemande à l'Ouest contre les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et la France : les Alliés la nommeront la bataille de France.
--   
L'élite des forces franco-britannique, stationné sur la frontière belge, reçoit l'ordre de se porter en avant, avec comme objectif (déjà illusoire !) d'organiser la défense le long de l'Escaut et de la Meuse.
--   
Winston Churchill devient Premier ministre, succédant à Arthur Neville Chamberlain, démissionnaire. Son programme : la guerre, rien que la guerre. Il promet aux Britanniques, dans un discours devenu célèbre « de la peine, du sang, de la sueur et des larmes ».
--   
Mobilisation générale en Suisse.
--   
L’arrivée de Churchill au pouvoir modifie la politique britannique en Palestine mandataire. Favorable à la cause sioniste, il est hostile au Livre Blanc de 1939. Mais Eden, au Foreign Office à partir du 22 décembre, défend la politique du gouvernement précédent. L’immigration juive est limitée comme les transferts de terres arabes. En revanche, aucun transfert de pouvoir n’est opéré en faveur des Arabes palestiniens. Les sionistes encouragent les Juifs de Palestine à s’enrôler dans l’armée britannique et organisent des réseaux d’immigration clandestine. Les Arabes qui s’engagent sont cantonnés à des tâches non-combattantes.
11/05
Le Luxembourg est occupé.
12/05
Les Allemands atteignent la Meuse française, et la franchissent.
13/05
Le gouvernement hollandais en exil s'installe à Londres.
--   
Débarquement franco-britannique à Narvik. La Légion Étrangère prend pied sur les hauteurs de Bjerkvik.
--   
Percée de Sedan des troupes blindées allemandes du général Guderian. Le général Rommel se distingue.
--   
Effondrement du front belge.
--   
Bataille de Monthermé entre forces françaises et allemandes.
--   
La reine Wilhelmine et le gouvernement des Pays-Bas arrivent à Londres.
14/05
Le front français est enfoncé à Sedan.
--   
La création des volontaires locaux de la défense (la Home Guard) est annoncée par Anthony Eden.
15/05
Capitulation de l'armée néerlandaise.
--   
Annexion d'Eupen par l'Allemagne.
--   
Après des combats acharnés, les Panzer Divisionen dépassent Sedan. Elles obliquent vers le nord-ouest, pour encercler les forces alliées engagées en Belgique, et au mépris du risque de se faire elles-mêmes encercler.
--   
Les Britanniques refusent de faire monter au front leurs meilleurs avions de chasse, les Spitfire. Les Britanniques estiment que cela ne renversera pas le cours des événements en France, alors que ces forces seront essentielles si la France est vaincue, ce qui paraît maintenant probable.
17/05
Le colonel Charles de Gaulle, tout récent commandant de la 4e division cuirassée, remporte à Montcornet un petit succès, mais, faute d'exploitation, il n'est significatif que de ce qui aurait pu se passer si...
--   
Les Allemands prennent Charleroi et Bruxelles.
18/05
Le général Władysław Sikorski met la première Division de grenadiers polonais à la disposition de l'armée française.
--   
Le général Philippe Pétain devient vice-président du Conseil.
20/05
Le général Maxime Weygand remplace le général Gamelin comme commandant en chef des armées françaises.
--   
Les Britanniques prennent la décision d'évacuer leurs troupes vers le Royaume-Uni (opération Dynamo).
21/05
Les villes d'Arras et d'Amiens sont prises. Les Allemands atteignent la Manche ; l'armée française est coupée en deux, ses meilleures unités encerclées en Belgique. Mais Hitler interdit aux Panzerdivisionen de compléter l'encerclement par la capture des ports et plages.
22/05
Début du siège de Boulogne-sur-Mer.
23/05
Dans le hameau de Paradis à Lestrem, 97 soldats anglais prisonniers sont massacrés à la mitrailleuse par les SS de la 4e compagnie du 1er bataillon du 2e régiment de la division Totenkopf sous le commandement de Fritz Knöchlein.
24/05
Début de l'Opération Alphabet (évacuation des troupes britanniques, françaises et polonaises du port de Narvik) qui se terminera le 8 juin.
25/05
Début de la bataille de la poche de Lille.
26/05
Début de l'opération Dynamo, l'évacuation alliée de Dunkerque vers le Royaume-Uni. Elle durera jusqu'au 3 juin, en dépit de la Luftwaffe qui ne parviendra pas à l'empêcher.
27/05
L’Allemagne Nazie et le Royaume de Roumanie signent un accord pétrolier prévoyant la livraison de trois millions de tonnes à un prix inférieur d’un tiers à ceux du marché mondial.
28/05
Capitulation de l'armée belge. le roi Léopold III de Belgique signe la capitulation sans condition de l’armée belge. La campagne des 18 jours est finie. Le gouvernement d’Hubert Pierlot, décide de poursuivre la lutte et se réfugie en France, puis à Londres le 22 octobre.
--   
Le gouvernement britannique décide d’accélérer la mise en place de la défense de Londres.
--   
Des troupes norvégiennes et polonaises repoussent les Allemands jusqu'à la frontière suédoise.
29/05
Les Alliés reprennent Narvik aux Allemands et détruisent les installations portuaires.
31/05
Le Corps expéditionnaire franco-polonais en Norvège reçoit l’ordre d’évacuer.
--   
Reddition de Lille défendue par le groupement du général Molinié.
--   
Les dernières Actualités françaises réalisées hors contrôle du (futur) occupant montrent un hommage à Paris à Charles Péguy, disparu le premier mois de la première Guerre mondiale.
Juin
01/06
Les Allemands rendent les honneurs aux défenseurs héroïques de Lille du général Molinié. Le général Waeger qui avait pris cette décision est limogé, le lendemain, par Hitler.
   /06
Le Syrien nationaliste Abd al-Rahman Shahbandar est assassiné. L’enquête fait porter les soupçons sur Jamil Mardam Bey. Devant les risques de répression, les principaux membres du Bloc national se réfugient en Irak. Seul Quwwatli reste en Syrie et entre en contact avec les représentants de l’Axe. Quand la France s’effondre en juin, le haut-commissaire français en Syrie Gabriel Puaux envisage de poursuivre la lutte. Les Britanniques imposent néanmoins un blocus sur la Syrie et le Liban et encouragent les premiers Français libres. Les envoyés de Vichy imposent une épuration des cadres soupçonnés de gaullisme. Puaux est rappelé en novembre et remplacé par le général Henri Dentz.
03/06
Fin de l'opération Dynamo : 224 686 Britanniques et 121 445 soldats français et belges ont été évacués vers le Royaume-Uni. La RAF assure un minimum de couverture aérienne pour cette opération et abat à cette occasion 140 appareils de la Luftwaffe. Les Britanniques ne perdent dans le même temps que 80 avions.
--   
Opération Paula de la Luftwaffe qui bombarde les environs de Paris, les aérodromes en particulier. 254 morts et 652 blessés à Paris.
04/06
À l'aube du 4 juin, les troupes allemandes entrent dans Dunkerque. Le drapeau à croix gammée est hissé sur le phare de la ville. Le reste des 12e DIM, 68e, 21e, 32e et 60e divisions d'infanterie et du 8e régiment de zouaves qui ont protégé l'évacuation jusqu'au dernier moment et n'ont pas pu embarquer, sont faits prisonniers sur la plage de Malo-les-Bains. En neuf jours, la Wehrmacht a capturé quelque 35 000 hommes et fait 18 000 morts.
05/06
Remaniement ministériel : le général de Gaulle est nommé sous-secrétaire d'État à la Guerre et à la Défense nationale. Il multiplie dès lors les navettes entre Londres et Paris pour tenter de décider les Britanniques à soutenir leur effort en France.
--   
Offensive allemande à partir de la Somme en direction de Rouen et de Soissons. À cette occasion, la chasse française abat 40 appareils allemands pour 15 avions perdus.
06/06
La ligne de défense française s'appuyant sur la Somme et sur l'Aisne ne peut tenir devant les panzer qui, ayant fini de « nettoyer » Dunkerque, renouvellent vers le sud leurs attaques « en pointe », là où des troupes françaises épuisées les attendent « en ligne ». La défaite française est maintenant inéluctable.
07/06
Les Britanniques acceptent de remplacer les pertes des trois escadrilles de chasse restées en France.
08/06
Appel désespéré du général Vuillemin pour obtenir un appui aérien des Britanniques ; sans succès.
--   
Transfert d'une escadrille britannique au Mans, puis arrivée en France dans l'après-midi de deux escadrilles supplémentaires. Les autorités britanniques rappellent à leurs alliés français que 12 escadrilles de chasse et 8 de bombardiers opèrent en France et sur la Manche à partir du Royaume-Uni.
--   
Fin de l'opération Alphabet (évacuation des troupes alliées de Norvège).
09/06
La ville de Rouen est occupée.
--   
Combat de Pont-de-l'Arche.
--   
Le roi Haakon VII de Norvège et le gouvernement Nygaardsvold partent en exil au Royaume-Uni.
10/06
L'Italie de Mussolini déclare la guerre à la France.
--   
Le gouvernement français quitte Paris pour Tours et ses environs.
--   
Capitulation de la Norvège.
--   
Les Polonais de la deuxième division de chasseurs sont mis à la disposition de l'armée française.
--   
Début de la campagne d’Afrique de l’Est par les Britanniques contre les Italiens à laquelle vont concourir les Belges et les Sud-africains.
11/06
Attaqué par l'aviation allemande, le cargo Niobé coule non loin du Havre, faisant au moins 800 victimes.
--   
Avant-dernière réunion du Conseil suprême interallié à Breteau dans le Loiret, dite conférence de Briare. Churchill exhorte les dirigeants français à continuer la guerre.
--   
Intervention militaire de l’Italie contre l’Égypte. Le Premier ministre Ali Mahir Pacha refuse de déclarer la guerre aux forces de l’Axe et se borne à faire voter le 12 juin par les assemblées égyptiennes la rupture des relations diplomatiques avec Rome mais refusent d’engager des troupes contre l’Italie.
12/06
Weygand ordonne le repli général face à la ruée allemande sur Paris.
--   
50 000 soldats alliés encerclés à Saint-Valery-en-Caux doivent se rendre faute de munitions, après s'être battus pendant deux jours pour tenter de protéger des embarquements, sous le feu de Rommel qui leur a coupé la route de la Seine.
--   
Signature d’un pacte de non-agression entre la France et la Thaïlande ; après la défaite de la France (Armistice du 22 juin), il n’est pas ratifié par le gouvernement Phibun.
--   
Le prince Fumimaro Konoye devient premier ministre du Japon.
--   
Après la défaite française, Franco renonce à la neutralité pour placer l’Espagne dans la non-belligérance.
13/06
Paris, vidée de ses habitants, est déclarée « ville ouverte ». Tout combat y est interdit. Cet interdit ne concerne que Paris intramuros, et le harcèlement des troupes allemandes se poursuit en banlieue, malgré les protestations des autorités allemandes.
--   
La rumeur court à Bordeaux que Paris est aux mains des communistes. Georges Mandel, ministre de l'Intérieur, se fend même d'un appel téléphonique à ce sujet au préfet de police de Paris, Langeron, resté en poste dans la capitale. Ce dernier dément évidemment la rumeur.
14/06
Opération Vado par la marine française contre les ports de Gênes et de Savone en Italie.
--   
Les Allemands entrent dans Paris ; la ligne de progression allemande va de Provins à Rambouillet en passant par Corbeil, nettement au sud de Paris.
--   
Signature d'un cessez-le-feu autour de Paris, sous menace de bombardement de la capitale.
--   
Confiscation de tous les drapeaux français au fronton des édifices, immédiatement remplacés par des drapeaux à croix gammée. Même les drapeaux historiques des Invalides sont saisis.
--   
Après une protestation des conseillers municipaux de Paris, le drapeau géant à croix gammée qui flottait depuis le matin sous l'Arc de Triomphe est retiré dans la soirée.
--   
Aucune parution de journaux à Paris. Pour informer les quelques Parisiens encore présents en ville, des voitures diffusent des messages par haut-parleur. Le message commence ainsi : « Les troupes allemandes occupent Paris ».
--   
Paris se met à l'heure de Berlin.
--   
Premier défilé de troupes allemandes sur l'avenue des Champs-Élysées. C'est un rituel qui sera désormais quotidien afin de bien rappeler aux Parisiens qu'ils sont occupés.
--   
Suicide du neurochirurgien parisien Thierry de Martel qui préfère la mort à l'occupation. Le cas n'est pas isolé à Paris.
--   
Le gouvernement français s'installe à Bordeaux.
--   
Le gouvernement polonais quitte Angers.
--   
L’Union soviétique lance un ultimatum à la Lituanie, exigeant la démission de son gouvernement. Il est suivi par des ultimatums similaires adressés à l’Estonie et à la Lettonie le 16 juin.
15/06
À cette date, 83 000 soldats des forces armées polonaises sont présents sous les armes en France.
--   
De Gaulle est à Rennes pour voir l'éventualité d'un « réduit breton » qui avait été évoqué pendant la conférence de Briare. S'embarque dans la soirée pour l'Angleterre à bord du contre-torpilleur Milan.
16/06
Rencontre à Londres entre Churchill et de Gaulle et discussion du projet d'union entre la Grande-Bretagne et la France : l'Union franco-britannique. De Gaulle rentre dans la journée à Bordeaux présenter ce projet au gouvernement français mais ne suscite pas l'adhésion.
--   
En France, Philippe Pétain devient président du Conseil après la démission de Paul Reynaud dans la soirée et forme un nouveau gouvernement.
--   
Le général de Gaulle, en mission à Londres, dicte à Paul Reynaud, au téléphone, le texte de la proposition de Jean Monnet de fusion de la France et du Royaume-Uni, l’Union franco-britannique.
17/06
Des troupes de l'armée allemande franchissent la Loire, d'autres atteignent la frontière suisse.
--   
3 avions allemands bombardent la gare de triage de Rennes où stationnaient côte à côte un train de munitions et des trains de militaires britanniques et français : bilan près d'un millier de tués.
--   
La ligne Maginot est prise à revers.
--   
De Bordeaux, le maréchal Pétain lance un appel à la radio afin de « cesser le combat ». Cet appel est évidemment largement relayé par les Allemands. « C'est le c½ur serré que je vous dis aujourd'hui qu'il faut cesser le combat ».
--   
En dépit de l'alliance entre l'Union soviétique et l'Allemagne nazie, Charles Tillon, chargé de réorganiser le parti communiste dans le Sud-Ouest, lance un appel à la résistance contre « le fascisme hitlérien » : « […] Mais le peuple français ne veut pas de l'esclavage, de la misère et du fascisme, pas plus qu'il n'a voulu la guerre des capitalistes. Il est le nombre, uni, il sera la force… - Pour un gouvernement populaire, libérant les travailleurs, rétablissant la légalité du Parti communiste, luttant contre le fascisme hitlérien. Peuple des usines, des champs, des magasins et des bureaux, commerçants, artisans et intellectuels, soldats, marins et aviateurs encore sous les armes, unissez-vous dans l'action. ».
--   
Dans l'après-midi le General de Gaulle qui s'oppose à l’armistice embarque dans un avion britannique pour Londres. Il est reçu par Winston Churchill.
--   
Le président polonais Władysław Raczkiewicz et le commandant en chef Władysław Sikorski prennent la décision de transférer au Royaume-Uni ce qui peut être sauvé de l'armée polonaise en France.
--   
Le paquebot Lancastria est coulé à Saint-Nazaire par l'aviation allemande, faisant des milliers de victimes dont un grand nombre furent identifiées.
--   
Les Allemands mettent en place un blocus total du Royaume-Uni.
18/06
En réplique à l'appel de Pétain qui appelle à la fin des combats, le général de Gaulle lance son appel du 18 Juin, acte fondateur de la France libre.
--   
L'Estonie, la Lettonie et la Lituanie sont occupées par l'URSS.
--   
La version imprimée de l'appel de Pétain est modifiée : « C'est d'un c½ur serré que je vous dis qu'il faut tenter de cesser le combat », car la formulation orale a complètement désorienté les combattants, alors que l'armistice est encore loin d'être signé.
--   
Hitler rencontre Mussolini à Munich pour discuter des termes de l'armistice après la reddition française ; les troupes italiennes n'ont pas dépassé Menton.
--   
Discours de Winston Churchill à la Chambre des communes.
--   
A Bordeaux, le gouvernement belge en exil nomme le ministre des colonies Albert de Vleeschauwer administrateur colonial avec pleins pouvoirs et le gouverneur général Pierre Ryckmans, gouverneur général du Congo belge, met la colonie à la disposition des Alliés. Après la reddition de l’armée belge en Belgique (28 mai), les troupes du Congo belge, qui ne sont pas concernées, vont pouvoir continuer le combat aux côtés des Britanniques.
19/06
Alors que la France se prépare à capituler, le général Władysław Sikorski donne l'ordre aux Polonais de ne pas se rendre et de fuir vers la Suisse, vers le Royaume-Uni ou vers l'Afrique.
--   
Le général de Gaulle demande à l'Empire français de poursuivre le combat aux côtés du Royaume-Uni.
20/06
Dans un nouveau discours radiodiffusé de Bordeaux, le maréchal Pétain annonce les tractations en vue de l'armistice. Il en détaille les motifs, ainsi que les leçons que, selon lui, il faudra en tirer. Il y fustige « l'esprit de jouissance » : « […] Depuis la victoire [de 1918], l'esprit de jouissance l'a emporté sur l'esprit de sacrifice. On a revendiqué plus qu'on a servi. On a voulu épargner l'effort ; on rencontre aujourd'hui le malheur. ».
--   
Début de l'offensive italienne à la frontière française facilement repoussée par une armée française des Alpes pourtant en infériorité numérique.
--   
Entrée en vigueur de l'ordonnance allemande régissant les devoirs des Français occupés.
--   
Bombardement allemand sur Bordeaux.
21/06
Les négociations franco-allemandes d'armistice commencent.
--   
Introduction de la conscription, uniquement pour la défense du territoire canadien.
--   
Le général de Gaulle, en mission à Londres, dicte à Paul Reynaud, au téléphone, le texte de la proposition de Jean Monnet de fusion de la France et du Royaume-Uni, l’Union franco-britannique.
--   
Un décret royal transforme le Front de la Renaissance Nationale en Parti de la Nation « parti unique et totalitaire ».
22/06
Après avoir été approuvé par le Conseil des ministres et le président de la République, l'armistice franco-allemand est signé dans le wagon de l'Armistice de la clairière de Rethondes (le même wagon où fut signée la fin de la Première Guerre mondiale), en forêt de Compiègne, la délégation française était menée par le général Charles Huntziger et celle de l'Allemagne nazie par le général Wilhelm Keitel, l'armistice fut signé à 18 h 50.
--   
1 500 000 soldats français sont prisonniers en Allemagne.
--   
Les actualités anglaises diffusent un nouvel appel du général de Gaulle.
23/06
Hitler visite Paris. Il arrive à 5 h 0 du matin à l'aérodrome du Bourget ; trois heures et demie plus tard, il était déjà reparti. Pas de liesse viennoise.
--   
Le roi de Roumanie Carol II constitue un cabinet pro-allemand dont le nouveau chef de la Garde de fer, Horia Sima, est membre.
24/06
Signature de l'armistice franco-italien.
--   
L'armistice avec l'Allemagne entre en application à 19h00, celui avec l'Italie à minuit.
--   
Le gouvernement polonais en exil s'installe à Londres.
25/06
Le président de la Confédération suisse, Marcel Pilet-Golaz, prononce un discours radiophonique. Controversé, on l'a ensuite accusé de sympathie envers l'Allemagne.
--   
Décret du gouvernement de Vichy réunissant l’AEF, l’AOF et les protectorats du Togo et du Cameroun dans un haut-commissariat à l’Afrique française confié au gouverneur général de l’AEF Pierre Boisson, qui prend ses fonctions à Dakar le 23 juillet. Après la capitulation de la France, les administrateurs de l’Afrique prennent le parti de suivre le gouvernement Pétain en dépit des démarches du général de Gaulle.
27/06
L’Union soviétique, en accord avec l’Allemagne, occupe la Bessarabie et le nord de la Bucovine, parties de la Roumanie et de l'Ukraine.
28/06
Le général de Gaulle est reconnu par les Britanniques comme le chef de la France libre.
--   
Le maréchal Goering dîne au Maxim's à Paris.
--   
Les Britanniques obtiennent la démission d’Ali Mahir.
29/06
Le gouvernement français rejoint la « zone libre » et s'installe provisoirement à Clermont-Ferrand.
30/06
L'Allemagne envahit les îles Anglo-Normandes.
--   
Le général Władysław Sikorski dissout le commandement de la ZWZ, Union de la lutte armée qui se trouvait en France et donne l’ordre de créer un commandement pour la ZWZ en Pologne ; le colonel Stefan Rowecki dit Grot (fer de flèche), est nommé à la tête de la ZWZ.
Juillet
01/07
Le gouvernement français se déplace à Vichy.
--   
Début de l’Opération Catapult, lancée par Churchill pour s’assurer que la flotte française ne tombe pas aux mains de l’Allemagne. Les navires français réfugiés dans les ports britanniques sont saisis, le reste de la flotte est neutralisé.
02/07
Hitler ordonne la préparation des plans pour l'invasion du Royaume-Uni, nom de code opération Otarie.
--   
Les Polonais de la Brigade des chasseurs des Carpates, que le gouvernement de Vichy veut désarmer en Syrie, passent en Palestine.
03/07
La Royal Navy attaque à Mers-el-Kébir près d'Oran la flotte française : 1 297 marins sont tués, l'escadre d'Alexandrie est neutralisée et tous les navires français ayant trouvé refuge dans les ports britanniques sont « saisis » par la Royal Navy.
--   
Rupture des relations diplomatiques entre le gouvernement de Vichy et le gouvernement britannique.
04/07
Les Italiens d’Éthiopie s’emparent de Kassala et Gallabat à la frontière du Soudan anglo-égyptien.
--   
Rupture des relations diplomatiques entre la France de Vichy et la Grande-Bretagne.
--   
Le roi Carol II de Roumanie constitue un cabinet pro-allemand présidé par Ion Gigurtu dont le nouveau chef de la Garde de fer, Horia Sima, est membre. La Roumanie aligne sa politique intérieure sur celle des puissances de l’Axe.
06/07
Nouvelle attaque britannique sur Mers-el-Kébir. Cible principale de cette seconde attaque aérienne, le cuirassé Dunkerque, déjà endommagé par la première attaque trois jours plus tôt.
08/07
Attaque britannique sur le cuirassé français Richelieu en rade de Dakar.
--   
Accords de transit germano-suédois. Malgré sa neutralité, la Suède est contrainte d’accepter le passage de trains de permissionnaires allemands et de matériel militaire sur son territoire.
09/07
Bataille de Punta Stilo au large de la Calabre, premier affrontement en Méditerranée entre les flottes italiennes et britanniques.
--   
Création du Gouvernement provisoire tchécoslovaque, reconnu par le gouvernement britannique le 18 juillet. Le Comité central de la Résistance intérieure tchèque formé au début l’année entre en contact avec Londres, où Edvard Bene¨ reprend le titre de président et forme un gouvernement en exil avec Jan Masaryk et Mgr Sramek.
10/07
La Chambre des députés et le Sénat donnent les pouvoirs constituants à Philippe Pétain, le président de la République Albert Lebrun se trouve ainsi « démissionné » d'office. C'est la fin de la Troisième République.
--   
Rédaction par le dirigeant communiste français Jacques Duclos du texte connu sous le nom d'« Appel du 10 juillet 1940 » qui sera diffusé à partir du mois d'août.
--   
Promulgation d’une constitution corporatiste au Paraguay.
11/07
Philippe Pétain qui prend le titre de chef de l'État français annonce via la radio qu'il compte mener de grandes réformes.
12/07
Publication en France du premier numéro de l'hebdomadaire antisémite Au Pilori.
14/07
Fondation du mouvement de résistance parisien Les Amis d'Alain Fournier.
15/07
Des avions italiens bombardent la raffinerie et les installations portuaires de Haïfa.
--   
Echec de l’opération Ambassador, raid des commandos britanniques sur l’île de Guernesey occupée par les Allemands.
16/07
L’homme politique islamiste syrien Abd ar-Rahman Chahbandar est assassiné à Damas. L’enquête fait porter les soupçons sur Jamil Mardam Bey et Lutfi al-Haffar. Devant les risques de répression, les principaux membres du Bloc national se réfugient en Irak. Seul Quwwatli reste en Syrie et entre en contact avec les représentants de l’Axe. Quand la France s’effondre en juin, le haut-commissaire français en Syrie Gabriel Puaux envisage de poursuivre la lutte. Les Britanniques imposent néanmoins un blocus sur la Syrie et le Liban et encouragent les premiers Français libres. Les envoyés de Vichy imposent une épuration des cadres soupçonnés de gaullisme. Puaux est rappelé en novembre et remplacé par le général Henri Dentz.
17/07
Parachutage du premier espion de la France libre en zone occupée.
19/07
Vote par le Congrès des États-Unis du Two-Ocean Navy Act pour renforcer considérablement la marine américaine.
--   
Bataille du cap Spada au large de la Crète.
20/07
La Roumanie et le Danemark quittent la Société des Nations.
21/07
Le gouvernement tchèque en exil s'installe à Londres.
--   
Hitler propose la paix au gouvernement britannique.
--   
Les Nouvelles-Hébrides se rallient à la France libre.
--   
Conférence des ministres des Affaires étrangères des États américains réunie à La Havane (→ 31/07). Après la défaite de la France et des Pays-Bas en juin, pour maintenir la neutralité adoptée à la conférence de Panama dès septembre-octobre 1939, les colonies européennes du continent américain sont placées sous la tutelle des États américains pour éviter qu’elles ne tombent sous contrôle allemand.
--   
Le dictateur José Estigarribia meurt dans un accident d’avion et est remplacé par le ministre de la guerre, le général Higinio Morínigo qui assume tous les pouvoirs pendant toute la durée de la guerre, avec l’appui du Brésil et des États-Unis qui veulent éloigner le Paraguay de l’influence de l’Argentine restée neutre.
22/07
Un décret du régime de Vichy retire la nationalité française aux Juifs immigrés installés en France et naturalisés après 1927.
24/07
L'Alsace et une partie de la Lorraine sont annexées au IIIe Reich.
25/07
Les femmes et les enfants reçoivent l'ordre d'évacuer Gibraltar.
--   
Bombardement des bases britanniques de Palestine par l'aviation italienne.
--   
Le général Henri Guisan, commandant en chef des forces armées suisses prononce un discours historique, le Rapport du Grütli (ou Rütli) devant 300 haut-gradés de l’armée suisse. Il organise la défense du pays et annonce sa volonté de résistance, tant morale que militaire en cas d’invasion par l’Allemagne.
29/07
Hitler organise une conférence secrète au Berghof (→ 31/07) ayant pour trait la planification de l'invasion de l'URSS.
Août
01/08
Une directive d’Hitler demande de mener une guerre aérienne intense contre le Royaume-Uni.
--   
Début du mouvement de résistance français Combat.
02/08
Le général de Gaulle est condamné à mort par contumace par le tribunal militaire de la 13e région militaire française siégeant à Clermont-Ferrand.
--   
Rationnements sévères en France et en Belgique.
--   
Ultimatum japonais à l'amiral Decoux, gouverneur français d'Indochine.
03/08
L'Estonie et la Lituanie deviennent des Républiques soviétiques.
04/08
Les forces italiennes envahissent la Somalie britannique.
05/08
Władysław Sikorski et Winston Churchill signent un accord pour la reconstruction d’une armée polonaise au Royaume-Uni.
06/08
La Lettonie devient une République soviétique.
07/08
Accord entre De Gaulle et Churchill sur l'organisation des forces de la France libre. Un pacte est alors scellé entre Churchill et De Gaulle. Par l'accord des Chequers : le Royaume-Uni s'engage à sauvegarder « l'intégrité de toutes les possessions françaises et à la restauration intégrale de l'indépendance et de la grandeur de la France ».
08/08
Arrestation de Léon Blum, Édouard Daladier, du général Gamelin et de Georges Mandel jugés responsables de la défaite de la France.
12/08
Premières attaques aériennes de l'Angleterre par la Luftwaffe, prélude au débarquement allemand prévu pour le 17 septembre 1940.
13/08
Pétain annonce aux Français le début de la Révolution nationale.
15/08
Le croiseur grec Elli est torpillé par un sous-marin non identifié (italien) dans le port de Tinos, au moment du grand pèlerinage annuel. C’est le prélude à l’attaque italienne.
16/08
Intensification des attaques aériennes allemandes sur le Royaume-Uni.
18/08
Signature d'un traité de défense mutuelle entre le Canada et les États-Unis.
19/08
Les Italiens prennent Berbera, capitale de la Somalie britannique.
20/08
Léon Trotski est assassiné (avec un pic à glace) par Mercader dans sa maison de Coyoacán (près de Mexico), sur ordre du leader soviétique Staline.
--   
Offensive des cent régiments (→ 05/12). Victoire des troupes communistes chinoises sur les Japonais dans le nord de la Chine.
--   
Première déportation en France. 927 civils espagnols sont envoyés d’Angoulême vers Mauthausen. La plupart des hommes mourront, les femmes et les enfants seront livrés à Franco.
24/08
Premier bombardement sur Londres.
26/08
Premier bombardement sur Berlin par la Royal Air Force.
--   
Le Tchad rallie la France libre du Général de Gaulle.
27/08
Le Cameroun rallie la France libre du général de Gaulle.
28/08
Se fondant sur l'article 19 de l'armistice, les nazis réclament la livraison des Allemands internés dans les camps de la zone libre.
--   
Rébellion à Brazzaville et ralliement du Congo français à la France libre du général de Gaulle.
29/08
Création de la Légion française des combattants (LFC), organisation vichyste d'anciens combattants.
--   
L'Oubangui-Chari rallie la France libre du général de Gaulle et complète l'Afrique française libre.
30/08
A la suite du second arbitrage de Vienne, sous la pression de l’Allemagne et de l’Italie, la Roumanie est contrainte de céder la Transylvanie à la Hongrie.
Septembre
02/09
Tahiti rallie la France libre du Général de Gaulle.
03/09
L'Opération Seelöwe (Otarie ou Lion de mer en allemand), organisant l'invasion du Royaume-Uni, est fixée au 21 septembre.
--   
Première livraison de destroyers américains à la Royal Navy.
04/09
Le général Ion Antonescu devient Premier ministre du Royaume de Roumanie.
06/09
Les Établissements français de l'Inde rallient la France libre du général de Gaulle.
--   
Le canal français de la BBC à Londres lance le fameux slogan « Radio-Paris ment, Radio-Paris ment, Radio-Paris est allemand » sur l'air de la Cucaracha.
07/09
Début du Blitz sur Londres.
--   
Weygand est nommé délégué du gouvernement de Vichy pour l'Afrique française.
--   
La Dobroudja du Sud est rendue à la Bulgarie à la suite des accords de Craiova. Ces pertes de territoires suscitent la colère de la population roumaine et provoquent l’abdication du roi Carol II en faveur de son fils, Michel, sous la pression du général Ion Antonescu, partisan de l’Allemagne.
--   
La mission Tizard, une mission scientifique britannique venue aux États-Unis pour jeter les bases d’une coopération scientifique dans le domaine de la recherche militaire, présente à Washington le magnétron à cavité.
09/09
Bombardement de Tel-Aviv par l’aviation italienne.
10/09
L'Opération Seelöwe est remise au 24 septembre.
13/09
Début de l'offensive italienne contre l’Égypte.
14/09
L'Opération Seelöwe est remise au 27 septembre, le dernier jour du mois avec des marées appropriées pour l'invasion.
--   
Première mission de bombardement menée par l’aviation polonaise à partir du Royaume-Uni : les escadrilles 300 et 301 participent au bombardement du port de Boulogne.
--   
Des émeutes populaires tournent au massacre en Roumanie. Ion Antonescu institue une dictature. Il prend la fonction de Conducător (Guide de l’État) et proclame la Roumanie « État national-légionnaire ». La Garde de fer prend le nom de « Mouvement légionnaire » et son chef Horia Sima devient vice-président du gouvernement.
15/09
L’aviation allemande bombarde Londres et Southampton ; grande bataille aérienne au-dessus de Londres et dans le Sud de l’Angleterre. 500 avions allemands sur Londres.
17/09
L'Opération Seelöwe remise jusqu'à nouvel ordre par Hitler (sine die).
--   
Encouragé et soutenu par le Japon, le gouvernement Phibun demande à la France de Vichy les territoires de la rive droite du Mékong qui lui avaient été cédés en 1893 et au cours des années suivantes. En décembre, Phibun lance une offensive et occupe les territoires de Paklay et de Bassac, sur la rive droite du Mékong au Laos.
19/09
La Nouvelle-Calédonie rallie la France libre du général de Gaulle.
22/09
Accord entre Vichy et le Japon sur le Tonkin.
23/09
Arrivée du général de Gaulle en rade de Dakar avec une flotte franco-britannique.
25/09
Malgré le bombardement naval de Dakar, le général Boisson refuse de se rallier au général de Gaulle.
--   
Premier tract du groupe du musée de l'Homme, groupe de résistants parisiens.
26/09
À la suite des accords franco-japonais du 22, débarquement des troupes japonaises au Tonkin.
27/09
Pacte tripartite entre l’Allemagne, le Japon et l’Italie.
29/09
Constitution d’un groupe de résistants catholiques à Lyon sous la houlette de Emmanuel Mounier.
Octobre
   /10
Parution des premiers numéros des journaux de la résistance français tels Pantagruel, L'Université Libre, Notre Droit, Libre France, La Révolution française, En Captivité, L'Homme Libre, notamment.
02/10
Création du ghetto de Varsovie qui contient essentiellement des Juifs et des Tsiganes ainsi que des non-juifs.
03/10
Loi du maréchal Pétain et de Pierre Laval sur le "statut des juifs", qui les exclut de l'administration et leur interdit de nombreuses professions.
05/10
Arrestation par la police parisienne de 300 communistes.
07/10
À la demande du maréchal Ion Antonescu devenu chef de l’État roumain après l’abdication du roi Carol II, Hitler envoie aux Roumains des unités de l’armée de terre et de l’aviation avec mission d’organiser l'armée roumaine.
--   
L’évacuation des soldats polonais internés en Roumanie est arrêtée.
11/10
Réunion du comité exécutif du Congrès à Wardha. Gandhi déclenche un programme de désobéissance civile limitée : seuls des volontaires désignés doivent prendre part au satyâgraha.
12/10
Victoire navale britannique sur la marine italienne au large de Malte.
15/10
Naissance du futur réseau de résistance français Alliance.
--   
Première du film Le Dictateur, de et avec Charlie Chaplin.
--   
Lluís Companys, ancien président de la généralité de Catalogne, extradé de France par les nazis, est exécuté au château de Montjuïc.
18/10
Publication au Journal Officiel français du « Statut des Juifs ».
22/10
Entrevue entre Hitler et Laval.
24/10
Entrevue de Montoire entre Pétain et Hitler.
--   
Rencontre Pétain-Hitler à Montoire.
27/10
Charles de Gaulle institue un Conseil de défense de l’Empire chargé de la conduite générale de la guerre en vue de la libération23. Brazzaville devient la capitale de la « France libre ».
--   
Charles de Gaulle crée le conseil de défense de l'Empire.
28/10
L'Italie pose un ultimatum à la Grèce - Metaxas, le Premier ministre grec, répond avec le simple mot « Okhi ! » (« Non ! »).
--   
Les forces italiennes envahissent la Grèce.
30/10
Pétain annonce la collaboration de la France avec l'Allemagne. : « J'entre aujourd'hui dans la voie de la collaboration ».
31/10
Fin de la bataille d'Angleterre au sens des engagements aériens (les Allemands ont perdu 1 733 avions, le Royaume-Uni 915) ; le Blitz se poursuit sur les villes anglaises.
Novembre
01/11
Des commandos britanniques en provenance d’Alexandrie débarquent en Crète pour appuyer les Grecs contre l’Italie.
10/11
Les Forces Françaises Libres entrent dans Libreville.
11/11
Destruction de la moitié de la flotte italienne par les bombardiers du HMS Illustrious : trois cuirassés, deux croiseurs et de nombreux navires secondaires sont détruits.
--   
Commémoration de la victoire du 11 novembre 1918 : manifestation étudiante contre l'occupant sur les Champs-Élysées.
--   
Bataille de Tarente (→ 12/11).
12/11
Les Forces françaises libres concluent la campagne du Gabon et se rendent maître du territoire, finissant ainsi d’achever le ralliement de l’Afrique équatoriale française au général de Gaulle.
13/11
Rencontre entre Adolf Hitler et Francisco Franco à Hendaye. Le Caudillo refuse qu'une expédition allemande ne traverse l'Espagne pour prendre le rocher de Gibraltar.
14/11
Raids aériens allemands sur Coventry.
15/11
Environ 450 000 Juifs sont emmurés dans le ghetto de Varsovie.
20/11
La Hongrie et la Roumanie adhèrent au pacte tripartite.
25/11
Publication du premier numéro du journal résistant français Liberté de François de Menthon.
27/11
L’historien Nicolae Iorga, ancien ministre, est mis à mort dans la forêt de Strejnicu124. L’opinion publique est choquée et Antonescu fait connaître sa désapprobation. Le même jour les légionnaires massacrent 63 détenus de la prison de Jilava, ministres, préfets et généraux qui en 1939 avaient sévi contre la Garde de fer.
--   
Bataille du cap Teulada.
Décembre
01/12
Manuel Ávila Camacho (PRM) élu président de la République du Mexique dans des élections contestés le 7 juillet contre le candidat du PAN, Juan Andreu Almazán, prend ses fonctions.
--   
Christian Pineau fait paraître Libération Nord.
03/12
Création de la Délégation en Pologne du gouvernement en exil avec Cyryl Ratajski à sa tête.
04/12
Au Royaume-Uni est décrétée la mobilisation des femmes.
09/12
En Afrique du Nord, début d’une contre-offensive britannique dirigée par le général Archibald Wavell.
11/12
La Grèce envahit l’Albanie contrôlée par l’Italie.
12/12
Félix Éboué, un Antillais, devient le premier gouverneur général noir de l’Afrique-Équatoriale française. Il recommande aux administrateurs coloniaux d’accorder davantage de responsabilités aux chefs coutumiers et de leur témoigner plus de respect. Il limite le travail forcé, crée un statut pour les « notables évolués » (exemption de travail obligatoire, avantages fiscaux, etc.), attribue à des Africains certains postes administratifs jusque-là réservés aux Européens et érige plusieurs villes africaines (Fort-Lamy, Libreville et Bacongo, un quartier de Brazzaville) au statut de « communes ».
13/12
Pierre Laval est renvoyé.
--   
Hitler signe des directives pour préparer l’opération Marita, (attaquer la Grèce et la Yougoslavie à partir de bases situées en Bulgarie).
15/12
Le groupe du musée de l'Homme publie le premier numéro du journal Résistance.
18/12
Les négociations sur un axe Berlin-Moscou ayant tourné court le 25 novembre, Hitler signe la directive de guerre N°21, signifiant à l'OKH de préparer l'armée pour une invasion de l'URSS alors annoncée le 15 mai 1941 ; ultrasecrète, la directive n'est diffusée qu'à la hiérarchie militaire de premier plan de la Heer. Le plan de l'invasion recevra ensuite le code d’opération Barbarossa.
22/12
Anthony Eden prend le portefeuille des Affaires étrangères et succède à lord Halifax, nommé ambassadeur à Washington.
--   
Christmas Blitz (→ 24/12) ; une série de bombardement nocturnes de la ville de Manchester et de ses environs fait 680 morts et plus 2 360 blessés.
23/12
Dissolution des organisations communistes sur ordre de Tchang Kaï-chek, qui rompt l’accord entre le Guomindang et le Parti communiste chinois du 22 septembre 1937.